Depuis trois semaines pratiquement, des appels réitérés ne cessent d’être lancés par des organisations algériennes à l’adresse de leurs « homologues » marocaines : l’UNJA pour les étudiants et la jeunesse marocaine en général, l’UGTA pour les travailleurs marocains, l’Amicale des Algériens en Europe pour nos émigrés, les intellectuels algériens pour nos écrivains, etc…

Or tous ces appels sont « téléphonés », téléguidés par le pouvoir et n’ont rien de spontanés. Dés lors, devant la multiplication de ces appels en provenance d’organisations de « masse » !, inféodées au pouvoir algérien, on a envie de répondre : « il n’y a pas d’abonnés au numéro que vous demandez ».

De plus, on peut ajouter à ces dites organisations, à l’APS, à El Moujahid et à Radio Alger, qu’il est inutile de faire d’autres numéros. Car les Marocains, de façon unanime-sauf quelques rares brebis galeuses, achetées par des Dinars- ont démontré leur volonté inébranlable de récupérer le Sahara Occidental usurpé au Maroc par le colonialisme franquiste. Et ce n’est pas le pouvoir en Algérie qui va arrêter la marche de l’Histoire. Bien plus, par ses agissements irresponsables, il ne fait que s’enliser dans l’erreur, car les masses populaires en Algérie ne sont pas dupes. Elles savent que le Pouvoir en Algérie a des prétentions hégémoniques et que ce n’est pas tellement le sort du « Peuple » sahraoui qui lui importe.

Par ailleurs, le peuple marocain, dans tous ses composantes, est mûr pour suivre la voie qu’il estime conforme à ses convictions. De ce fait, il n’a nullement besoin des conseils du pouvoir en Algérie et de ses courroies de répression que nous connaissons. De plus, et c’est l’occasion de le rappeler, nous dirons à ceux qui nous menacent de « l’exportation de la révolution », deux choses :
  • Avant de prétendre l’exporter, il faut d’abord réaliser la « révolution » chez soi.
  • Encore faut-il trouver un importateur. Or, une nouvelle fois, nous dirons que le peuple marocain est capable de choisir tout seul sa propre destinée et il l’a démontré notamment avec la « Marche Verte» historique. Il compte, par contre sur la fraternité du peuple algérien, pour l’aider à franchir pacifiquement cette étape décisive pour le parachèvement de l’intégrité territoriale du Maroc. Nous sommes sûrs également que le peuple algérien frère désapprouve totalement les mesures vexatoires contre les Marocains en Algérie et leur expulsion massive du pays, surtout quand on prétend, comme le déclarent les dirigeants algériens, vouloir faire « le Maghreb des Peuples et non celui des Etats ».
Abdelkrim Belguendouz
« Al Bayane », 27 décembre 1975




 
Top