Seuls les sots ou les indécrottables gourous du système croient à la baliverne, répandue par les médias aux ordres, selon laquelle l’Europe apporterait la paix et le bonheur. De fait, la cacophonie vaccinale — dont les peuples sont les premières victimes — est due à la désastreuse gestion de cette affaire par une eurocratie qui démontre une fois encore, que l’Union européenne n’est jamais à la hauteur.

Bien sûr, le régime d’Emmanuel macron qui a tout misé sur l’Europe est ridicule en tout point et la France, de plus en plus déclassée, se classe péniblement aux dernières places avec la Roumanie et la Slovénie.

Les gens qui gouvernent (si mal) l’Union européenne ont cru malin de faire le contraire d’un Boris Johnson en n’investissant pas sérieusement dans la recherche, en restant ainsi des simples clients des laboratoires et en essayant de négocier à bas prix ce qui est devenue une denrée rare, donc chère. Les gagnes-petits de l’Europe – qui savent pourtant jeter l’argent par les fenêtres quand il s’agit de sauver les banques ou tenter d’acheter la « paix sociale » dans certaines banlieues – portent incontestablement la responsabilité de la crise. Tout cela est aggravé en France par l’incurie du gouvernement qui change de tactique tous les jours et qui de facto se soucie du peuple comme de colin-tampon. À vrai dire, nous arrivons au bout d’un système républicain qui n’a cessé de se dégrader. Quel contraste avec un gouvernement britannique qui sait où il va ou avec une monarchie marocaine qui fixe le cap dans la tempête…

Il est tout de même significatif que ce sont les États qui ne sont pas dans l’Union européenne qui s’en sortent le mieux ! La Serbie a su se procurer le vaccin russe tandis que la Grande-Bretagne, où la stratégie de Boris Johnson est validée, produit son propre vaccin (Astra-Zeneca) et a déjà pu vacciner 10 fois plus de citoyens que la France ! Ainsi, il est démontré les bienfaits du Brexit face à des dirigeants français, qui ne sont que des donneurs de leçons et des parleurs embourbés dans la pesanteur bureaucratique d’un régime à bout de souffle.

Et pour ceux qui sont encore dans l’Union européenne, c’est souvent la débandade. Voici les pays qui contestent le plus la bureau-technocratie européiste qui trouvent des solutions hors de l’union. La Hongrie est dans le groupe de tête des pays vaccinés grâce à ses amis russes, la Slovaquie et la Tchéquie l’imitent désormais. Dans un communiqué du 10 mars 2021, le Fonds d’investissement direct russe (fonds souverain de la Fédération de Russie) a annoncé l’enregistrement du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V au Royaume du Maroc. Ainsi, le vaccin Spoutnik V a été approuvé dans une cinquantaine de pays avec une population totale de plus de 1,2 milliard de personnes, ce qui le classe au deuxième rang mondial. La Pologne, l’Autriche et le Danemark s’adressent aussi à des pays non-européens, notamment auprès de la Chine pour Varsovie.

À vrai dire le choix de l’Allemagne, de la France et de quelques pays se révèlent désastreux. Nous voyons bien les limites de l’idéologie de ceux qui répètent niaisement que le virus ne connait pas les frontières. À force d’ignorer les nations, les Macron, les Castex, les Drian et quelques autres nous ont conduit au désastre mais peu leur chaut tant ils ont le mépris de ce peuple qu’ils osent appeler les « sans-dents » ou les « ploucs ».

Aujourd’hui, les faits sont là, têtus comme le disait déjà Marc Twain. La France est nue du fait de son choix européen et mondialiste, véritablement antigaulliste car il a tué l’esprit de résistance et de souveraineté. Mme Lagarde, M. Attali, M. Breton et M. Macron parlent ; le pays meurt à petit feu…

Charles Saint Prot
Directeur général de l'observatoire d'études géopolitiques Paris






 
Top