Après plus d’un siècle de polémiques stériles autour des vaccins et des vaccinations, on en est toujours au même point. Face à d’incessants constats flagrants des dégâts vaccinaux déposés par de multiples scientifiques éminents, les serviteurs patentés du trust médico pharma se contentent de nier sans même essayer d’argumenter. Il n’est plus question de fonctionnement scientifique mais de religion pour ne pas dire de secte, partant du principe qu’un mensonge assené suffisamment longtemps finit par devenir une vérité. 

Et c’est ainsi que dans l’inconscient collectif a été ancré l'idée que « les épidémies ont régressé grâce à la vaccination » - Il suffit de se donner le mal d’ouvrir quelques statistiques historique pour constater que c’est faux – Si c’était vrai aucun humain n’aurait survécu aux grandes épidémies de peste et de choléra… Mais le premier qui dit la vérité doit être « éliminé » (méthode inquisition). 

MENTIR ET FAIRE PEUR 
Voilà les deux outils majeurs de manipulation des peuples. Nous sommes en face d’un fonctionnement purement satanique : la séduction en s’affichant en tant que sauveur suivie d’une action exactement inverse à ce qu’on promet – et tant pis pour les « simples d’esprit » ! Tous les moyens sont bons pour culpabiliser les dissidents potentiels, voire les mettre à l’index, en affichant par exemple dans les mairies (je l’ai vu) : 
« Si vous aimez votre enfant, vaccinez-le » 

Une manipulation bateau a été l’interprétation de la décroissance des épidémies par rapport à la vaccination. Chaque épidémie s’effectue selon une courbe de Gauss en cloche. Les plus faibles meurent, les moyens sont malades et s’en sortent plus ou moins bien, les forts passent au travers sans encombre ; c’est en fait une sélection naturelle qui permet à la nature de lutter contre la dégénérescence des races. Après tout, est-ce si grave lorsque l’on sait que la preuve scientifique est maintenant établie (pour ceux qui veulent bien l’entendre) que la mort physique n’est en rien la mort de la conscience ; en effet des milliers de rapports sur des cas de NDE (near death experiments) ont pu prouver que la conscience fonctionne parfaitement en dehors du corps physique, même cœur arrêté et électroencéphalogramme plat (voir les excellents ouvrages du Dr Jean Jacques Charbonnier, anesthésiste réanimateur). 

Mais revenons à la vaccination massive qui à chaque fois n’a été appliquée qu’après le sommet de la cloche, ceci permettant de prétendre que la décroissance s’est effectuée grâce au vaccin. A noter que pour la polio, il y a eu un petit hic ; en effet, les enfants de moyenne vitalité qui avaient eu la chance d’échapper à un contact direct, se sont fait rattraper par le vaccin – du coup, la courbe a stoppé sa décroissance pour remonter 6 ans après vers un pic bien supérieur au premier. C’était bien embarrassant pour les promoteurs de la « vaccinomania » puisqu’il était clair que la remontée subite correspondait exactement au début de la campagne vaccinale. Alors, les tricheurs officiels ne se sont pas embarrassés : ils ont effacé le début de décroissance et raccordé directement le premier pic au second pic, laissant croire ainsi que la décroissance était bien liée au vaccin. La réalité est que l’épidémie de polio a pris 6 ans de retard dans son extinction naturelle, le vaccin n’ayant eu aucun effet scientifiquement prouvé. Evidemment tout le monde a cru à cette supercherie et les médecins en tête. Chacun peut vérifier la véracité de mes propos dans l’un ou l’autre des 40 ouvrages cités en fin du livre. 

LES CAMPAGNES VACCINALES PLUS RENTABLES QUE LES MEDICAMENTS 
Ceci est facile à comprendre. Les médicaments ne sont vendus qu’aux malades alors que les vaccins sont vendus à tous ceux qui ont peur d’être malades – alors lorsque par décret un vaccin est rendu obligatoire, c’est le jack pot ! 

Si nous prenons l’exemple de la grippe, chaque année Big Pharma fait planer le spectre d’une pandémie générale par un nouveau virus Terminator, avec des ordres aux médecins de convaincre massivement leur clientèle de se faire vacciner. Il ne tombe en réalité que la petite ration annuelle de faiblards dont la vie ne tenait qu’à un fil. Fort heureusement, les gens se méfient de plus en plus grâce à la contre info qui se généralise sur Internet. 

Une grippe ordinaire, çà se soigne en deux jours – nos grands-mères n’appelaient même pas le médecin pour cela. Ce ne sont pas les remèdes qui manquent, même de nos jours. En fait on accompagne une grippe qui est toujours un grand ménage utile – Tous les bons ouvrages de médecines naturelles donnent des recettes efficaces, quelquefois millénaires – mais ce n’est pas le sujet de ce livre. Même chose pour les maladies infantiles qui sont indispensables à la structuration des défenses immunitaires. Les grands-mères géraient cela toutes seules. Maintenant la médecine prétend que ces maladies sont très dangereuses – Ce n’est vrai que si elles sont traitées aux antibiotiques… Des articles qui suivent montrent l’extrême dangerosité des vaccins spécifiques et pire, des mélanges multivalents. 

Préambule de "Crime Vaccinal"
Michel Dogna 
Anne Françoise L’Hôte 
IRELIA éditions

 
Top