Après des mois de restrictions massives des droits de la personne, nombreux sont ceux qui aspirent à nouveau à une « vie normale », avec toutes les libertés individuelles. Selon la ministre allemande de la Recherche Anja Karliczek, ce retour ne serait possible que par un nouveau vaccin qui doit encore être développé. Selon le journal du soir allemand, le gouvernement fédéral prévoit d'y consacrer jusqu'à 750 millions d'euros.


Un document du gouvernement allemand énonce clairement les points clés : « La pandémie de coronavirus prendra fin lorsqu'un vaccin sera disponible pour la population. » Cette définition étrange de la fin de la pandémie de coronavirus soulève la question suivante : Se pourrait-il que le lobbyiste de la vaccination, Bill Gates, ait plus d'influence sur le gouvernement qu'on ne l'admet officiellement ? 

Selon une interview accordée à la télévision ARD le 12 avril 2020, Bill Gates veut vacciner contre le coronavirus l'ensemble de la population mondiale, soit 7 milliards de personnes. Cependant, même Gates a dû admettre dans une interview qu'il s'attend à 700 000 cas de dommages causés par la vaccination contre le coronavirus. Ce pronostic est probablement très sous-évalué étant donné qu’après la « campagne de vaccination » contre la grippe porcine, de nombreux dommages irréversibles causés par la vaccination, comme la narcolepsie qui est une maladie du sommeil, ont dû être reconnus. 

Aujourd'hui, nous vous mettons en garde contre le danger encore plus grand que représentent les nouveaux vaccins contre les coronavirus, car ces vaccins interfèrent directement avec l'ADN humain. Ces vaccins dits à ARN pourraient causer bien plus que les 700 000 cas de dommages déjà prévus par Gates. 

Cette inquiétude est confirmée par un grand nombre d'experts. En voici deux exemples : 

Dr Wolfgang Wodarg est pneumologue, depuis longtemps chef d'un service de santé publique, membre du SPD au Bundestag de 1994 à 2009, président de longue date de la commission de la santé du Bundestag allemand initiateur de la commission d'enquête sur la grippe porcine. 

En tant que médecin et politicien de la santé, il dit : « Cette vaccination modifie génétiquement la personne qui est vaccinée. Les plantes et les animaux génétiquement modifiés nous dérangent. On veut maintenant nous modifier génétiquement par ces vaccinations [...]. Des milliards de personnes doivent maintenant être vaccinées. C'est totalement irresponsable. Je ne peux que recommander aux gens : Ne laissez pas vos enfants se faire vacciner, ne vous faites pas vacciner avec un vaccin produit avec tant de négligence en si peu de temps. C'est pour faire des affaires. » 

Le Prof. Stefan Hockertz est un scientifique allemand, directeur de l'Institut de pharmacologie et de toxicologie expérimentale et clinique à l'hôpital universitaire d'Eppendorf de 2003 à 2004 ; Hockertz est indépendant depuis 2004. 

Il explique le nouveau vaccin à ARN comme suit : 

  • Il est censé « apporter du matériel génétique libre [...] directement dans nos cellules et ensuite être lu par nos cellules. Cela signifie clairement une modification génétique des humains. [...] En particulier, nous ne savons pas si ce matériel génétique n'est pas également incorporé dans les cellules germinales, c'est-à-dire les ovules de la femme ou les spermatozoïdes de l'homme, et donc héréditaire. 
  • Il est évident que les fabricants de vaccins sont également conscients du risque d'altérations génétiques, car les participants aux essais cliniques de ces nouveaux « vaccins génétiques » doivent s'engager à une contraception stricte. 
Le fait que ces « expériences génétiques » irresponsables sur les humains ne se jouent pas à cartes découvertes est également démontré par le fait que la loi sur le génie génétique n'interdit pas les modifications génétiques directement sur les humains, mais les exclut par définition. Il y a un scandale politique sans précédent dans le fait que pour ce qui est des vaccinations recommandées ou prescrites le législateur a également exonéré les fabricants de vaccins de toute responsabilité pour les dommages à la vie et à l'intégrité corporelle des citoyens. 

CONCLUSION
Un vaccin basé sur la manipulation génétique ne mettra nullement fin à une pandémie, mais il pourrait déclencher une catastrophe humaine dramatique. 

Les aliments génétiquement modifiés doivent être ouvertement déclarés comme tels et sont strictement rejetés par la majorité de la population. Beaucoup plus de gens rejetteraient rigoureusement la vaccination s'ils étaient informés de manière ouverte et transparente du fait qu'elle modifie directement leurs propres gènes. Ici, une ligne rouge est définitivement franchie, car la population est confiante, puisque les médias ne font presque jamais de reportages critiques sur les vaccinations.

La question clé est donc la suivante :
Pourquoi les médias n'informent-ils pas la population en détail sur les risques de la vaccination à ARN ? Cette dissimulation ou cet apaisement irresponsable aurait-il même pu être acheté par les revenus de la publicité pharmaceutique ? 




0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top