Vingt ans, c’est le temps d’élever un homme
De le nourrir, le protéger, le faire grandir, le construire autour des principes de dignité, de justice et de fraternité, bref d’en faire un élément de la vaste humanité. 

C’est le temps qu’ont pris les USA pour détruire, ramener à l’âge de pierre plusieurs pays musulmans. Ils ont occupé, bombardé, incendié au phosphore blanc, emprisonné en masse, torturé, humilié, assassiné. Les quelques bâtiments qu’ils ont construits en Afghanistan et en Irak étaient des prisons. 

Au terme de ces vingt années, ils dégagent
C’est ce qu’ils prétendent. Le feront-ils vraiment ?  A ce jour, 50% des forces militaires en Afghanistan auraient été retirées. Les Usa comptent laisser ouverte à Kaboul leur ambassade, ce qui suppose la défendre, une salve de roquettes s’abat facilement sur cet édifice. 

Ce rôle sera-t-il dévolu aux firmes militaires privées étasuniennes ou bien sera-t-il laissé aux soins des forces turques qu’ils comptent transformer en mercenaires. La sécurité de l’aéroport leur est déjà confiée, rôle qui devrait être partagé avec la Hongrie. 

Le futur budget du Pentagone prévoit d’octroyer 3,3 milliards de dollars aux forces militaires afghanes, trois cent millions de plus qu’en 2021. 

On se souvient de la rencontre au Qatar entre Zalmay Khalilzad et le représentant des Talibans Adul Ghani Baradar en février 2020. Une trêve avait alors été signée. Mais tout le monde prédit que les Talibans se saisiront de pouvoir à Kaboul dès le retrait achevé car l’armée afghane malgré sa perfusion continue en dollars depuis des années et en dépit de ses 350 000 membres serait incapable de contenir leur poussée, armée caractérisée par son manque de foi en sa mission, truffée de déserteurs prompts à rejoindre les milices de la résistance. Elle ressemble par certains aspects à l’armée saïgonnaise de Nguyen Van Thieu. 

Les Usa cherchent désespérément une base à proximité pour bombarder allégrement le pays sur lequel s’était cassé les dents l’Armée Rouge. Les communistes afghans avaient une base réelle sans le pays, ce qui leur avait permis de tenir près de deux ans après le départ des Soviétiques, situation improbable avec les démocrates pro-occidentaux, de l’aveu même de l’un d’eux, Hamid Karzaï. Le Pakistan refuse de lui en octroyer à nouveau. Imran Khan s’est prononcé, c’est Niet.

Ferblanterie 
Il leur ne leur reste plus qu’à tenter depuis leurs porte-avions et leurs sous-marins. 

En matière de ferblanterie, les Usa n’ont pas de problèmes uniquement avec leurs avions pseudo-furtifs F35, ils accumulent des déboires également avec leurs sous-marins à propulsion nucléaire de type Virginia. Ils sont considérés comme le pilier de la stratégie de l’US Navy pour ‘contenir’ en mer la Chine en mer de Chine. Ils peuvent patrouiller des mois durant sans discontinuer, lancer des torpilles sous-marines, attaquer des bateaux en surface ou envoyer des missiles Tomahawk sur le continent. Des pièces de ces sous-marins faites pour durer 33 ans selon leurs fabricants sont hors d’usage très rapidement. La maintenance réduit le nombre d’unités fonctionnelles d’autant que la livraison de nouvelles unités d’une classe censée être supérieure est sans cesse retardée. 

Abandon des vassaux 
Le Wall Street Journal du 18 juin 2021 rapporte que les USA vont retirer la plupart des systèmes de défense aérienne des bases de Jordanie et des pays du golfe arabo-persique, l’Irak, l’Arabie aux mains des Bédouins du Nedjd et le Koweït. Le processus a déjà débuté, en avril 2021, trois batteries de défense Patriot ont été retirées d’Arabie. Les alliés vassaux sont censés pouvoir se défendre avec leurs propres moyens d’après l’administration Biden. 

Il avait été noté depuis quelques années le désintérêt stratégique relatif des Usa pour le Moyen et le Proche Orient arabe. D’une certaine manière, l’objectif de destruction des pays hostiles ou n’ayant pas d’accord de paix avec l’entité sioniste dans le voisinage immédiat d’Israël a été atteint. 

Bientôt la fin d’une guerre à plus de 3000 $ milliards
L’actuel chef de l’administration étasunienne, était Président du Comité des Affaires étrangères au Sénat pendant le premier mandat de G W Bush. Il avait appuyé de toutes ses forces l’invasion de l’Irak et disposait d’une ligne téléphonique directe sécurisée ave la Maison Blanche. ‘Il fallait faire disparaître Saddam Hussein, de fils de p… ». Après la mort directe par la guerre de plus d’un million d’Irakiens après l’invasion de 2003, le 17 juin 2021, la Chambre des Représentants a abrogé la loi de 2002 qui autorise la Maison Blanche à intervenir militairement sans consultation préalable du Congrès. Il y a dix-neuf ans, trente millions de manifestants ont protesté contre cette guerre, en vain. 

Les dernières élections au Parlement irakien risquent de voir le bloc de Hachd Chaabi, groupe politique de la mouvance des Forces de Mobilisation Populaire, réputées alignées avec l’Iran, acquérir une position dominante. La seule limitation à leur influence est constitué par le bloc de Moqtada Sadr, lui aussi shiite, qui dispose de sa propre milice. 

D’avoir assassiné le Général iranien Soulaymani avec l’aide du Mossad ne change rien à la situation, les Yankees dégagent et l’Iran a étendu sa zone d’influence politique et militaire. Ils partiront (il ne reste plus que 2500 soldats et des milliers de mercenaires de firmes privées) mais non sans commettre des mesquineries qui consistent par exemple à hacker les sites irakiens pro-iraniens. 

La dissuasion ferme 
La dernière agression aérienne de l’entité sioniste contre la population de Gaza a duré onze jours. Expédition punitive contre le lancement de quelques roquettes en protestation de la judaïsation de Jérusalem Est et opération électorale pour Netanyahu, elle a démontré que l’entité sioniste n’est plus libre d’assassiner comme bon lui semble. La résistance palestinienne, toute tendance confondue, unie, est capable de menacer les territoires de 1948 en profondeur. La Russie a averti qu’elle avait désormais son mot à dire au Proche-Orient et qu’il fallait que cesse le déluge de feu. Nous sommes loin de la fin de l’occupation et des agressions continues, il y a quelques jours des raids aériens ont terrorisé les Palestiniens de Gaza la nuit du vendredi 18 juin, mais dans l’ensemble, les variables de l’équation se sont modifiées et ont changé les conditions de lutte. 

Charité bien ordonnée
La priorité officielle pour les Usa est depuis au moins depuis 2018 de lutter contre la Russie et surtout la Chine. De nouveaux dispositifs sont construits et déployés en Afrique, continent élu pour y porter des efforts militaires à défaut d’exercer une réelle rivalité commerciale. L’intitulé de la revue stratégique qui définit les objectifs pour les dix années à venir est explicite : Empêcher Russie et Chine de modifier l’ »équilibre » international et restaurer pour les Usa son avantage concurrentiel. Les modalités qui y sont développées incluent les attaques surprises. Pour l’instant, en dehors d’un travail assidu de propagande autour de prétendus assassinats par le régime autocratique de Poutine de ses opposants et d’un génocide allégué des Ouïghours par la dictature du PCC, rien de bien sérieux n’est encore apparu. 

Fin des "regime change"
La capacité de nuire par la formation et le financement d’opposants assez peu recommandables est limitée car les révolutions colorées semblent avoir fait leur temps. L’association ‘anticorruption’ de l’opposant Navalny dont le score aux élections de son mouvement politique n’a guère eu qu’un succès très modeste dans des élections municipales de Sibérie est une lessiveuse qui reçoit en particulier des fonds du gouvernement de Rhénanie du Nord-Westphalie et de l’Open Society de Georges Soros. Le traçage du trafic du financement est assez aisé et il montre qu’il sert essentiellement à salarier Navalny l’équivalent de 60 000 euros par an. L’un des comptes de l’association libellé en bitcoins a reçu depuis son ouverture 30 millions de dollars. De même les médias occidentaux qui dressent un sympathique portrait du journaliste Roman Protasevitch, l’opposant au dictateur biélorusse âgé de 26 ans, omettent de signaler qu’il est membre depuis l’adolescence de la milice fasciste ‘Jeune Front’ et qu’il a combattu en Ukraine aux côtés du bataillon néo-nazi Azov. L’agence de presse pour laquelle il travaille est notoirement financée par des fonds étrangers. L’hypothèse la plus consistante concernant la rocambolesque aventure de l’avion contraint d’atterrir à Minsk est qu’il s’agit d’un règlement de compte interne aux organisations d’émigrés. Ces querelles internes de dissidents pro-américains sont quasiment, depuis la guerre froide, la marque de fabrique de toutes les oppositions fabriquées de l’extérieur sans base réelle dans la société qu’elles sont censées subjuguer. Avoir vingt ans et servir le maître d’Outre atlantique aux dents usées et donc sans plus aucune perspective assurer de promotion, quelle triste destinée ! 

L’Occident continue cependant à s’auto-intoxiquer avec les incantations de la Nouvelle Bible Droitdelhommiste en soutenant des opposants néo-nazis et à ‘punir’ de sanctions les gouvernements non vassaux. Ces sanctions renforcent paradoxalement les économies qu’elles sont censées affaiblir, contraintes de produire elles-mêmes ce que la fermeture des marchés leur refuse. Elles permettent de développer les échanges Sud-Sud et concourent à réduire l’usage du dollar comme monnaie d’échange. 

Le Yémen meurtri 
La désaffectation des systèmes de défense étasuniens des pays du golfe arabo-persique s’accompagne de pourparlers de cessez-le-feu des Bédouins du Nedjd avec les Houthis au Yémen qui cette fois semblent devoir aboutir sur autre chose qu’une trêve fragile. Les Houthis demandent toujours au préalable la levée du blocus du port de Hodeida et de l’aéroport de Sanaa qui affame la population depuis le début de l’agression en 2015. Les Bédouins demandent des garanties sur sa frontière Sud auprès de l’Iran et du sultanat d’Oman et que cessent les attaques sur leurs installations pétrolières. 

Des dizaines de milliers d’enfants sont morts, un certain Mohamed Ben Salmane, l’équarisseur des journalistes dissidents, en est le responsable direct. Il incombe à Ryad de contrôler le Conseil de Transition du Sud, séparatiste, soutenu par les alliés de la coalition, les Emirats arabes unis. La sécurité israélienne achetée par les Bédouins à prix de trahison de la cause palestinienne n’a en rien protégé les sites pétroliers et pas non plus les aéroports ni le palais royal. 

Six années de destructions et de sociocide continus à l’encontre d’un des pays les plus pauvres de la planète par un autre dont la seule raison d’être est de vendre du pétrole pour acheter des armes, et s’apercevoir enfin de ce qui aurait dû être su, la supériorité du plus faible dans les guerres asymétriques injustes. 

Avoir vingt ans à Kaboul ou à Ghazni, est-ce un âge où il est encore permis d’espérer d’échapper aux bombardements, à l’engagement pour défendre sa terre contre un envahisseur qui cultive et transporte le pavot sous son nez, à l’exil pour fuir les désastres ? 

Avoir vingt ans à Aden, à Bagdad, à Khan Younes, à Ramallah, à Damas, à Benghazi, à Gao, à Agadès, est-ce le plus bel âge de la vie ? 

Dr Badia Benjelloun 

1 https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/irak-trois-roquettes-frappent-l-ambassade-americaine-a-bagdad_2116410.html 
11. http://www.ism-france.org/temoignages/En-direct-de-Gaza-Dix-raids-israeliens-et-bombardements-intensifs-sur-la-bande-de-Gaza-ce-vendredi-18-juin-2021-Ils-ne-respectent-aucune-treve-ces-criminels--article-21497 
13. https://www.rts.ch/info/monde/11603708-succes-symboliques-du-parti-de-navalny-lors-delections-en-siberie.html 
14. https://rusreinfo.ru/fr/2021/02/qui-sont-les-sponsors-de-navalny/ 
16. https://www.usnews.com/news/world/articles/2021-06-21/end-of-yemen-quagmire-saudi-led-coalition-houthis-near-peace-deal 



 
Top