Nous ne sommes pas, loin de là, à l’abri de méchantes surprises sur ces histoires de vaccins, où tout le monde ment. Pourquoi ? Parce que quand votre seul outil est un marteau, alors tout ressemble furieusement à un marteau. Parce que, par analogie, quand les pays, les économies, la vie sont à l’arrêt à cause d’une maladie, alors, même pour les gouvernements, toutes solutions vaccinales peut sembler miraculeuse. Alors on déploie, on vaccine, on pique…

Nous savons tous, qu’il n’y a là aucune prudence, nous savons qu’il s’agit de procédures d’urgence, accélérées. C’est donc forcément dangereux. Non pas que cela se passera forcément mal, mais il n’est pas certain non plus que tout se passe bien.

Selon la presse anglaise, un poil chauvine et qui défend « son » vaccin made in Grande-Bretagne, il n’y a pas de raison de croire les Allemands qui croient que le vaccin anglais n’a pas 70 % d’efficacité… mais seulement 8 % !! On parle ici de la classe d’âge des plus de 65 ans.

« Quelle est l’histoire ?
Lundi, le journal allemand Handelsblatt a affirmé que le vaccin Oxford / AstraZeneca pourrait n’avoir qu’une efficacité d’environ 8 % chez les personnes de plus de 65 ans – un chiffre bien inférieur à l’ efficacité globale de 70 % chez les adultes rapportée par les chercheurs l’année dernière (efficacité a été rapporté à 62 % parmi ceux qui ont reçu deux doses complètes du vaccin, le régime approuvé par la suite par l’Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé) ».

C’est aussi normal, à ce niveau, d’avoir des incertitudes scientifiques nombreuses, et ce qui devrait alarmer chacun, ce ne sont pas les incertitudes, ce que l’on ne sait pas, ce qui doit-être encore découvert parfois, confirmé le plus souvent. Non, ce qui me fait très peur, ce sont les certitudes de tous ces diafoirus, dont aucun n’a la sagesse de dire cette simple phrase. « Je ne sais pas ».

Lorsqu’ils auront piqué beaucoup de gens pour pas grand-chose et qu’ils expliqueront qu’il faut recommencer, alors le consentement à la vaccination s’effondrera, et c’est ainsi que les plus ardents défenseurs de la piqûre lui nuiront bien plus sûrement que tous les soi-disant « anti-vaccin » qui ne font que poser des questions, interroger les connaissances, et sonder les incertitudes.


 
Top