Avec le confinement, l’économie française est touchée de plein fouet. La dégringolade de 5,8% du PIB est vertigineuse, du jamais vu depuis 1949. La consommation des ménages a chuté de près de 18% au mois de mars, la plus forte baisse depuis 40 ans. Le nombre de salariés en chômage partiel est de 11,3 millions... La France de Macron ne pourra retrouver son niveau actuel avant 2026. (C’est l’avis de Marc Touati, économiste)

La Révolution française toujours présente dans les esprits 
Depuis les récents mouvements sociaux en France, notamment ceux des Gilets jaunes, nombreuses ont été les références faites à la Révolution française. La crise sociale actuelle semble avoir beaucoup en commun avec 1789, à commencer par ses origines... 

Le virevoltant journaliste indépendant, Éric Montana, a imaginé une révolution qui commencera juste après le confinement. 
Nous sommes le samedi 16 mai 2020 et la France est sortie de sa léthargie. En réaction à l'Etat policier violent et criminel, de tous les coins du territoire, des centaines de milliers d'hommes en armes ont convergé sur Paris et se sont abattus telle une nuée d'abeilles sur les centres de pouvoir et les bâtiments nationaux...
Partout des forces de police tirent sur les insurgés et essayent de maintenir les foules. Mais submergées par le nombre, ils battent en retraite sous les cocktails Molotov et les snipers qui les harcèlent et les ont obligés à se retirer... Ceux qui sont pris sont lynchés par les manifestants...
Des hélicoptères évacuent les ministres qui fuient la colère du peuple. D'autres ont été arrêtés et transférés vers le Parc des Princes où des hommes armés les surveillent dans l'attente de les conduire à la prison de la Santé... Le Président a fui, évacué de toute urgence par les services de sécurité de l'Elysée. La préfecture de Paris est assiégée et des coups de feu se font encore entendre à l'heure où je vous parle.
Les grands médias ont été pris d'assaut par des groupes d'action et certains d'entre eux sont en feu. BFMTV, TF1, Canal+ et CNews n'existent plus et une fumée épaisse obscurcit le ciel de Paris. Les journalistes citoyens ont pris le contrôle des grandes chaines de TV nationales et la Maison de la Radio a commencé à émettre sur la 1ère chaine.
Les banques et les quartiers riches ne sont pas épargnés. Des dizaines de milliers d'insurgés incendient les agences bancaires et visitent chaque appartement, chaque hôtel particulier et les dévalisent obligeant leurs propriétaires à fuir ou à être arrêtés.
Le siège de la banque Rothschild a été pris d'assaut et un certain nombre de cadres et de dirigeants ont été arrêtés.
Certains intellectuels connus pour leur soutien à l'Etat policier ont été reconnus, arrêtés et menottés et parmi eux on a pu reconnaître Eric Z., Alain F., Daniel C-B., Bernard Henri L., et beaucoup d'autres avec eux. Ils vont être emmenés au stade Charlety.
Paris ressemble à une ruche en folie. Voitures incendiées, Champs Elysés en feu. Les 8ème, 16ème et 17ème arrondissements de la capitale commencent à ressembler à Beyrouth lors de la guerre civile... Des flammes surgissent des fenêtres sous les clameurs des insurgés...
Dans toutes les grandes villes de France, les citoyens descendent massivement dans les rues pour soutenir le mouvement insurrectionnel et paralyser les casernes de gendarmerie et de CRS.
Le Chef d'Etat Major des Armées, le Général X.D. a été arrêté par des officiers qui ont décidé de soutenir l'insurrection en cours et de ne pas intervenir pour défendre ce pouvoir qui a trahi le peuple.
Ce premier jour a un parfum de liberté et de fraternité qu'on avait oublié... Dommage que ce ne soit qu'une simple fiction...
C'était votre serviteur, Eric Montana en direct de la révolution citoyenne imaginaire. A vous les studios... 

L'Histoire a des retournements imprévus, comme si derrière les événements, se cachait la justice immanente de Dieu... Deuxième jour de la Révolution.
Dans la nuit de samedi à dimanche 17 mai, en provenance de Nantes, d'Angers, de Cholet, de Noirmoutier, de la Roche-sur-Yon sont arrivés des groupes d'hommes en armes venus prêter main forte aux insurgés qui depuis le matin combattent les forces de la répression républicaine...
Ils se font appeler les "Vendéens" en mémoire aux massacres subis par leurs ancêtres lors du coup d'Etat maçonnique de 1789 faussement baptisé "Révolution française"...
Ces Vendéens qui avaient compris que l'abolition de la monarchie et les tueries de prêtres, d'abbés, d'évêques et la destruction des églises et du clergé, n'avaient rien à voir avec une révolution populaire, mais davantage à un complot ourdi par les usuriers pour s'emparer du pouvoir... Ils sont venus non pas pour se venger, mais pour redonner au peuple français, le pays qui lui a été volé il y a près de 230 ans...
Dans le camp des forces de la répression, un groupe se prétendant "nationaliste" est venu se joindre aux combats qui font rage dans tous les quartiers de Paris désormais. Lourdement armés, ils sont dirigés par un sioniste sans pitié se faisant appeler "le général Etoile". Partout où ce groupe est passé, les victimes de toutes nationalités jonchent sur les pavés rougis de leur sang...
Et c'est précisément ce groupe que les Vendéens veulent combattre, comme s'ils avaient un compte à régler qui patientait dans leurs mémoires depuis plus de deux siècles... Les descendants des noyés de Nantes n'ont rien oublié...
Les affrontements se sont propagés jusqu'aux quartiers bourgeois de Neuilly sur Seine où les nationaux-sionistes armés jusqu'aux dents, avec à leur tête le cruel général Etoile, ont établi leur camp et barré les avenues et les rues principales de la ville.
Les Vendéens ne veulent pas attendre, ils sont décidés à faire de ce combat contre les nationaux-sionistes, le symbole de la revanche du peuple de France contre ceux qui ont usurpé le pouvoir au nom d'une République, qui n'a servi que de paravent à leurs crimes depuis trop longtemps...
C'était votre serviteur, Eric Montana, en direct de la révolution citoyenne imaginaire, deuxième jour. A vous les studios... (...) 



 
Top