Vous trouviez le test par prélèvement nasopharyngé (PCR) désagréable? Imaginez maintenant un écouvillonnage
rectal (par le trou du cul) pour détecter le Covid-19, à condition de ne pas avoir bu du Coca ou mangé une crème glacée, car ces deux ingrédients réagissent positivement au test Covid.

En Chine, ces types de tests se répandent, rapporte Newsweek (Bientôt en Europe en faisant du copier/coller). Hormis l'orifice qui diffère, le procédé est peu ou prou similaire à celui utilisé pour les tests PCR: le personnel soignant insère ici un écouvillon, une sorte de grand coton-tige, de 3 à 5 centimètres directement dans le rectum. À noter tout de même que l'on gagne quelques centimètres par rapport aux tests nasopharyngés, où l'écouvillon est enfoncé jusqu'à 15 centimètres dans le nez.

Utilisés depuis peu dans le pays, les prélèvements anaux seraient un moyen plus fiable de détecter le Covid-19 selon Li Tongzeng, directeur adjoint chargé des maladies infectieuses à l'hôpital You'an de Pékin. Ce type de dépistage «permet d'augmenter le taux de détection des personnes infectées ?» car le coronavirus resterait présent plus longtemps dans l'anus que dans les voies respiratoires, explique-t-il à CCTV.

Points chauds
Pour autant, ces prélèvements sont bien moins commodes que les autres types de tests, qui s'effectuent dans la gorge ou dans le nez, par exemple. C'est pourquoi la Chine les réserve pour les hotspots, c'est-à-dire les points chauds de propagation du virus. Pour autant, les études sur la réelle efficacité de ces tests anaux sont peu nombreuses, et il n'est pas démontré qu'ils apportent un avantage certain comparé aux méthodes habituelles.






 
Top