Le but de la vaccination est de vous contraindre à porter sur vous une identité numérique forte et automatiquement détectable par des objets ou bornes installés dans les lieux publics (restaurants, supermarchés, etc.), afin de permettre à l'immense marché des objets connectés de démarrer enfin, et surtout, afin de permettre à la nouvelle monnaie numérique de banque centrale de s'imposer contre les monnaies anciennes et concurrentes.

Ceci n'est pas un complot mais une instrumentalisation
Le problème à régler pour que cette nouvelle monnaie s'impose, ainsi que pour toutes les autres applications du traçage via des I.A. qui analysent vos comportements (flicage), c'est celui de l'identification numérique forte sans contact ni opération complexe (entrer des mots de passe, recevoir un sms, se faire scanner son œil etc.). Vous payez simplement en approchant votre identifiant d'une borne (mobile, bague, carte d'identité à puce, puce implantée...), ce qui ne pose aucun problème si ce dernier est bien lié à votre corps.

Dans un premier temps il n'en sera pas ainsi, mais ce sera déjà très pratique (si on se fait voler son moyen de paiement on pourra l'annuler en passant un coup de fil ou autre) et ce n'est que par l'habitude acquise de payer en se laissant ainsi identifier/tracer, que l'on acceptera que pour augmenter la sécurité, que ces opérations soient liées au corps, ce qui est la volonté de toute la clique du forum économique mondial.

Actuellement il n'y a pas de réflexion ou débat sur ce sujet, parce que c'est très très compliqué, en plus d'être sulfureux compte tenu de la censure qui pèse sur toutes les réticences à la vaccination, et même moi, qui pourrait être un ingénieur à qui on demande de sécuriser l'identification automatique pour éviter le traçage lorsqu'on utilise ce genre de moyen de paiement (puce reliée à votre cloud sur Internet), je n'ai pas la solution.

La raison est simple : si j'avais la solution (cryptage, blockchain ou autre) elle fonctionnerait sur un matériel bien précis mais pour la généraliser au monde entier, il faudrait l'adapter à toutes sortes de matériels gérés par les Gafams et c'est là que vous ne pourriez pas empêcher le développement de dérivés algorithmiques qui envoient votre identité ailleurs que sur votre cloud pour demander une réponse, sauf à utiliser, et encore, des technologies quantiques qui n'existent pas à ce niveau là.

C'est d'ailleurs un problème qu'a bien compris Thalès notamment, ainsi que tous les experts qui réfléchissent sur ce sujet. Il n'existe aucune autorité qui peut empêcher les Gafams de détourner ou adapter des applications pour d'autres usages liberticides, tout simplement parce que ce que fait un algorithme ne se voit pas, ne se détecte pas, et que la preuve des usages liberticides est quelque chose d’extrêmement compliqué à établir, totalement hors de portée de la CNIL.



 
Top