Le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin assure que c’est le Maroc qui a refusé d’autoriser le rapatriement des Belgo-Marocains après la fermeture de son espace aérien en raison du Covid-19, rapporte la Radiotélévision belge francophone (RTBF). 

S’exprimant lors d’une réunion par visioconférence de la commission des relations extérieures de la Chambre des représentants, le responsable a catégoriquement nié l’abandon par ses services de ses citoyens.  

«On a envie que nos binationaux puissent revenir au pays. On fait tout pour que cela fonctionne de la sorte. Sauf que pour le moment, on se heurte clairement à un refus de l’État marocain. C’est aussi clair que cela», informe le ministre. «Malgré cela, sept vols ont été organisés par Brussels Airlines, entre autres, au départ de Marrakech et d’Agadir. 19 autres vols ont été organisés par le biais de Ryanair depuis Tanger dans le nord du Maroc», fait-il savoir, précisant garder un contact «permanent» avec son homologue marocain Nasser Bourita et l’ambassadeur du Maroc en Belgique. 

«Pas de discrimination» 
Indiquant que le Burundi a également pris cette décision, le chef de la diplomatie belge a réfuté les accusations de traitement à deux vitesses qualifiant «les Belges de soi-disant seconde catégorie». 

«En aucun cas, nous ne faisons de discrimination vis-à-vis de ces personnes. En aucun cas! Pas de discrimination, pas de favoritisme, pas de tri, pas de choix dans les listes de rapatriement et jamais, mes services ni moi-même, n'avons abandonné les particuliers binationaux dans tel ou tel pays», assure le ministre, selon RTBF, admettant que de «nombreux» Belges sont toujours «coincés» à l'étranger. 

Depuis le début des vols de rapatriement organisés par le gouvernement le 18 mars, plus de 5.000 ressortissants belges ont été ainsi rapatriés.


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top