Alors qu’il devait avoir lieu ce lundi 8 juin, le Conseil du gouvernement a été reporté afin de finaliser les mesures liées à la prolongation de l'état d'urgence et du confinement. Ces mesures qui seront prononcées par le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, sont très attendues par le peuple marocain. Plusieurs supports médiatiques ont pris position estimant qu'une nouvelle prolongation du confinement serait une "grave erreur".

On n’en saura rien ce lundi concernant l’issue du confinement. En effet, le Conseil du gouvernement, qui devait avoir lieu aujourd’hui, a été reporté. Selon le360, des discussions sont toujours en cours entre les ministres et le Chef du gouvernement pour peaufiner les recommandations liées à la prolongation du "confinement allégé". Selon la même source, le gouvernement s'oriente vers une troisième prolongation du confinement «qui pourrait s'étaler entre 10 et 15 jours au maximum, mais avec des mesures d'allègement».

Le prolongement du confinement, une "erreur grave" ?
L’Économiste estime, dans son éditorial du 8 juin 2020, que prolonger le confinement au-delà du 10 juin serait une grave erreur. «Cela fait trois mois que l’économie et toutes les activités sont quasiment à l’arrêt. Au train où vont les choses, il est douteux que le confinement soit encore accepté. Ce que confirme l’attitude des autorités, tantôt sévères, tantôt laxistes, pour s’adapter à l’environnement», constate Abdelmounaim Dilami, PDG du groupe Eco-Médias.

De son côté, Karim Boukhari, chroniqueur du Le360, rappelle que le Maroc a pratiquement bouclé 12 semaines de confinement depuis le 20 mars dernier. Une durée très longue estime Boukhari. «Le bilan du Covid-19 dans notre pays justifiait-il toute cette pause ? Comment, dans ces conditions, accepter l’idée d’un énième prolongement ?», s'interroge-t-il.

Ce dernier s’est d’ailleurs vivement attaqué au gouvernement de Saad Dine El Otmani : «L’erreur fatale serait de prolonger le confinement… parce que le plan de déconfinement n’est pas prêt. Cette idée se répand comme une traînée de poudre. Le prolongement devient synonyme d’incompétence. Pourquoi voudriez-vous qu’un pays entier continue à payer pour l’incompétence de son gouvernement ?».

Dans sa chronique, qui a connu un large succès sur les réseaux sociaux, Boukhari souligne qu’ «El Otmani a déjà eu les mots pour diffuser la peur et l’inquiétude dans tous les foyers. Il est temps qu’il trouve les mots pour redonner à tous le goût du travail, de la vie, du retour à la normale».

La circulaire de l’espoir
Ce samedi, une circulaire envoyée par le ministère de l’Intérieur aux walis et gouverneurs a fait le tour des réseaux sociaux. Ce document livre des instructions pour alléger le confinement. D’après lesEco, «l’autorisation de déplacement exceptionnelle pourrait ne plus être obligatoire à l’intérieur des villes». Cependant, elle resterait obligatoire pour les déplacements entre les villes et les régions.

Pour rappel, le parti de l’Istiqlal avait lancé une pique au gouvernement quant à l’incohérence des positions de ses composantes sur la stratégie de déconfinement. Le Comité exécutif du parti dirigé par Nizar Baraka avait appelé à «dépasser la situation d’ambigüité causée par les déclarations contradictoires des membres du gouvernement et à annoncer un plan clair de la levée du confinement, avec un agenda précis, et en informer l’opinion publique».

À moins de 48 heures du terme de la 2e prolongation du confinement fixée au 10 juin, plusieurs interrogations persistent. Va-t-on prolonger le confinement ? Jusqu’à quand ? Y aura-t-il un confinement allégé ? En quoi consiste-t-il et comment cela se traduira sur le terrain ?

Une chose est sûre, quelle que soit la décision du gouvernement, il est important de rester prudent tant que ce cauchemar qui a fait près d’un demi-million de morts à travers le monde n’est pas totalement fini.


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top