Le crime de Jean-Jacques Liabeuf indigne tous les demandeurs de sécurité. Cependant, sa notoriété ne s’explique pas par ce seul geste. Une forte mobilisation se forme en faveur du cordonnier. Celui qui lance ce mouvement de soutien est le journaliste Gustave Hervé.


Socialiste insurrectionnel, Gustave Hervé prend sa défense. Selon lui, en se faisant justice contre les agents, Liabeuf a donné une belle leçon d’énergie, de persévérance et de courage aux honnêtes ouvriers qui n’osent jamais riposter alors qu’ils sont eux-mêmes victimes de brutalités policières, d’ignobles passages à tabac, de condamnations imméritées, d’erreurs judiciaires grossières. 

Épisode 2 : L’affaire de la rue Aubry-Le-Boucher
Cet article au vitriol déclenche une guerre des gazettes : D'un côté, les partisans de l'ordre sécuritaire hurlent au laxisme contre les apaches des quartiers mal famés. Les journaux de gauche, eux, soulignent surtout l'injustice qu'a subie le misérable cordonnier, condamné à tort par des policiers véreux. C'est une lutte des classes qui se joue sur le cas Liabeuf.

L’exemple de "l’apache", ça consiste pour Gustave Hervé à dire et bien, "vous voyez, y’en a un qui l’a fait ! " C’est-à-dire qu’il y en a un qui a pris un révolver et qui a tué un agent. C’est-à-dire que c’est un ouvrier, un cordonnier, qui est passé à l’action directe. Et ça, c’est une thèse qu’il essaie de défendre et de promouvoir depuis déjà plusieurs mois. Et puis bon, encore une fois, il a senti qu’il y avait une forme d’exaspération sociale et il veut l’utiliser. Gilles Heuré, écrivain

L'affaire se trouve un temps éclipsée par la crue exceptionnelle qui engloutit Paris fin janvier puis reprend de plus belle. Gustave Hervé est condamné à quatre ans de prison pour délit de presse et Armand Fallières refuse la grâce présidentielle à Jean-Jacques Liabeuf. 

Quand il s'avance vers la guillotine, dressée le 1er juillet 1910 au pied du mur de la Santé, le cordonnier n'est pas seul. Au loin, 10 000 manifestants sont venus crier leur colère, dans un climat insurrectionnel, prêts à en découdre avec les forces de l’ordre.








 
Top