« J'ai le sentiment que je n'oublierai pas cela. Il sera avec moi toute ma vie », a-t-il déclaré à Atalayar Khalid Mouna, professeur à l'université marocaine Moulay Ismail de Meknès, qui est confiné dans un petit appartement à Paris avec son fils de neuf ans et sa femme. 

Comme lui, quelque 22 000 citoyens marocains attendent, principalement en Europe, de pouvoir rentrer dans leur pays après avoir été surpris lors de voyages professionnels, touristiques ou sanitaires en raison de la fermeture des frontières décrétée par Rabat pour faire face à l'épidémie du COVID-19. Une longue odyssée d'un mois et demi. Selon le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, la solution à ce gâchis viendra « aussi vite que possible ». Toutefois, pour l'instant, il n'y a pas de date pour le début de cette opération de retour. « C'était très triste de voir les touristes devenir quelque chose comme des réfugiés. Les citoyens qui représentent la classe moyenne marocaine croissante sont obligés de mendier de la nourriture parce qu'ils ne peuvent pas subvenir à leurs besoins dans cette situation », déplore Mouna. 

La gestion par le Maroc de la crise du coronavirus a été saluée en dehors des frontières du pays, à commencer par les autorités espagnoles. Après avoir suspendu ses vols avec l'Italie le 10 mars, Rabat a décidé le 12 mars - de manière unilatérale et inattendue - de fermer ses liaisons maritimes et aériennes avec l'Espagne. Le lendemain, elle a fait de même avec la France, ainsi qu'avec l'Algérie. Cinq jours plus tard, le 15 mars, elle a annoncé la fermeture définitive de ses frontières. Le 20 du mois dernier, l'état d'urgence sanitaire - avec confinement général - est entré en vigueur, qui a été prolongé il y a exactement dix jours jusqu'au 20 mai. Et en ces jours de confusion, outre le problème de la lutte contre le pathogène, un véritable casse-tête a commencé pour le Maroc (comme pour beaucoup d'autres gouvernements) : le rapatriement des ressortissants de pays tiers et le retour de ses citoyens dispersés dans le monde entier. 

Le Maroc a suspendu ses liaisons aériennes et maritimes
avec la France et l'Espagne le 13 mars 2020

Jusqu'à 80000 personnes ont pu rentrer du Maroc dans leurs États respectifs depuis le début de la crise sanitaire. Mais le sort des 22 000 Marocains - selon certaines sources, le chiffre est considérablement plus élevé - et plusieurs centaines de binationaux marocains - partageant principalement leur nationalité avec d'autres États de l'UE comme la France, la Belgique ou les Pays-Bas - est toujours dans l'air du temps. Pour certains, la fermeture absolue des frontières est justifiée compte tenu de la nécessité pour un pays comme le Maroc de contrôler le plus possible le nombre d'infections car son système de santé ne pourra pas supporter un flot de cas. Pour d'autres, la situation est déraisonnable et a échappé au contrôle des autorités marocaines. 

Selon les données du ministre des Affaires étrangères, les représentations diplomatiques marocaines ont pris en charge, en termes de logement et de nourriture, plus de 3 800 de ces Marocains. Lors d'une réunion de la commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l'étranger le 23 avril dernier, dont Médias 24 s'est fait l'écho, Bourita a également annoncé que, compte tenu des circonstances, l'allocation aux Marocains résidant à l'étranger serait augmentée de 20 000 dirhams (l'équivalent de 2 000 euros) de façon régulière. 

« L'ambassade du Royaume du Maroc à Madrid et les 12 consulats généraux en Espagne sont pleinement mobilisés. L'ambassade a créé le 13 une cellule de surveillance et de communication pour s'occuper des touristes bloqués et leur fournir l'assistance nécessaire », a déclaré la consul du Maroc pour Tarragone, Lérida et Aragon, Saloua Bichri, dans une vidéo envoyée par la diplomate elle-même à ce magazine. « Les citoyens marocains de la circonscription de ce consulat sont pris en charge par lui, nous fournissons le logement, l'aide à la nourriture, la communication et les soins de santé, y compris les médicaments », a déclaré le diplomate, qui a loué la patience et souligné la gratitude de ses compatriotes. 

Un groupe de personnes attend à la frontière marocaine 
dans la ville espagnole de Ceuta le 13 mars 2020

Une pression sociale croissante 
Au début, la question est passée inaperçue dans les médias marocains. Peu à peu, au fil des jours, le sort des Marocains bloqués à l'étranger a gagné de l'espace dans le débat public. « Mon opinion est que le Maroc a sous-estimé la question. Elle a très bien géré les autres aspects de l'épidémie, mais a oublié les Marocains de l'étranger. Elle aurait dû commencer plus tôt à rapatrier les personnes en situation particulièrement vulnérable, mais le nombre n'a cessé d'augmenter », déplore Mouna depuis la capitale française, où elle est arrivée pour assister à une conférence universitaire. Elle admet que, du moins financièrement, sa situation est moins difficile que celle des autres Marocains, puisque des amis lui ont prêté l'appartement où elle séjourne avec sa famille. « C'est très triste de voir des touristes comme s'ils étaient des réfugiés », déplore un citoyen marocain bloqué à Paris à Atalayar. 

De plus en plus de voix déplorent la mauvaise politique de communication des autorités marocaines, qui ont délégué la gestion du problème aux agents diplomatiques locaux dans les premières semaines. « Je n'oublierai pas comment un de nos ministres nous a demandé d'être patients et de faire ce sacrifice. Je voudrais les voir dans cette situation », a déclaré Mouna à Atalayar par téléphone depuis Paris. Mais la pression sociale sur le problème - parallèlement au problème des binationales marocaines qui n'ont pas encore pu non plus retourner dans leur pays de résidence - s'est accrue et vendredi dernier, le 23 avril, le ministre marocain des affaires étrangères a finalement dû donner des explications publiques en commission parlementaire. « Le retour est déjà préparé », mais il doit se faire de manière ordonnée afin de ne pas affecter les ressources qui sont limitées, a déclaré Bourita, dans des déclarations recueillies par le Hespress. 

Des soldats de l'armée espagnole patrouillent à la frontière
entre l'Espagne et le Maroc le long de la barrière frontalière à Ceuta

Pour l'instant, les consulats et ambassades du Maroc à l'étranger identifient les citoyens bloqués, avec leurs coordonnées complètes, y compris le numéro de passeport et de carte nationale. Comme l'ont fait remarquer des médias marocains tels que Maroc Hebdo, cette question a suscité des frictions entre les membres de différents partis au sein du parlement national. L'hebdomadaire local précité a rapporté la plainte du député et président du groupe parlementaire du parti nationaliste Istiqlal, Noureddine Mediane, qui a accusé le gouvernement de ne pas avoir de programme de rapatriement et d'avoir ignoré cette question parmi ses priorités. 

D'Algésiras à Séoul 
« Il nous reste de moins en moins d'argent. Ils ne peuvent pas nous envoyer du Maroc. Nous passons le Ramadan avec un ami et moi-même, seuls dans un appartement à 8 km d'Algésiras. Nos familles nous manquent. Nous sommes à court de nourriture et il fait froid dans cette maison. Tout cela est très triste », raconte Aziz Boumesmar, désespéré, à cette publication. Transporteur depuis plus de 25 ans, l'annonce de la fermeture des frontières l'a surpris en France avec son véhicule. Bien qu'il ait voyagé à toute vitesse vers le sud de l'Espagne dans l'espoir de pouvoir traverser le détroit, Algésiras a été la fin de la ligne pour ce Marocain de 50 ans. « Au consulat du Maroc ici, ils nous disent d'attendre, qu'ils ne peuvent rien faire pour l'instant. Mais ils aident de nombreux Marocains à se loger et à se nourrir », dit-il à Atalayar Aziz, bloqué à Cadix depuis plus de 40 jours. « L'Espagne est un bon pays, avec des gens bien, ils nous aident avec la nourriture. Mais cette situation est rare, nous avons du travail et des papiers en règle, nous n'en avons vraiment pas besoin », dit-il. 

 
Le ministre des Affaires étrangères du Maroc, Nasser Bourita

« Il nous a tous pris à contre-pied. Je travaille entre Ceuta et Tanger et ma femme, qui est enceinte, et moi, nous sommes venus voir un gynécologue qui est un de mes collègues à Grenade, et nous avons restés bloqués », a déclaré Abdel El Merroun, propriétaire d'une clinique maxillo-faciale dans la vieille ville internationale. Dans son cas, ils étaient arrivés une semaine avant la fermeture de la frontière. « Nous payons de notre poche notre logement dans un appartement. Je pourrais aller à Ceuta et continuer à y travailler, mais ma femme doit retourner à Tanger dans sa situation. Mais nous n'avons pas de date de retour. Nous espérons que tout cela sera bientôt réglé », dit-il à Atalayar. Issam Bahous, ingénieur en informatique de profession, est également bloqué en Espagne, en l'occurrence à Alicante. « Il était venu en voyage d'affaires lorsque nous avons appris la fermeture de la frontière. Nous ne sommes pas dans la situation d'autres compatriotes : dans mon cas, l'entreprise paie mon séjour et nous faisons du télétravail », explique-t-il à Atalayar Bahous, qui travaille pour une entreprise espagnole basée au Maroc. 

Les jeunes Marocains contactés par ce magazine et qui étudiaient loin de leur pays lorsque Rabat a décrété la fermeture de ses frontières ont plus de chance. Leurs cas ne sont pas comptés parmi les 20 000 Marocains de l'étranger susmentionnés, car ils sont encore dans la période de leurs séjours universitaires respectifs. Selon certaines sources locales, il pourrait y avoir plus de 80 000 étudiants marocains dans le monde pendant cette crise du coronavirus. « Je suis venu sur l'un des derniers vols du Maroc vers la Corée du Sud et la deuxième semaine de mon séjour, les cas dans ce pays ont commencé à se multiplier. Mais les autorités ici ont très bien fait et la situation est maintenant bonne », reconnaît Meryem Razin, étudiant en sciences politiques à l'université de Hanyang grâce à un programme d'échange, depuis Séoul à Atalayar. « Je suis allé à l'ambassade du Maroc la semaine dernière et ils ont été très réceptifs. Ils m'ont dit qu'ils prolongeraient mon visa si les frontières ne sont pas ouvertes. Mais ils ont admis qu'ils ne savent pas quand cela se produira. Pour l'instant, je reste ici, où il n'y a pas d'enfermement », dit la jeune femme née à Marrakech. 

Des citoyens font la queue devant le consulat de France à Marrakech
 le 17 mars 2020 après la fermeture des frontières en raison de la crise du coronavirus

« Je n'ai pas eu de réponse des autorités de mon pays quant à la date à laquelle nous pourrons rentrer. Ils m'ont dit qu'il existe une liste des Marocains vivant en Belgique et ils m'ont inscrit pour me prévenir », a-t-elle déclaré à Atalayar Fayrouz Yousfi, qui a vécu à Gand jusqu'en juin, où elle suit un programme de doctorat. La jeune femme explique que dans son cas, elle est couverte par une bourse et que, au moins jusqu'au mois prochain, elle a un permis de séjour en Belgique. 

Un cas similaire est celui de El Mehdi Boufaddi, jeune étudiant en sciences politiques et relations internationales à l'université suédoise de Malmö et originaire de la ville de Kenitra. Et une préoccupation probablement similaire à celle de Meryem et Fayrouz. « Je veux retourner dans mon pays à la fin du cours. Ici, en Suède, les cas augmentent chaque semaine parce que les autorités n'ont pas bien géré la situation. Mais je ne sais pas ce qui se passera en juin. Heureusement, l'université où je fais l'échange m'a déjà avancé qu'elle paierait mon séjour jusqu'à ce que je puisse retourner dans mon pays », avoue El Mehdi. 

Les passagers du premier vol de rapatriement de Casablanca 
entrent dans l'aéroport Schipol d'Amsterdam le 27 avril 2020 

Outre la souffrance des personnes bloquées, il y a un drame plus douloureux car irréparable : celui des 341 personnes, selon les données du ministère des Affaires étrangères, qui sont mortes hors du Maroc depuis le début de la pandémie par le COVID-19. Un tourment supplémentaire pour leurs familles et leurs proches. Ces dernières semaines, plusieurs groupes de défense des droits de l'homme ont commencé à travailler en parallèle avec les autorités marocaines pour aider les plus vulnérables. Enfin, l'une des grandes questions qui se cachent derrière le retard pris dans le processus est de savoir comment les administrations du pays voisin organiseront la logistique pour mettre en quarantaine plus de 20 000 personnes une fois qu'elles auront réussi à rentrer chez elles. 

D'Algésiras à Séoul en passant par Paris, Bruxelles, Madrid ou La Haye. Mais aussi à travers Ceuta et Melilla, où environ 1 200 citoyens marocains attendent de franchir la ligne pour atteindre un pays qui semble aujourd'hui plus éloigné que jamais. Mardi, les forces de sécurité espagnoles ont révélé que 14 personnes avaient été empêchées de nager de Ceuta au Maroc et qu'une douzaine d'entre elles avaient réussi à le faire au cours du dernier mois et demi. Un retour en arrière, les paradoxes de cette crise, en suivant le chemin habituellement emprunté par les immigrés sans papiers qui tentent d'atteindre la ville autonome. 

Des membres des forces de sécurité marocaines effectuent 
un contrôle des piétons à Casablanca dans le cadre des mesures
visant à contenir la propagation du coronavirus

Des témoignages qui se répètent et un désespoir croissant. « Le Maroc nous a fermé la porte, le ministre ne peut pas nous aider », demande Aziz depuis Algésiras. « La métaphore qui représente le mieux la douleur que nous avons vécue est celle de l'avion vide qui décolle de France vers le Maroc pour aller chercher des citoyens français et les ramener. Mais le plus dur, c'est quand mon fils de 8 ans m'a dit : ’ Papa, pourquoi le Maroc ne nous laisse-t-il pas revenir ?’ Tu restes sans voix, tu ne sais pas quoi dire. On finit par croire qu'on a été privé de notre citoyenneté. Nous avons perdu nos droits », a déclaré le professeur de l'université de Meknès à ce magazine. 

 
Top