Un des phénomènes les plus marquants de ces dernières années en matière de migration des marocains vers l’étranger est certainement la nouvelle orientation géographique des flux vers de nouveaux pôles d’attraction, en l’occurrence l’Espagne et dans une moindre mesure l’Italie. 

L’Italie qui, jusqu’aux années soixante, était un pays d’émigration ne constituait guère une destination privilégiée pour les Marocains. La décennie 80 marque un tournant dans l’histoire migratoire de ce pays qui, de pays d’émigration est devenu un pays d’immigration, y compris pour les Marocains. Après la crise pétrolière de 1973, les Pays d’Europe centrale et septentrionale, pays d’accueil traditionnels des flux d’origine méditerranéenne, adoptèrent des politiques plus restrictives. L’afflux de ressortissants marocains en Italie est lié aux politiques migratoires mises en place après la crise pétrolière de 1973 et commence à s’imposer à partir des années quatre-vingt, pour se poursuivre de manière plus intensive dans la décennie suivante. 

La cartographie des flux migratoires des Marocains résidant en Italie renvoie à une problématique multidimensionnelle: l’évaluation actuelle du volume de la communauté marocaine résidant en Italie et de son évolution, sa répartition spatiale au pays d’origine et au pays d’accueil, ainsi que ses caractéristiques socio- démographiques et économiques (structure par âge et sexe, état matrimonial, niveau d’instruction, activité, fécondité et mortalité, taille des ménages…) et enfin les transferts et les aspects d’intégration dans la société italienne (acquisition de la nationalité, discrimination, délinquance.. ).

Ce travail a été réalisé par Messieurs : Mohamed MGHARI et Mohamed FASSI FIHRI, Démographes au Centre d’Etudes et de Recherches Démographiques (CERED) relevant du Haut Commissariat au Plan. La participation de Mr Jamal AIT MOHA Géographe au CERED à la préparation des cartes géographiques et de Mlle Nadia LKHOULF, statisticienne à une partie de l’analyse du recensement italien de 2001 a été précieuse. Qu’ils en soient remerciés.








 
Top