Au regard des premières autorisations de mise sur le marché des vaccins destinés à prévenir le Covid19 dû au virus SARSCoV2, le Haut Conseil de la santé publique a examiné de façon plus complète l’exclusion ou non des donneurs de produits issus du corps humain (sang, organes, tissus et cellules), vaccinés contre le Covid-19. Cet avis prend en compte les différents types de vaccins anti-SARS-CoV-2 mis sur le marché dans l’espace européen ou susceptibles de l’être dans les mois à venir.

Le HCSP avait donné le 15 janvier 2021 une réponse provisoire sur les donneurs vaccinés par des vaccins à ARN messager alors en cours d’utilisation en France.

Après avoir pris en considération la nature et les modes d’action de ces vaccins, ainsi que la nécessité d’un approvisionnement suffisant en produits sanguins et autres produits du corps humains, le HCSP recommande :
  • qu’il n’y ait pas d’exclusion, même provisoire, de donneurs ayant reçu un vaccin à ARN messager et à vecteurs non réplicatifs autorisés dans l’Union européenne (UE) ;
  • de respecter par précaution une exclusion temporaire du don de 4 semaines, pour les donneurs vaccinés originaires de pays tiers à l’UE ;
  • de respecter le principe de la balance bénéfice/risque si le donneur est issu d’un pays tiers, pour le patient receveur avec une indication urgente de greffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • pour tous les autres vaccins (vaccins à ADN, vaccins à vecteurs réplicatifs, vaccins atténués) qui ne sont pas encore présents sur le marché européen, de réunir à nouveau le HCSP pour des recommandations spécifiques en cas de besoin.
Transfusions et transplantations d'organes : vecteurs de contamination par la protéine Spike, présente en masse dans le sang des vaccinés ?














 
Top