Pour repeupler les campagnes françaises des années 60, menacées par l’exode rural, le gouvernement français décide d’y placer de très jeunes Réunionnais. Jusqu’en 1984, ce sont 2015 mineurs qui sont envoyés à 9.000 kilomètres de chez eux.

Pour mettre en œuvre cette opération, les services sociaux se tournent en majorité vers les familles réunionnaises dont les parents sont illettrés. La plupart d’entre eux ne comprennent pas les procès-verbaux d’abandon qu’ils signaient. Une fois dans l’hexagone, certains de ces enfants sont exploités dans les fermes, violentés et abusés. Arrachée à ses parents biologiques et à son île, Valérie est envoyée dans la Creuse à l’âge de trois ans. Commence alors pour elle une vie de secrets et de quête de vérité. 

Les enfants de la creuse est l'histoire d’enfants réunionnais arrachés à leur histoire parce que quelques hommes politiques français et des fonctionnaires zélés craignaient la démographie galopante sur l'île et ainsi repeupler les campagnes françaises désertées. 

Entre 1962 et 1984, plus de deux mille enfants ont été arrachées à leurs familles, envoyés de force dans la Creuse. 2150 mineurs réunionnais ont été répartis dans quatre-vingt-trois départements français. Ce sont les chiffres irréfutables minimaux sur lesquels sont tombés d'accord les experts qui ont planché deux années durant au sein de la commission nationale d'information et de recherche historique, lancée en 2016. L'Assemblée nationale venait de reconnaître solennellement la responsabilité morale de l'État français. 

Si cet épisode méconnu s'appelle aujourd'hui communément "Les enfants de la Creuse", c'est parce le département creusois a accueilli au moins 215 enfants. Parce qu'il était très peu peuplé et parce que les autorités locales regardaient l'accueil d'enfants en difficulté d'un bon œil. Une aubaine qui allait leur permettre de créer un centre d'accueil, et un nouveau souffle. 


 
Top