« Lorsque vous mettez en ligne votre ADN, vous devenez potentiellement un informateur génétique sur le reste de votre famille ». – Elizabeth Joh, professeure de droit « La culpabilité par association » a pris de nouvelles connotations à l’ère technologique.

Toutes ces fascinantes recherches généalogiques qui vous permettent de retracer votre arbre généalogique grâce à un échantillon d’ADN peuvent désormais être utilisées contre vous et ceux que vous aimez.

En 2019, plus de 26 millions de personnes avaient ajouté leur ADN aux bases de données d’ascendance. On estime que ces bases de données pourraient dépasser les 100 millions de profils dans l’année, grâce au marketing agressif de sociétés comme Ancestry et 23andMe.

C’est une proposition tentante : fournir à une méga-corporation un échantillon de salive ou un prélèvement dans la joue, et en retour, vous apprendrez tout sur qui vous êtes, d’où vous venez et qui fait partie de votre famille élargie.

Les possibilités sont infinies.
Vous pourriez être le cousin au quatrième degré de la reine Elizabeth II d’Angleterre. Ou le petit-fils illégitime d’un magnat du pétrole. Ou le frère ou la sœur d’un tueur en série.


Sans même vous en rendre compte, en soumettant votre ADN à une base de données ancestrale, vous donnez à la police l’accès à la composition génétique, aux relations et aux profils de santé de tous les membres de votre famille, passés, présents et futurs, qu’ils aient ou non accepté de faire partie d’une telle base de données.

Après tout, une empreinte génétique révèle tout sur « qui nous sommes, d’où nous venons et qui nous serons ».

C’est ce que la police appelle « l’empreinte digitale moderne ».
Alors que la technologie des empreintes digitales a marqué un tournant décisif dans la capacité de la police à « résoudre » une affaire, la technologie de l’ADN est désormais présentée par les services de police comme la solution miracle pour résoudre les crimes.

En effet, la police a commencé à utiliser des bases de données d’ascendance pour résoudre des affaires non résolues depuis des décennies.

Par exemple, en 2018, l’ancien policier Joseph DeAngelo a été repéré comme le célèbre « Golden State Killer » grâce à l’utilisation de la généalogie génétique, qui permet à la police de faire correspondre l’ADN de la scène de crime d’un suspect inconnu avec celui de tout membre de sa famille dans une base de données généalogiques. La police a pu identifier DeAngelo grâce à l’ADN d’un cousin éloigné trouvé dans une base de données génétiques publique. Une fois que la police a réduit la liste des suspects à DeAngelo, elle a retrouvé sa trace – en récupérant un mouchoir en papier qu’il avait jeté dans une poubelle – et a utilisé son ADN sur le mouchoir pour le relier à une série de viols et de meurtres commis dans les années 1970 et 1980.

Bien que DeAngelo ait été la première arrestation publique effectuée grâce à la généalogie médico-légale, la police a identifié plus de 150 suspects depuis lors. Plus récemment, la police s’est appuyée sur la généalogie génétique pour arrêter l’assassin d’une jeune fille de 15 ans poignardée à mort il y a près de 50 ans.

Qui ne voudrait pas retirer les psychopathes et les violeurs en série des rues et les mettre en sécurité derrière les barreaux, n’est-ce pas ? C’est en tout cas l’argument utilisé par les forces de l’ordre pour justifier leur accès illimité à ces bases de données généalogiques.

« Dans l’intérêt de la sécurité publique, ne voulez-vous pas faciliter l’arrestation des gens ? La police veut vraiment faire son travail. Ils ne sont pas après vous. Ils veulent juste vous mettre en sécurité », insiste Colleen Fitzpatrick, cofondatrice du projet ADN Doe, qui identifie les corps inconnus et aide à retrouver les suspects de vieux crimes.

Mais il n’y a pas que les psychopathes et les violeurs en série qui sont pris dans les filets de l’enquête.

Toute personne susceptible de correspondre à l’ADN d’un suspect – y compris les membres d’une famille éloignée – fait soudain partie d’un cercle de suspects qu’il faut suivre, examiner et écarter.

Bien qu’un certain nombre d’États aient interdit à la police d’utiliser les bases de données gouvernementales pour retrouver les membres de la famille de suspects, les sites Web de généalogie offrent une échappatoire qui s’est avérée irrésistible pour les forces de l’ordre.

Dans l’espoir de combler cette lacune, quelques États ont commencé à introduire des lois visant à restreindre quand et comment la police utilise ces bases de données généalogiques, le Maryland exigeant qu’elles ne puissent être utilisées que pour des crimes violents graves tels que le meurtre et le viol, uniquement après avoir épuisé les autres méthodes d’enquête et seulement sous la supervision d’un juge.

Pourtant, le débat sur la confidentialité des données génétiques – et sur le moment où l’ADN d’une personne devient un bien public échappant à la protection du quatrième amendement, qui interdit les perquisitions et les saisies sans mandat – ne fait que commencer.

Il est certain que ce n’est qu’une question de temps avant que le gouvernement ne mette la main sur notre ADN, que ce soit par le biais de programmes obligatoires menés en liaison avec les forces de l’ordre et les entreprises américaines, en accédant sans mandat à notre ADN familial partagé avec des services généalogiques tels qu’Ancestry et 23andMe, ou par le biais de la collecte de notre ADN « mouchard » ou « tactile ».

Selon des recherches publiées dans la revue Science, plus de 60 % des Américains qui ont des ancêtres européens peuvent être identifiés à l’aide de bases de données ADN, même s’ils n’ont pas soumis leur propre ADN. Selon la professeure de droit Natalie Ram, un profil généalogique peut mener jusqu’à 300 autres personnes.

Et cela ne concerne que le secteur commercial.
Les 50 États disposent désormais de leurs propres bases de données ADN, même si les protocoles de collecte diffèrent d’un État à l’autre. De plus en plus, un grand nombre de données provenant des banques de données locales sont téléchargées dans CODIS (Combined DNA Index System), l’énorme base de données génétiques du FBI, qui est devenue un moyen de facto d’identifier et de suivre les Américains de la naissance à la mort.

Même les hôpitaux se sont mis de la partie en prélevant et en conservant l’ADN des nouveau-nés, souvent à l’insu de leurs parents et sans leur consentement. Cela fait partie du dépistage génétique obligatoire des nouveau-nés par le gouvernement. Dans de nombreux États, l’ADN est conservé indéfiniment.

Pour les personnes qui naissent aujourd’hui, cela signifie qu’elles sont incluses dans une base de données gouvernementale qui contient des informations intimes sur leur identité, leur ascendance et ce qui les attend dans le futur, y compris leur propension à être des suiveurs, des leaders ou des fauteurs de troubles.

Préparez-vous, car le gouvernement – aidé par le Congrès (qui a adopté une loi autorisant la police à prélever et à tester l’ADN immédiatement après une arrestation), le président Trump (qui a signé la loi sur le Rapid DNA Act), les tribunaux (qui ont statué que la police peut systématiquement prélever des échantillons d’ADN sur des personnes arrêtées mais pas encore condamnées pour un crime) et les services de police locaux (qui sont impatients d’acquérir ce nouveau gadget de lutte contre le crime) – s’est lancé dans une campagne diabolique visant à créer une nation de suspects à partir d’une base de données ADN nationale massive.

Appelées « boîtes magiques », les machines à ADN rapides – portables, de la taille d’une imprimante de bureau, très peu réglementées, loin d’être infaillibles et si rapides qu’elles peuvent produire des profils d’ADN en moins de deux heures – permettent à la police de partir à la pêche au moindre soupçon de mauvaise conduite possible en utilisant des échantillons d’ADN.

La journaliste Heather Murphy explique : « Au fur et à mesure que les services de police étoffent leurs bases de données génétiques locales, ils recueillent l’ADN non seulement de personnes accusées de crimes majeurs, mais aussi, de plus en plus, de personnes simplement jugées suspectes, reliant en permanence leur identité génétique aux bases de données criminelles. »

Les ramifications de ces bases de données ADN sont considérables.

Au minimum, elles feront disparaître tout semblant de vie privée ou d’anonymat. Les possibilités lucratives pour les pirates informatiques et les entités commerciales qui cherchent à tirer profit du dossier biologique d’une personne sont infinies.

En outre, alors qu’une grande partie du débat public, des efforts législatifs et des contestations judiciaires de ces dernières années se sont concentrés sur les protocoles relatifs au moment où la police peut légalement recueillir l’ADN d’un suspect (avec ou sans mandat de perquisition et que ce soit lors d’une arrestation ou d’une condamnation), la question de savoir comment traiter l’ADN « versé » ou « touché » a largement glissé sans grand débat ni opposition.

Comme le fait remarquer la scientifique Leslie A. Pray :
Nous rejetons tous de l’ADN, laissant des traces de notre identité pratiquement partout où nous allons. Les médecins légistes utilisent l’ADN laissé sur les mégots de cigarettes, les téléphones, les poignées, les claviers, les tasses et de nombreux autres objets, sans parler du contenu génétique trouvé dans les gouttes de fluide corporel, comme le sang et le sperme. En fait, les déchets que vous laissez à la poubelle sont une mine d’or potentielle de ce type de matériel. Tout cet ADN abandonné est à la disposition des enquêteurs de la police locale qui espèrent résoudre des affaires insolubles. Ou, si l’on en croit le scénario futur décrit au début de cet article, l’ADN des déchets est également libre de figurer dans une banque de données génétiques universelle secrète.
Cela signifie que si vous avez le malheur de laisser des traces d’ADN dans un lieu où un crime a été commis, vous avez déjà un dossier quelque part dans une base de données nationale ou fédérale, même si ce dossier n’a pas de nom. Comme l’avertit Heather Murphy dans le New York Times : « Le futur de la science-fiction, dans lequel la police peut rapidement identifier les voleurs et les meurtriers à partir de canettes de soda et de mégots de cigarettes jetés au rebut, est arrivé… Les empreintes génétiques vont devenir aussi courantes que les empreintes traditionnelles. »

Même les anciens échantillons prélevés sur les scènes de crime et les affaires « classées » sont déterrés et exploités pour leur profil génétique.

Aujourd’hui, grâce à la robotique et à l’automatisation, le traitement, l’analyse et le rapport de l’ADN prennent beaucoup moins de temps et peuvent fournir toutes sortes d’informations, jusqu’à la couleur des yeux et la parenté d’une personne. Chose incroyable, une société est spécialisée dans la création de « photos d’identité » pour la police à partir d’échantillons d’ADN prélevés sur des « suspects » inconnus, qui sont ensuite comparés à des personnes ayant un profil génétique similaire.

Si vous n’avez pas encore fait le rapprochement, laissez-moi vous montrer la voie.

Après avoir déjà utilisé la technologie de surveillance pour faire de toute la population américaine des suspects potentiels, la technologie de l’ADN entre les mains du gouvernement achèvera notre transition vers une société de suspects dans laquelle nous attendons tous simplement d’être associés à un crime.

Nous ne pouvons plus nous considérer comme innocents jusqu’à preuve du contraire.

Maintenant, nous sommes tous des suspects dans une séance d’identification par ADN jusqu’à ce que les circonstances et la science disent le contraire.

Société des suspects, rencontrez l’État policier américain.
Tous les films de science-fiction dystopiques que nous avons vus convergent soudainement vers le moment présent dans une dangereuse triade entre la science, la technologie et un gouvernement qui veut être omniprésent, omniscient et tout-puissant.

En mettant sur écoute vos lignes téléphoniques et vos communications par téléphone portable, le gouvernement sait ce que vous dites. En téléchargeant tous vos courriels, en ouvrant votre courrier, en lisant vos messages Facebook et vos SMS, le gouvernement sait ce que vous écrivez. En surveillant vos déplacements à l’aide de lecteurs de plaques d’immatriculation, de caméras de surveillance et d’autres dispositifs de suivi, le gouvernement sait où vous allez.

En fouillant dans tous les détritus de votre vie – ce que vous lisez, où vous allez, ce que vous dites – le gouvernement peut prédire ce que vous allez faire. En cartographiant les synapses de votre cerveau, les scientifiques – et à leur tour, le gouvernement – sauront bientôt ce dont vous vous souvenez.

Et en accédant à votre ADN, le gouvernement saura bientôt tout ce qu’il ne sait pas déjà sur vous : votre arbre généalogique, votre ascendance, votre apparence, votre état de santé, votre tendance à suivre les ordres ou à tracer votre propre voie, etc.

Bien sûr, aucune de ces technologies n’est infaillible.

Elles ne sont pas non plus à l’abri de la falsification, du piratage ou des préjugés des utilisateurs.

Néanmoins, elles sont devenues un outil pratique entre les mains des agents du gouvernement pour rendre nulles et non avenues les exigences de la Constitution en matière de vie privée et ses interdictions de perquisitions et de saisies déraisonnables.

Cela aboutit à un scénario dans lequel nous n’avons que peu ou pas de défense contre les accusations d’actes répréhensibles, surtout lorsqu’ils sont « condamnés » par la technologie, et encore moins de protection contre le gouvernement qui balaie notre ADN de la même manière qu’il balaie nos appels téléphoniques, nos courriels et nos sms.

L’ensemble du système gouvernemental étant passé en mode pré-criminalité visant à détecter et à poursuivre ceux qui « pourraient » commettre un crime avant qu’ils n’en aient la moindre idée, et encore moins l’occasion, il n’est pas exagéré d’imaginer un scénario dans lequel les agents du gouvernement (FBI, police locale, etc.) ciblent des criminels potentiels en fonction de leur disposition génétique à être un « fauteur de troubles » ou de leur relation avec d’anciens dissidents.

Tout aussi déconcertant : si les scientifiques peuvent, à l’aide de l’ADN, suivre les saumons sur des centaines de kilomètres carrés de ruisseaux et de rivières, à quel point sera-t-il facile pour les agents du gouvernement non seulement de savoir où nous sommes allés et combien de temps nous sommes restés à chaque endroit, mais aussi de collecter notre ADN facile à perdre et de l’ajouter à la base de données gouvernementale déjà en plein essor ?

Il ne faut pas oublier que les preuves génétiques ne sont pas infaillibles : elles peuvent être erronées, que ce soit à la suite d’une erreur humaine, d’une falsification ou même d’une fabrication pure et simple, et cela arrive plus souvent qu’on ne le dit. Le danger, prévient le scientifique Dan Frumkin, est que les scènes de crime peuvent être truquées avec de l’ADN fabriqué.

Si vous êtes le genre de personne à faire implicitement confiance au gouvernement et à refuser de croire qu’il puisse faire quoi que ce soit d’illégal ou d’immoral, la perspective que des agents de l’État, et en particulier la police, utilisent de faux échantillons d’ADN pour influencer l’issue d’une affaire peut vous sembler saugrenue.

Pourtant, comme le montre l’histoire, la probabilité que notre gouvernement agisse d’une manière non seulement illégale mais immorale devient moins une question de type « et si? » qu’une question de type « quand? ».

Avec la technologie, les tribunaux, les entreprises et le Congrès qui conspirent pour envahir notre vie privée au niveau cellulaire, le paysage devient soudain encore plus dystopique.

Comme je l’explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People, c’est la pente glissante vers un monde dystopique dans lequel il n’y a nulle part où courir et nulle part où se cacher.







 
Top