Le scandale des EPADH, où les anciens ont trouvé la mort, nous affecte. Nous refusons que cette épidémie soit alourdie pour ces « oubliés », ces « invisibles », ceux qui ont abîmé leur santé en travaillant dur dans la sidérurgie, les mines ou le secteur automobile…, celles qui ont nettoyé jusqu’à l’usure ce que nous avons sali…Leur isolement, leur précarité de logement, de revenus, d’accès aux droits sociaux, les exposent dangereusement.

Depuis la déclaration de la pandémie du covid19, de nombreuses associations, militants, travailleurs sociaux et proches des migrants âgés, les chibanis, se sont mobilisés pour leur apporter de l’aide et alerter sur leur situation et condition. Le réseau ATMF contribue à cet effort collectif de solidarité, à travers des actions concrètes : présence sur les lieux, campagne d’information sur les mesures de protection et d’hygiène, distribution d’aides alimentaires, confections et distributions de masques … Les moyens ainsi mis en œuvre restent faibles et ne peuvent répondre aux besoins et à l’urgence de la situation.

En cette période de crise sanitaire, nous ne pouvons nous substituer au rôle et à l’obligation, que les pouvoirs publics se doivent d’assumer envers tous les citoyens de France. Aussi, nous demandons la mise en place urgente des mesures suivantes :
  • Une généralisation de la distribution gratuite des masques et de gel à tous dans les foyers et résidences sociales.
  • Un suivi médical et un dépistage pour tous ceux qui le demandent.
  • Une application des mesures de distanciation physique dans les parties communes de vie dans les foyers. 
  • Une amplification des campagnes d information et de prévention. 
  • Une information aux familles et des proches, (en France et aux pays d’origine) sur l’état des personnes hospitalisées ou décédées. 
  • Des distributions d’aides alimentaires et produits de première nécessité.
Nous demandons également, pour les nombreux chibanis bloqués dans les pays d’origine, qui rencontrent de très nombreuses difficultés, que soient prises des mesures urgentes :
  • Le rapatriement en France, de ceux et celles qui le souhaitent.
  • L’accès aux médicaments et traitements dont ils ont besoin sur place.
  •  La suspension de tous contrôle par la CARSA, la CAF, la MSA, la CPAM, la caisse des dépôts et tous les autres organismes.
  • La suspension des loyers des personnes bloquées à l étranger.
  • La prise en charge des inhumations pour ceux dont le rapatriement du corps est impossible.
Atmf, 
30 avril 2020

0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top