Intro : Le Rif oriental tel que je vais le définir correspond à la province de Nador, l'ex-province coloniale espagnole du Quert, l'ancienne région médiévale du Garet. La région, en général berbérophone, est faite des collines et montagnes méditerranéennes du Nord prolongeant le Tell Oranais, peuplées d'une vieille paysannerie sédentaire et des plaines et chaînons steppiques méridionaux occupés par des populations en grande partie sédentarisées. La province de Nador est nettement séparée du reste du Rif par la profonde coupure du Nekor, et à l'Est, elle est bordée par la Moulouya.

Les déplacements de populations y ont été nombreux dans le passé, la région envoyant périodiquement, de façon temporaire ou définitive, certains de ses habitants dans d'autres parties du Maghreb. Depuis 1960, ces migrations ont pris la forme majeure d'une émigration temporaire de travailleurs en Europe. 

Au Nord de la Méditerranée, les émigrés rifains se fondent dans la masse des? 500 000 travailleurs immigrés qui s'y trouvaient en 1973 ou des 6 300 000 qui y étaient encore en 1975. Leur situation est tout aussi précaire, elle est celle d'un prolétariat issu essentiellement des régions méditerranéennes, mal intégré, remplissant un rôle de complément ou de remplacement dans les travaux pénibles, sales et dangereux, aux côtés de la classe ouvrière européenne. Avec la crise, la seconde moitié des années 70 est le temps de l'arrêt de l'immigration et de la stabilisation ou du déclin lent des effectifs installés en Europe. Telle est en effet la logique du système. Une période vient de s'achever, il est temps d'en faire le bilan, d'autant que ses fruits sont plus amers. 

Travailleur payé le plus souvent au salaire minimum, mal logé, soumis à des vexations en Europe, l'émigré est en même temps dans sa région l'homme riche qui doit montrer sa réussite, les deux images étant complémentaires. L'été, le Rif oriental présente une image heureuse, les maisons blanches et neuves largement éclairées par le soleil accueillent les émigrés. C'est le temps des fêtes, des mariages. 

Entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, c'est le voyage, lors des vacances, les parkings d'Algésiras ou de Malaga couverts de voitures dont les passagers sommeillent en attendant une place sur le bateau qui franchira le détroit. Ce sont aussi les longues files d'attente à la douane de Bni Nsar, à la sortie de Melilla, les voitures bondées, les lourdes valises, les adolescents qui remplissent les fiches de police des travailleurs. 

Au-delà des images, les questions essentielles sur cette région et son avenir se posent : 
  • Quelle est l'importance de l'émigration temporaire de travailleurs vers l'Europe, comment s'est-elle effectuée, et selon quels critères la sélection des migrants au sein de la société s'est-elle réalisée? 
  • Dans quelle mesure ce nouveau phénomène migratoire se situe-t-il dans la continuité du passé migratoire du Rif oriental? 
  • Existe-t-il ou non une grande homogénéité régionale face à l'émigration en Europe? 
  • Les possibilités de développement local sont-elles ou non améliorées par les séjours temporaires de travailleurs à l'étranger? quelle est à ce sujet l'importance des revenus monétaires et des transferts de connaissance par l'intermédiaire des retours, dans la mesure où ceux-ci ont lieu? 
  • Les avantages et les inconvénients de l'émigration doivent-ils être mesurés de la même façon au niveau de la situation individuelle de la région, ou du Maroc tout entier? qui profite de l'émigration tant au plan international que local? 
  • L'exode rural à destination des villes proches ou lointaines se trouve-t-il modifié par l'émigration vers l'Europe? La polarisation de l'espace a-t-elle tendance à s'accentuer? 
  • Quelles sont enfin les perspectives qui s'offrent à la région alors que la croissance européenne s'est essoufflée, que l'émigration vers ces régions est stoppée et que l'économie marocaine ne progresse que lentement? 
Je vais essayer de répondre à ces questions en suivant un plan qui dans une première partie quantifie et caractérise l'émigration en Europe tout en indiquant ses lieux d'implantation privilégiés. Il faut ensuite replacer ce phénomène dans une perspective historique où il fait suite à de nombreuses migrations tout en en expliquant les causes récentes qui se trouvent à la fois dans la région, dans l'ensemble marocain et maghrébin, mais surtout dans la situation des économies européennes. Ce sera le rôle des deux parties suivantes. La diversité des situations du Rif oriental et les différents types de migrations seront l'objet du quatrième chapitre, tandis que la dernière partie essaiera d'analyser les conséquences sur l'organisation de l'espace, de l'économie et l'évolution de la société. [...]





 
Top