Les forces anti-émeutes espagnoles sont intervenues jeudi après-midi de manière brutale contre des ressortissants marocains qui protestaient au port d'Algésiras contre la situation de chaos, engendrée par la suspension des liaisons avec les ports du nord du Maroc, a appris la MAP de source sur place.

"Les forces anti-émeutes et des éléments de la Garde Civile (gendarmerie) ont matraqué les passagers à l'intérieur de la salle d'embarquement", a déclaré à la MAP un passager joint par téléphone.

"Au lieu de résoudre ce problème du au manque de prévision des responsables du port et au lieu de subvenir à nos besoins les plus élémentaires ils nous matraquent", regrette ce jeune marocain vivant en Espagne et qui attend depuis jeudi matin de traverser vers Tanger.

Des milliers de ressortissants marocains qui voulaient traverser le détroit de Gibraltar vers les ports du nord du Maroc pour passer la fête de l'Aid Al Adha sont bloqués depuis mardi dans le port d'Algésiras, dans le sud de l'Espagne, à cause des mauvaises conditions climatiques.

La situation a commencé à se compliquer mardi avec l'arrivée de milliers de Marocains de divers pays européens dans l'objectif d'embarquer vers les ports marocains de Sebta et de Tanger, alors que les services météorologiques enregistraient des vents de plus de 70 Km/h et des vagues de 3 mètres.

La suspension mercredi des rotations des navires rapides a provoqué un chaos total dans le port d'Algésiras où des centaines de familles entières ont été obligées d'y passer la nuit dans des conditions très difficiles.

Jeudi, plus de 3.000 véhicules étaient toujours bloqués dans le port d'Algésiras.

Cette situation a poussé les passagers à manifester d'une manière spontanée contre "le manque total d'attention" de la part de l'autorité portuaire d'Algésiras qui n'a prévu aucun dispositif d'intervention et a été incapable d'assurer les services minimum pour ces passagers.

Contacté par la MAP, un porte-parole de l'Autorité portuaire d'Algésiras s'est refusé à tout commentaire, se contentant d'assurer que "les responsables tentent de remédier à cette situation".

La situation s'est aggravée après la décision de la compagnie maritime Acciona Transmediterranea de maintenir à quai dans le port de Sebta pour des "problèmes techniques" son navire "Las Palmas de Gran Canarias" qui assurait la liaison entre Algésiras et la ville occupée.

La décision d'assurer une "interchangeabilité totale" des billets des différentes compagnies maritimes et les appels aux habitants d'Algésiras d'éviter l'entrée par les accès nord de la ville n'ont pas pu éviter cette situation de chaos.

Durant la journée de mercredi, huit bateaux (dont sept pour Tanger) ont pu évacuer 6635 personnes et 1901 véhicules, a-t-on appris de source portuaire.





 
Top