Mesdames, Messieurs,
Dames en Heren,

Permettez-moi tout d’abord de remercier les organisateurs de cet événement exceptionnel.
Je tiens également à vous féliciter chaleureusement pour les dizaines de projets et événements que vous avez mis sur pied dans le cadre de « 50 d’immigration marocaine – C’est du belge ! ».
U heeft een ambitieus en bijzonder interessant programma uitgewerkt, wat mij zeer verheugd.
Dames en Heren,
50 jaar geleden tekenden België en Marokko een akkoord om duizenden werknemers naar hier te laten komen. Het waren de jaren ’60. We hadden de pagina van de Tweede Wereldoorlog omgedraaid. Ons land lanceerde grote infrastructuurprojecten en had nood aan werkkrachten.
Des milliers de travailleurs venus du Maroc sont venus mettre leurs bras et leurs talents au service de nos entreprises. Ze hebben zich gevestigd in Brussel, in Antwerpen of in Limburg. Présents sur tous les chantiers, dans les mines et les usines, ils ont contribué à bâtir notre richesse actuelle. Nous leur devons une partie de notre prospérité ! Nos immeubles, nos hôpitaux, nos écoles, nos aéroports, notre métro, nos voies ferrées, nos routes, tout cela s’est construit avec une importante main-d’œuvre marocaine.

« Nous pouvons êtres fiers d’eux »

Ils étaient vos parents et vos grands-parents. Vous pouvez être fiers d’eux. Nous pouvons être fiers d’eux ! Au nom de la Belgique et du Gouvernement belge, je tiens à leur exprimer la reconnaissance de notre pays et les remercier du fond du cœur.

Mesdames, Messieurs, Si les citoyens marocains ont quitté leur soleil, c’est avant tout pour nourrir leur famille. Ne l’oublions jamais ! Ayant connu de nombreuses personnes venues du Maroc dans la cité ouvrière dans laquelle j’habitais dans le Hainaut, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour les migrants italiens. Dans des conditions identiques, mes parents ont quitté le soleil de l’Italie. Ils voulaient offrir une vie meilleure à leurs enfants et ils sont partis vers le Nord, avec une simple valise à la main.

Comme pour vos parents et vos grands-parents, ce fut très dur. Ils ont connu, dans notre pays, des conditions de vie et de travail harassantes. Sans parler du sentiment d’exil, de la douleur de la séparation et de certains comportements ou réactions xénophobes.C’est donc avec une énorme émotion que je prends la parole ce soir.

Être là, devant vous, en tant que premier Premier ministre issu de l’immigration, est pour moi un moment très symbolique. Je voudrais en profiter vous adresser un message.

Un message d’optimisme et d’amitié

Je connais l’ampleur des difficultés que certains d’entre vous rencontrent dans la vie de tous les jours. Je sais que les obstacles restent malheureusement trop nombreux. Des Belges issus de l’immigration subissent encore trop souvent des discriminations, par exemple pour trouver un emploi ou un logement. Des citoyens issus de l’immigration subissent trop souvent encore les affres du racisme, du mépris ou des vexations. Et, certains d’entre vous ont parfois envie de baisser les bras

Et pourtant…

Et pourtant, nous vivons dans un pays qui offre de fantastiques possibilités d’émancipation. Les réussites de Belges issus de l’immigration et notamment d’origine marocaine sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus visibles. Que ce soit dans les domaines culturels ou sociaux, dans les entreprises ou en politique, les succès sont en progression fulgurante.

C’est également le cas de ce que j’appelle les héros du quotidien. Ces milliers de femmes et d’hommes qui – malgré les difficultés – parviennent chaque jour à s’imposer par leur travail, leur motivation et leurs compétences. C’est vers eux que nous devons tous regarder. Ce sont eux les exemples qui doivent nous motiver.

La Belgique est l’un des pays au monde où l’enseignement est le plus accessible. Nous avons partout des écoles de grande qualité, avec un financement public qui garantit à chaque élève un excellent encadrement. L’école est le lieu où se préparent tous les succès, toutes les réussites. L’école façonne le destin. Je lance donc un appel aux jeunes citoyens. Soyez curieux, apprenez, étudiez !

Investissez votre temps et votre énergie dans votre formation personnelle. Certes, cela ne sera pas toujours facile mais accrochez-vous ! C’est par ce biais que vous pourrez déployer vos ailes et être autonomes dans la vie.

Je lance aussi un appel à la mobilisation générale en faveur de l’emploi et de la formation des jeunes. Trop de jeunes et en particulier trop de jeunes belges issus de l’immigration sont au chômage. Le défi est collectif : il concerne nos jeunes bien sûr mais tout autant les autorités publiques, les entreprises, les associations. Les élections du 25 mai prochain concernent les différents niveaux de pouvoirs. Nous devons saisir le momentum et former une alliance avec l’Etat fédéral, les Régions et les Communautés en faveur de l’emploi et la formation des jeunes.

Mesdames, Messieurs,

Je le répète, devoir quitter son pays est difficile. Et être un citoyen issu de l’immigration, c’est parfois plus difficile encore. Il faut pouvoir grandir avec deux cultures, deux fidélités, deux affections. Heureusement, ces identités multiples sont porteuses de fabuleux potentiels. Une société comme la nôtre, ouverte sur le monde, gagne à être irriguée par des talents qui se complètent. Aussi, je vous le dis haut et fort : la Belgique a besoin de tous ses citoyens, de tous ses enfants !

Vous êtes aussi l’avenir de notre pays, comme le sont tous les jeunes présents sur notre sol. J’ai parlé de la formation, qui est à la base de tout. Mais je pense aussi à l’engagement citoyen, associatif, politique. Vous n’êtes pas des voyageurs de passage en Belgique. On ne le dira jamais assez : vous êtes des citoyens à part entière !

Vous êtes Belges, pour la très grande majorité d’entre vous. La Belgique de demain se construira avec vous, grâce à vous, pour vous, pour vos enfants et pour tous les enfants des citoyens de notre pays ! Je vous encourage dès lors à prendre votre place et à vous investir pleinement dans notre société.

Oui, prenez toute la place qui vous revient, celle de citoyens à part entière et égaux à tous les autres, en droits et en devoirs. Comme vous le savez, notre pays est confronté à de très grands défis. L’allongement de la durée de vie de notre population, l’avenir de la protection sociale, la mondialisation, la compétitivité de nos entreprises, la sauvegarde de notre environnement… Pour faire face à tous ces défis, nous avons besoin de toutes nos forces. Ayez donc bien conscience de l’importance de votre rôle. Notre pays compte sur vous pour maintenir sa prospérité et améliorer encore la qualité de vie de chacun.

Mesdames, Messieurs,

L’hommage que nous rendons aux premiers arrivants marocains est un hommage à toute la diversité de notre société. Dans quelques mois, nous célébrerons les 50 ans de l’immigration turque. Et dans deux ans, ce sera déjà le 70e anniversaire du traité entre la Belgique et l’Italie concernant l’envoi de travailleurs dans nos mines. C’est une évidence, la Belgique est aujourd’hui un mélange heureux de tous ces apports.

N’en déplaise aux nostalgiques, on ne reviendra pas en arrière, et ce serait d’ailleurs dommage. Aujourd’hui, plus d’un quart de la population du pays est d’origine non belge. Ces évolutions se sont produites dans des délais très courts. 50 ans, à l’échelle de l’Histoire, ce n’est rien du tout. Nous sommes donc encore dans une période d’ajustement. Il s’agit de trouver le bon modèle pour intégrer tout le monde et permettre à chacun de s’épanouir pleinement.

Encore une fois, je parie sur notre jeunesse. Je parie sur notre jeunesse pour vaincre les peurs, surmonter les conflits, créer encore plus de liens solides et durables entre tous.

Je parie aussi sur notre jeunesse pour renforcer la solidarité et la fraternité. Nous devons apprendre ou réapprendre à dire « nous ». Pas un « nous » de clans ou de micro-sociétés repliées sur elles-mêmes mais un « nous » qui englobe l’ensemble des citoyens, quelle que soit leur origine.

Chaque fois que l’on discrimine un candidat à l’emploi, chaque fois que l’on adresse un propos raciste ou antisémite, chaque fois que l’on insulte une femme, chaque fois que l’on persécute une personne jugée différente, c’est toute la société qui doit réagir. Cette réaction doit être immédiate, au nom des valeurs fondamentales de notre démocratie. Ces valeurs, nous les connaissons.

Ce sont des valeurs universelles, qui nous rassemblent tous : l’égalité et en particulier l’égalité femmes-hommes, la solidarité, la liberté de conscience, la liberté d’expression, le respect de l’autre, le refus du racisme et de l’antisémitisme ou encore l’impartialité de l’Etat. Dans la Belgique de demain, celle que nous bâtissons ensemble, il n’y aura pas, il ne peut pas y avoir deux types de citoyens. Il ne peut y avoir que des citoyens égaux, partageant les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Mesdames, Messieurs,

J’en termine. Votre mobilisation est magnifique.
Vous ne pouviez rendre un plus bel hommage aux Marocains qui sont venus, dès les années 60, travailler dans notre pays. Ils ont largement participé à la construction de la Belgique. Cette Belgique, ils l’ont aimée et pour la plupart, ils ne l’ont plus quittée. C’est ici qu’ils ont choisi d’élever leurs enfants et de finir leur vie.

Aujourd’hui, de nouvelles générations prennent le relais. Je les encourage, je vous encourage à saisir toutes les opportunités que vous offre notre pays. Malgré certaines difficultés, la Belgique est un pays où il fait bon vivre. Nous avons l’un des meilleurs systèmes scolaires du monde, de nombreux atouts économiques, une Sécurité sociale qui ne laisse tomber personne, des services publics accessibles à tous, des libertés et des protections démocratiques exceptionnelles.

Depuis deux ans, nous avons réussi à stabiliser notre pays. Nous avons retrouvé confiance en nous et nous sommes à nouveau crédibles au niveau international. Malgré les difficultés, nous nous en sortons beaucoup mieux que de nombreux autres pays européens. Parce que mon Gouvernement a appliqué « la recette belge » : un assainissement budgétaire rigoureux mais soutenable, le soutien au pouvoir d’achat des citoyens et à la relance de notre économie. Les premiers signes d’embellie sont bel et bien là. Avec la confiance retrouvée, la Belgique va de l’avant !

Tout est donc réuni pour tourner les pages les plus pénibles, comme les pages noires de la pauvreté et de la discrimination. Ensemble, écrivons les nouveaux chapitres de la Belgique nouvelle.

Une Belgique colorée, multiculturelle fraternelle et solidaire. Une Belgique fière de son histoire, de sa culture et de ses valeurs. Une Belgique heureuse d’offrir ce qu’elle a, et d’accueillir les apports du monde entier. Cette Belgique multiple, nous allons la bâtir ensemble. Elle est votre pays, elle est notre avenir.

Je vous remercie de votre attention.


 
Top