Les Drs Dan Erickson et Artin Massihi
Le Covid-19 analysé avec logique par deux médecins urgentistes californiens possédant une grande expérience en immunologie et en microbiologie. Leur analyse se base sur les statistiques au niveau national.

Briefing COVID-19 du Dr Erickson :
L'isolement, le confinement à domicile sont-ils justifiés ?

« Les hôpitaux, les urgences sont vides... ils ferment des services... »
« Lorsque je raconte ce qui se passe à des médecins urgentistes à travers le pays - parce que tout le monde est focalisé sur le COVID, des gens souffrant de maladies cardiaques, de cancers, d'hypertension et d'autres pathologies critiques décident de ne pas venir, parce qu'ils ont peur. »
« Donc dans les faits, on oblige le système de santé à se focaliser sur le COVID, au détriment d'une myriade d'autres problèmes critiques. »
« Il y a beaucoup de dommages collatéraux, et on n'en parle pas. »
« Il y a deux mois, la réponse au COVID a été fondée sur la peur, pas sur les faits. »
« Typiquement, on met les malades en quarantaine. On n'a jamais vu des personnes en bonne santé mises en quarantaine, des gens qui ne sont pas malades et qui sont asymptomatiques assignés à résidence. »
« Ces deux derniers mois, nous avons collecté de nombreuses données. »
« Une infection virale à grande échelle similaire à la grippe. »
« Les chiffres d'hier pour la Californie (...) 12% des Californiens étaient positifs au COVID. Les modèles initiaux étaient terriblement inexacts, ils avaient prédit des millions de décès ; pas des millions de cas de contamination, mais des millions de décès. Cette prédiction ne s'est toujours pas réalisée. »
« Ce qu'on observe, dans l'État de Californie, c'est 12% de cas positifs. »
« Vous avez 0,03% de risque de mourir *du* COVID-19 dans l'État de Californie. »
« 0,03% de risque de mourir du COVID-19 dans l'État de Californie. Cela justifie-t-il le confinement ? Cela justifie-t-il de verrouiller le système médical ? Cela justifie-t-il de mettre les gens au chômage ? »
« 96% des gens en Californie qui contractent le COVID se RÉTABLISSENT sans aucune séquelle grave à long terme. »
« Nous partageons nos propres données. Il ne s'agit pas de données filtrées par quelqu'un d'autre, ce sont nos propres données. »
« Le taux d'infection augmente et le taux de mortalité ne bouge pas, donc il baisse de plus en plus chaque jour. »
« Je veux que vous reteniez ça : des millions de cas, un petit nombre de morts, et vous verrez ça dans chaque État. »
« L'État de New York - on en parle beaucoup aux infos. Leurs chiffres sont critiques. »
« 39% des New-Yorkais ont été testés positifs au COVID-19 - ces données sont disponibles publiquement » (649.000 personnes ont été testées) 19.410 morts - sur 19 millions d'habitants. 0,01% de risque de mourir du COVID-19 dans l'État de New York. Le taux de rétablissement y est de 92%.
« Des millions de cas, un petit nombre de décès »
« Est-ce si différent des Grippes A et B ? Si ce n'est pas le cas, pourquoi une telle réponse ? »
« Les États-Unis. C'est une info essentielle : 802.590 cas au 22 avril 2020. Nous avons testé plus de 4 millions de personnes. C'est le double de n'importe quel pays. L'Allemagne en est à 2 millions de tests. »
« Ça nous fait 19,6% de cas positifs parmi les gens qui ont été testés. 64 millions, ça fait un sacré nombre de personnes infectées par le COVID. »
« [Les chiffres] sont similaires à ceux de la grippe. Si vous étudiez les chiffres de 2017/18, nous avons eu 50-60 millions de cas de grippe. Pour un taux de mortalité similaire. »
« Le nombre de décès aux États-Unis a toujours oscillé entre 37 000 et 60 000, chaque année sans exception. Mais dans ces cas-là, aucune mention de « pandémie ». Aucune mesure de confinement. Aucune fermeture d'entreprises, aucun renvoi de médecins chez eux. »

Les extraits ci-dessus sont issus des 11 premières minutes. Je suis convaincue que ces informations sont d'une logique effarante, et qu'elles devraient nous faire tous prendre conscience des mensonges que nous servent les gouvernements pour s'assurer que la « nouvelle normalité » soit tout bonnement l'imposition en toute impunité d'un système féodal qui nous transformera tous en nations-esclaves et qui redoublera d'efforts pour mettre la pression maximale sur des États « ennemis » tels que la Syrie et l'Iran. Comme l'ONU l'a déjà fait en Iraq et au Yémen. Cela avec le soutien de l'OMS et de l'UNICEF, organisations onusiennes de premier plan.

Article originel de Vanessa Beeley publié le 25/04 sur The Wall Will Fall




 
Top