Je n’avais jamais pensé que Spock était un cas de syndrome d’Asperger (un « aspie »), c’est-à-dire une version légère de l’autisme. Mais c’est un concept que d’autres avaient noté et qui décrit parfaitement la façon dont Spock se comporte dans la série « Star Trek ».
 

Si le personnage de Spock a eu autant de succès, c’est parce qu’il a pu être perçu comme une nouvelle étape possible de l’évolution humaine, quelqu’un capable d’utiliser la logique pour résister aux assauts de la manipulation et de la propagande qui détruisent notre civilisation. Star Trek a également illustré comment l’émotion et la rationalité peuvent être équilibrées en respectant et en valorisant la diversité. Vivez longtemps et prospérez, camarades aspies !

Je découvre sans cesse de nouvelles choses qui changent complètement ma vision du monde. La dernière en date remonte à quelques jours, lorsque j’ai découvert que je suis probablement un aspie, un terme qui décrit le syndrome d’Asperger, lui-même une variante du spectre plus large de l’autisme.
Ce qui m’a apporté cette révélation, c’est le livre de Temple Grandin « Thinking in Images ». (1995) 1 Grandin est née avec un cas grave d’autisme, une condition qui a rendu sa vie très difficile dans sa jeunesse. Je n’ai jamais connu le même niveau de difficultés mais, en lisant le livre, j’ai commencé à me voir à la place de Grandin. Des choses comme la maladresse dans les tâches quotidiennes, la difficulté à suivre une conversation de groupe, le fait de se perdre dans ses pensées pendant que d’autres personnes vous parlent, etc.

Ce qui a été déterminant, c’est lorsque Mme Grandin a dit que la plupart des autistes aiment Star Trek, en particulier la logique froide du premier officier Spock. C’est moi : un Trekkie s’il y en a jamais eu un. J’en ai donc conclu que je suis probablement atteint du syndrome d’Asperger, bien que sous une forme légère – le type familièrement connu sous le nom d’« Aspie« . (Ainsi, j’ai également été membre de l’ASPO, l’association pour l’étude du pic pétrolier. C’était peut-être une prémonition, mais c’est une autre histoire).

Du fait que je me considère comme un aspie, je sais qu’il existe un « biais de confirmation », qui opère généralement avec les horoscopes. Vous vous souvenez peut-être aussi du livre « Trois hommes dans un bateau » de Jerome K. Jerome, dans lequel le protagoniste décrit comment il a été convaincu d’avoir toutes sortes d’affections possibles (à l’exception du genou de la femme de chambre) en lisant un livre de symptômes médicaux. Je suis peut-être un peu excentrique, comme le sont souvent les professeurs d’université. Mais je pense qu’il y a quelque chose de réel dans mon auto-diagnostic d’autisme léger.

Ce n’est pas seulement le caractère qui me fait me comporter d’une certaine manière : mon esprit clique vraiment un peu différemment. Laissez-moi vous donner un exemple : Je ne me souviens pas des noms de rue. Ce n’est pas un choix. Vraiment, je ne peux pas. Appelez cela « dyslexie toponymique » si vous voulez (un terme que j’ai inventé), mais c’est la façon dont mon esprit fonctionne. À quelques exceptions près, comme la rue où j’habite, ma carte mentale de ma ville est purement visuelle, et non verbale – elle ne contient aucun nom de rue. Pour autant que je sache, j’ai toujours été comme ça.

Ce n’est pas une déficience, je n’ai aucune difficulté à m’orienter dans ma ville. Mais les gens trouvent étrange, et parfois exaspérant, que je devienne complètement muet lorsqu’ils me disent quelque chose qui a trait à un nom de rue spécifique que, selon eux, tout le monde devrait connaître. Je n’ai pas trouvé ce symptôme décrit exactement de cette façon comme étant typique de l’autisme, mais cela correspond à la description de Grandin qui explique qu’elle ne pense pas verbalement, mais par images.

Je pourrais vous en dire plus, mais laissez-moi simplement ajouter que ma femme confirme mon interprétation. Lorsque je lui ai dit, il y a quelques jours, que j’avais découvert que j’étais un aspie, elle a été un peu surprise à l’idée d’avoir vécu avec un neuropathe pendant plus de 40 ans, sans le savoir ! Mais après avoir réfléchi un moment, elle a dit que, oui, c’est ce que je suis. Elle convient que le terme « aspie » me décrit très bien.
Empathie et autisme

L’autisme est fortement lié au concept d’« empathie » et les autistes sont souvent censés être incapables de ressentir de l’empathie envers les autres. Mais est-ce vrai ? Et qu’est-ce que l’empathie, exactement ? Elle est souvent définie comme la capacité à « se mettre à la place d’une autre personne ». Il s’agit d’une compétence sociale nécessaire : si nous n’y parvenons pas, nous risquons de mettre les gens en colère contre nous. Pire encore, si nous ne comprenons pas le fonctionnement de l’écosystème de la Terre (alias Gaia), nous risquons de nous mettre à dos la Déesse. Et cela pourrait être bien pire. Mais qu’est-ce que nous faisons de mal, exactement ? Et qu’est-ce que cela signifierait de le faire correctement ?

C’est un sujet dont j’ai beaucoup discuté avec le « gourou de l’empathie« , Chuck Pezeshky. Nous avons même l’intention d’écrire un livre ensemble sur le sujet. Comme vous pouvez l’imaginer sur la photo, travailler avec Chuck peut être très amusant, et son blog est une mine d’idées et de concepts sur l’empathie (l’un des plus fondamentaux étant « comme nous sommes en relation, nous pensons ». Il s’applique très bien aux aspies).

C’est une question complexe et, ici, je ne peux que résumer mon point de vue (qui n’est pas nécessairement celui de Chuck) en me référant à une métaphore plutôt abusive, celle de l’histoire zen qui raconte comment on peut exceller dans l’art du tir à l’arc en « devenant la flèche ». Un moyen encore meilleur est d’utiliser le terme que Robert A. Heinlein a inventé dans un de ses romans : « grokking », qui devient aujourd’hui courant chez les Terriens (notamment chez celui qui s’appelle Chuck Pezeshky).

« To grok » est un verbe dans la langue martienne, il est impossible de le traduire exactement dans les langues terriennes, mais cela signifie que vous devenez la personne, l’animal ou l’objet que vous essayez de comprendre.

La meilleure façon d’aborder le grokking de manière récursive est peut-être de se référer à un très ancien type de savoir terrien appelé « Change-Peau », la capacité des sorciers et des divinités à prendre la forme d’autres humains ou animaux. Bien sûr, les anciens sorciers ne pouvaient pas vraiment se transformer en… disons… cerfs. Mais comprendre les cerfs signifiait acquérir quelque chose des pouvoirs des cerfs. Porter un chapeau à cornes aidait sûrement. L’image de gauche montre un ancien sorcier à cornes du chaudron de Gundestrup. Ce style d’habillement semble être encore populaire de nos jours, comme l’ont montré certains événements récents. Mais permettez-moi de ne pas m’étendre sur ce sujet.

Donc, empathie signifie grokking. Comment donc les aspies s’en sortent-ils ? On les décrit souvent comme des personnes qui ne peuvent pas ressentir d’empathie, mais je pense que c’est faux. Ce ne sont pas des individus à sang froid, semblables à des reptiles, incapables de ressentir quoi que ce soit. Pas du tout ! Les Aspies sont des hyper-grokkers potentiels, et parfois réels.

Pensez-y : Spock, le prototype de l’aspie, n’est pas quelqu’un qui ne ressent rien. Il utilise simplement la logique pour dominer l’émotion. La même chose est vraie pour moi, bien que je ne sois pas aussi glacial que Spock (et je ne suis même pas le premier officier d’un vaisseau spatial !) Et c’est vrai aussi pour Temple Grandin qui est une personne compatissante qui a consacré une grande partie de sa vie à réduire la souffrance du bétail. 2 C’est vrai pour la plupart des Aspies qui ne sont pas des individus déficients, juste des personnes qui se comportent un peu différemment de ceux que nous appelons les « neurotypiques ».

Mais pourquoi les Aspies donnent-ils l’impression d’être le contraire de ce qu’ils sont réellement ? C’est parce que le change-peau/grokking est associé à la « métamorphose emprisonnante ». Le risque de se transformer en quelque chose ou quelqu’un d’autre est de devenir cette personne ou cet animal. Pire encore, le sorcier peut être incapable de se retransformer en sa forme initiale. Dans une version moderne, ce problème a été magistralement décrit par Ursula le Guin dans son livre Earthsea.

L’exploration d’un autre esprit est l’empathie dans sa forme la plus pure. Et c’est dangereux : les mystiques s’y essaient avec Dieu et risquent d’être réduits en cendres par l’éclat pur de l’esprit de Dieu. Avec d’autres humains, ce n’est pas le problème mais, si vous « grokkez » une personne mauvaise, vous risquez de devenir mauvais. Si vous « grokkez » une personne dérangée, vous pouvez devenir dérangé de la même manière. Et si quelqu’un que tu « grokkes » veut que tu fasses quelque chose de mal, il ou elle peut y parvenir.

C’est un risque que courent les aspies, ils mettent donc en place un bouclier qui protège leurs sentiments intérieurs. Parfois, ce bouclier devient si lourd qu’il en devient impénétrable. C’est alors qu’une personne devient dysfonctionnelle : trop de protection la coupe du reste du monde. Mais, sans bouclier, les aspies seraient une cible facile pour les prédateurs qui exploitent l’empathie pour leur avantage personnel. Ces personnes sont appelées « psychopathes ». 3

Les psychopathes sont l’exact opposé des aspies en termes de personnalité. Normalement, ils ont peu ou pas d’aptitudes emphatiques et, pour eux, les autres personnes n’ont de valeur que comme outils. On peut dire que les psychopathes sont des vampires de l’esprit : ils essaient de dévorer l’âme des autres s’ils en ont l’occasion.

Les stratégies des psychopathes sont rarement subtiles. En général, ils utilisent l’intimidation. Mais ils peuvent exploiter d’autres faiblesses : la cupidité, la luxure, l’orgueil et la vanité, tout autant que des qualités positives comme la gentillesse et la compassion. Souvent, les psychopathes ont tendance à se regrouper pour amplifier leurs pouvoirs. Les gouvernements nationaux sont généralement colonisés par des psychopathes de la pire espèce.

Maintenant vous pouvez voir comment la contre-stratégie des aspies fonctionne. Leur personnalité est un mécanisme défensif/évasif contre les prédateurs psychopathes. Ils peuvent « faire la sourde oreille », du moins aux méthodes de manipulation les plus flagrantes, par exemple par leur capacité à se concentrer intensément sur quelque chose. C’est ce qui fait d’eux de piètres socialistes, mais de bons scientifiques. Cela fonctionne particulièrement bien contre la propagande gouvernementale.

Je comprends qu’il s’agit d’une interprétation controversée et je ne peux pas prouver qu’elle est correcte. Vous pourriez objecter, par exemple, que les autistes ne peuvent tout simplement pas lire certains signaux non verbaux qui sont clairs pour les personnes « normales ». Et en quoi cela constituerait-il un obstacle ? Cela ressemble à un handicap. D’ailleurs, le fait que je ne me souvienne pas des noms de rue, comme je l’ai noté, est une barrière contre quoi exactement ?

C’est vrai. Mais, en guise de réfutation, je pourrais dire qu’il peut y avoir plusieurs types de barrières que les aspies construisent, toutes ne sont pas efficaces et certaines sont contre-productives. Dans l’ensemble, je pense que mon explication fonctionne mieux pour la fraction des aspies qui se situent du côté léger du spectre de la maladie, comme Temple Grandin. Dans ce cas, vous pouvez voir l’autisme non pas comme une pathologie, mais comme une aptitude.

Bien sûr, c’est un équilibre délicat que ces aspies recherchent. Si leur barrière est vraiment infranchissable, ils deviennent des personnes dysfonctionnelles, inutiles pour eux-mêmes et pour les autres. S’ils ne parviennent pas à maintenir la barrière suffisamment forte, alors ils peuvent être manipulés comme des personnes normales. Mais lorsqu’elle fonctionne, le mécanisme est efficace comme défense contre les nombreuses tentatives de manipulation auxquelles on est confronté chaque jour.
La course aux armements dans l’holobiont social

Comment se fait-il qu’il y ait des psychopathes et des aspies dans le monde ? Je pense que c’est le résultat d’un mécanisme évolutif. La société humaine peut être décrite comme un « holobiont social » qui change et évolue en permanence. Un holobiont est une entité composée de divers éléments normalement en symbiose les uns avec les autres. Mais, parfois, un déséquilibre se développe, certains éléments de l’holobiont deviennent des parasites d’autres éléments, et le système doit changer et s’adapter pour retrouver un certain équilibre.

Dans les petits groupes sociaux, comme dans les sociétés tribales où vivaient nos ancêtres, les psychos peuvent avoir joué un rôle utile pour le groupe. Leurs tendances agressives ont pu aider la tribu en cas de guerre ou dans d’autres occasions où la tribu devait agir rapidement et où tous les membres devaient se mettre d’accord sur un plan : la migration, par exemple.

Mais, avec les sociétés plus importantes, le rôle des psychos est passé de symbiote à parasite. Ils ne sont plus seulement les grands hommes locaux, ils sont devenus des rois-dieux, puis des souverains absolus qui prétendaient non seulement à l’obéissance, mais aussi à l’uniformité de pensée. Avec le développement des médias de masse, les psychos aux commandes ont découvert qu’ils pouvaient obtenir tout ce qu’ils voulaient en lançant au reste du peuple le monstre de l’année à détester, tout comme, autrefois, les constructeurs automobiles de Détroit convainquaient les gens d’acheter une nouvelle voiture en utilisant l’astuce du « modèle de l’année ». C’est ainsi que fonctionne notre société, de nos jours. Les psychopathes sont des super-parasites sociaux qui obligent tous les autres à suivre les montagnes russes émotionnelles générées par les médias.

Bien sûr, la domination des psychopathes sur la société génère d’énormes dégâts sur tout et tout le monde. Elle nous pousse vers des choix désastreux dans tous les domaines, du développement des armes nucléaires à la pollution de tout, en passant par la surexploitation de toutes les ressources.

Est-il possible que le nombre croissant d’aspies soit une manifestation de l’évolution de la société vers un certain degré de résistance à ce type de manipulation ? Il est certain que la croissance a été incroyablement rapide. L’autisme était presque inconnu il y a 50 ans, aujourd’hui environ une personne sur 30 naît autiste aux États-Unis, soit une augmentation de près d’un facteur 300. C’est aussi en partie le résultat de meilleures techniques de détection, mais il est également vrai qu’il existe de nombreux cas légers non reconnus, de sorte que les aspies ne sont plus une infime minorité de personnes handicapées.


Il s’agit, là encore, d’une proposition controversée. En supposant que l’autisme soit un trait génétique, comme cela semble l’être, selon l’interprétation standard de l’évolution par la sélection naturelle, vous pourriez objecter qu’il est difficile de voir comment l’évolution génétique pourrait conduire à un changement aussi rapide en seulement 50 ans. Et il faudrait supposer que les aspies ont plus d’enfants que les non-aspies, ce qui est pour le moins difficile à maintenir.

Ce que je peux dire sur ce point, c’est que les points de vue modernes sur l’évolution permettent un changement beaucoup plus rapide que la version traditionnelle néo-darwinienne. Des concepts tels que le transfert horizontal de gènes et l’épigénétique ont complètement changé nos points de vue (si vous voulez un indice de la complexité de l’évolution du cerveau humain, jetez simplement un coup d’œil à cette revue). Une fois que vous avez remarqué comment l’esprit humain est affecté par le microbiome de l’holobiont humain, vous comprenez à quel point l’esprit humain est plastique. Il peut changer, et changer beaucoup, à la suite de changements dans l’environnement chimique et physique. En outre, le comportement d’un être humain est un mélange complexe de facteurs culturels et génétiques. Dans les cas légers d’autisme, les facteurs culturels peuvent être importants et nous savons qu’ils peuvent changer très rapidement.

Dans l’holobiont sociétal humain, nous pouvons voir les aspies et les psychos comme deux niveaux d’une chaîne trophique où les psychos sont les prédateurs et les aspies les proies. Comme dans les écosystèmes biologiques, par exemple les lapins et les renards, dans le holobiont social, les prédateurs et les proies sont enfermés ensemble dans une course aux armements où ils essaient sans cesse d’améliorer leurs chances de survie. Ainsi, le nombre croissant d’aspies pourrait être le résultat d’un rééquilibrage de la société pour contrer le pouvoir excessif des psychopathes. Une société où la plupart des gens sont des aspies serait beaucoup moins sensible à la propagande et pourrait être gérée selon la raison pour le bénéfice de tous.

Est-ce possible ? Comme d’habitude, les systèmes complexes ont toujours le moyen de vous surprendre, et la société humaine est l’un des systèmes les plus complexes que l’on connaisse. Elle pourrait donc bien nous surprendre par ses capacités d’adaptation. Pensez au pont de commandement de l’Enterprise dans Star Trek. L’approche rationnelle de Spock (l’aspie) était équilibrée, complétée et améliorée par l’approche du capitaine Kirk. Ce dernier n’était pas un psychopathe, mais une personne qui pouvait être guidée par ses émotions et qui avait besoin d’un complément rationnel. L’Enterprise était un exemple d’holobiont bien équilibré. Il illustre parfaitement le pouvoir impressionnant de la diversité et du respect réciproque qui font la force de tous les holobionts, y compris celui de la société. Et n’oubliez pas que Greta Thunberg est une aspie, elle aussi !

Et donc, vivez longtemps et prospérez, camarades aspies !

Ugo Bardi

Notes
  1. Le livre de Temple Grandin « Thinking in Images » est un livre remarquable, même pour ceux qui ne sont pas aspies. Il s’agit clairement d’un livre différent de la moyenne des livres de développement personnel. Les premiers chapitres sont difficiles à décrire : ils sont « étranges » – l’auteur se promène parmi de nombreux sujets différents, donnant l’impression que vous lisez vraiment quelque chose écrit par quelqu’un dont l’esprit fonctionne différemment du vôtre. Mais, au fur et à mesure que l’on avance, on commence à comprendre ce que Grandin veut dire. Les premiers chapitres sont une sorte de test. Comme il est typique pour les aspies/autistes, elle ne s’ouvre pas à vous tout de suite. Il faut lire plus de la moitié du livre avant qu’elle ne commence vraiment à s’ouvrir au lecteur et à lui faire part de ses pensées intérieures. Si vous arrivez à ce point, vous commencez à comprendre qu’elle respecte le lecteur et qu’elle demande le respect du lecteur. Elle ne s’ouvre jamais complètement, mais suffisamment pour que le lecteur l’apprécie en tant qu’être humain, un peu différent de la moyenne, mais digne de respect pour son attitude bienveillante envers l’humanité et tous les êtres vivants. 
  2. ibid 
  3. Les dirigeants mondiaux sont des exemples typiques de psychopathes, à quelques exceptions près. L’un d’entre eux peut être Vladimir Poutine, le président de la Russie, qui a été décrit comme souffrant de la maladie d’Asperger dans les médias occidentaux. C’était une insulte, mais ce n’est peut-être pas si faux comme description de la personnalité de Poutine. Si vous examinez les discours de Poutine, vous constaterez qu’il n’utilise jamais le genre de diabolisation agressive des ennemis que les dirigeants occidentaux utilisent en permanence. Il a l’air froid et rationnel, mais il peut occasionnellement montrer ses sentiments, comme lorsqu’on l’a vu pleurer lors d’un défilé militaire. En Occident, ce comportement a été compris comme une ruse particulièrement sournoise. Cela aurait été le cas si Poutine était un psychopathe (imaginez Donald Trump pleurant lors d’une parade !). Mais si Poutine est un aspie, alors une perforation occasionnelle de sa barrière défensive pourrait générer ce comportement. D’ailleurs, avez-vous remarqué que tous les Russes semblent avoir certains aspects des aspies ? Essayez de demander votre chemin dans les rues de Moscou, et vous comprendrez ce que je veux dire ! Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas de dénigrer les Russes – pas du tout ! Une fois la barrière passée, les Russes sont les meilleures personnes du monde. En fait, tous les gens du monde sont les meilleures personnes du monde une fois que vous les connaissez bien. 



 
Top