Selon les scientifiques du Swarm Data Innovation and Science Cluster (DISC) de l'Agence spatiale européenne (ESA), les mesures de leur "constellation de satellites en essaim" ont permis de faire la lumière sur la seconde anomalie.

En fait, cette anomalie a laissé les chercheurs de l'ESA perplexes, car leurs satellites Swarm s'éteignaient parfois lorsqu'ils traversaient la région touchée. Il y a trois ans, ils ont observé un lien entre les pannes de courant et les orages ionosphériques.

"Le nouveau minimum oriental de l'anomalie de l'Atlantique Sud est apparu au cours de la dernière décennie et se développe fortement ces dernières années", a déclaré le Dr Jurgen Matzka du Centre de recherche allemand pour les géosciences. "Nous avons beaucoup de chance d'avoir les satellites Swarm en orbite pour étudier le développement de l'anomalie de l'Atlantique Sud. Le défi consiste maintenant à comprendre les processus au cœur de la Terre qui sont à l'origine de ces changements".

Si c'est le début d'une inversion des pôles - qui se produit environ tous les 250000 ans - cela se traduirait par la présence de plusieurs pôles magnétiques nord et sud tout autour du globe au cours de ce phénomène pluriséculaire.

"De tels événements se sont produits à de nombreuses reprises au cours de l'histoire de la planète", a déclaré l'ESA, ajoutant que "nous sommes en retard par rapport au rythme moyen auquel ces inversions se produisent (environ tous les 250 000 ans)".

Pas de quoi s'inquiéter, en théorie, puisque l'agence spatiale affirme que le déclin de l'Atlantique Sud, dont ils sont encore informés, était "bien en deçà de ce que l'on considère comme des niveaux normaux de fluctuations".

Pour les gens à la surface, l'anomalie ne devrait pas provoquer d'alerte, mais les satellites et autres engins spatiaux qui traversent la région connaissent des dysfonctionnements techniques.

Comme le champ magnétique est plus faible dans la région, les particules chargées du cosmos peuvent pénétrer jusqu'aux altitudes où volent les satellites en orbite basse.

"Le mystère de l'origine de l'anomalie de l'Atlantique Sud n'a pas encore été résolu", a ajouté l'ESA. -Sky "Cependant, une chose est certaine : les observations du champ magnétique de Swarm apportent de nouvelles perspectives passionnantes sur les processus à peine compris de l'intérieur de la Terre."

Source : ZeroHedge


 
Top