Lors de la présentation du Pacte européen sur la migration et l'asile, le commissaire européen Margaritis Schinas a présenté la dimension extérieure comme l'un des principaux piliers du Pacte (ou « étages de la maison »). Cependant, aucune nouveauté ou proposition législative réelle n'est présentée, si ce n'est l’accent mis sur les politiques de réadmission et le concept de « pays tiers sûr ».

Cette focalisation sur les retours se fait au détriment de la mise en place d'un système d'asile efficace. Elle se produit également en l'absence d'un mécanisme de contrôle post-expulsion vers des pays qui violent systématiquement et notoirement les droits fondamentaux (tels que l'Égypte, la Turquie et l'Algérie, entre autres) et, ce faisant, enfreignent les principes inscrits dans les conventions internationales et européennes. 

Ce document examinera les principaux éléments en ce qui concerne la dimension externe du pacte. Il abordera les quatre points suivants. 
  1. La conditionnalité entre les accords de visa et de réadmission : politiquement dangereuse pour l'Europe et cause de violations des droits humains 
  2. Le mécanisme de « solidarité » : parrainer les retours et soutenir les politiques d'externalisation 
  3. Le concept très problématique de pays tiers sûrs 
  4. Les éléments positifs à renforcer : un mécanisme de contrôle du respect des droits fondamentaux et des voies légales







 
Top