Le Maroc s'en sort mieux de la crise sanitaire Covid-19, parce qu'il y a une autorité claire, la monarchie qui réunit l’indispensable consensus – c’est-à-dire le consentement profond, l’adhésion de l’ensemble d’une population vivant dans un cadre déterminé à un type de pouvoir – qui assure la légitimité d’un État. 



Transcription de l’interview, du Dr Charles Saint-Prot, Directeur général de l’Observatoire d’Etudes géopolitiques Paris, réalisée par la première radio marocaine (SNRT) 
L’exception marocaine a été confirmée d’une façon éclatante lors de la crise sanitaire que le monde a vécue. Beaucoup d’observateurs et d’analystes se sont exprimés notamment dans les médias, il y’a eu récemment de nombreux articles, dans la Dépêche du Midi, Valeurs Actuelles, et aussi à la radio et à la télévision… Tous ces médias reconnaissent que le Maroc s’en sort beaucoup mieux que d’autres pays grâce au roi Mohammed VI qui est sur la ligne de front, le roi dope ses troupes qui sont dotées de moyens suffisants et surtout, il y’a une ligne de conduite, sans tergiversation et sans amateurisme comme font preuve certains autres pays.
Le roi est tout à fait dans son rôle, lorsqu’il est au service de la nation et du peuple. Il veille sur le bien-être des marocains(es) . Aujourd’hui, on voit très bien la supériorité du système monarchique sur beaucoup d’autres régimes.
Avec moins de 225 morts, le Maroc s’en est considérablement bien sorti. Le Maroc ne commet pas l’erreur que font certains d’autres pays et notamment des donneurs de leçons en France, qui changent d’avis et de braquets toutes les cinq minutes.
Le Maroc n’a pas cédé aux lobbies et groupes de pression pour déconfiner à tout-va. Il procède avec méthodes et avec raison l’ assouplissement du confinement. Il y’a deux zones qui ont été créées, une zone des grandes villes avec Casablanca, Tanger et d’autres grandes cités et une zone très calme. Il y’a beaucoup de sagesse dans la gestion de cette crise.

Dans une période de crise comme celle-ci, le phénomène de la confiance est capital. Les Marocains font confiance en leur gouvernement. Au Maroc, tous les gens de bonne volonté, tous les Marocains font confiance au roi, parce qu’ils savent qu’il agit pour le bien commun. Le fait le plus important, c’est la confiance, s’il n’y a pas confiance dans le peuple. L’État a pris des mesures difficiles, mais nécessaires, même s’ils ne sont pas parfois populaires, mais les gens adhèrent à ces mesures.
Le mérite du Maroc grâce au roi, c’est de traiter à la fois la crise sanitaire, c’est-à-dire veiller à la santé des citoyens ce qui est capital, le rôle d’un dirigeant, puis de na pas handicaper l’économie et de permettre à celle-ci, de se maintenir à flot. Le Maroc à réaliser ce double objectif sans à-coups et sans amateurisme et cela est une grande force. Les Marocains peuvent être fiers de leur gouvernement et de leur monarchie.

Les pays africains se sont bien sortis contrairement aux prédictions apocalyptiques que l’on faisait naguère. On s’aperçoit que le Maroc fixe un cap, non seulement pour le Maroc, mais aussi pour toute l’Afrique. L’Afrique a de la chance d’avoir un Maroc clairvoyant, un Maroc bien guidé, un Maroc qui grâce à la Monarchie, sait où il va. Il faut que tous les pays africains s’inspirent du modèle marocain. 
L'exception Marocaine (Broché) 
Ouvrage coécrit par Frédéric Rouvillois et Charles Saint-Prot 


Alors que la situation est souvent chaotique partout dans le monde, la notion d’« exception marocaine » s’impose comme une évidence. C’est aux caractéristiques, mais aussi aux racines et aux promesses de cette « exception marocaine », que s’intéressent dans cet ouvrage une quinzaine d’universitaires et d’observateurs, juristes, historiens, économistes ou sociologues, à un moment où l’actualité rend une telle réflexion particulièrement urgente. 

Les institutions marocaines ont démontré à plusieurs reprises leur capacité réformatrice depuis l’indépendance. Si les réformes se sont récemment accélérées sous la pression de certaines impatiences populaires, elles se poursuivent dans un contexte stable et dans le cadre institutionnel de la monarchie. 


 
Top