«Il faut se départir des visions négatives et des réactions néfastes», a souligné Mohammed Nabil Benabdallah, Secrétaire général du PPS, dimanche 13 janvier, à Frankfurt. Le leader du Parti du livre, qui s’adressait à un parterre composé de Marocains résidant en Allemagne, lors d’une conférence intitulée «Marocains du monde et leur rôle dans les questions nationales», organisée par l’Association socioculturelle Atlas, à l’occasion du nouvel an Amazigh, a mis en garde contre les attitudes attentistes et les critiques destructrices à l’égard du pays et qui ne servent en rien nos causes nationales.

Pour le chef de file du PPS, au lieu de sombrer dans une démarche pessimiste, «notre devoir nous impose tous en tant que Marocains de réfléchir sur notre véritable contribution au développement de notre pays». «Cela devrait être d’ailleurs notre principale préoccupation», a-t-il affirmé.

Cela étant, les Marocains résidant à l’étranger ont un rôle crucial à jouer dans l’avenir de leur pays, a-t-il ajouté tout en mettant l’accent sur le fait que le changement ne se décrète pas voire ne vient jamais d’en haut. Comme quoi, la participation au développement du pays ne peut se concevoir sans s’inscrire dans un paradigme d’action. D’ailleurs, cela reste tributaire de l’accomplissement de plusieurs conditions, à commencer par le respect de l’identité qui n’est plus unidimensionnelle. «On ne peut nier une part de votre nationalité qui constitue une partie de votre identité, comme c’est le cas des dizaines de milliers de Marocains vivant dans les autres Etats d’Europe», a noté le leader du PPS.

Ainsi, les Marocains vivant hors de leur pays sont appelés à s’impliquer fortement dans les institutions civiles et politiques de leurs pays d’accueil tout en interagissant avec les intérêts vitaux de leur pays d’origine, a-t-il déclaré avec instance. Le but escompté est de faire face à la montée de la vague de l’extrême droite et de faire valoir la voix des migrants tout en veillant à défendre les intérêts vitaux de leur pays, a-t-il insisté.

Abondant dans le même ordre d’idées, Nabil Benabdallah n’a pas manqué de donner des cas concrets comme l’accord agricole devant, en principe, être entériné ce mercredi 16 janvier par le Parlement européen, invitant ainsi les Marocains du monde à soutenir la position de leur pays et faire face aux manœuvres de nos ennemis. En termes plus clairs, une forte intégration des Marocains dans les institutions de leur pays d’accueil va leur permettre d’avoir un rôle plus influent dans le processus décisionnel et défendre efficacement les intérêts stratégiques du Royaume.

Notons au final que cette conférence a vu la participation de Zahra Azz, romancière et nouvelliste, Abderrahim El Bouzidi, professeur, Abdelkader Rtoude, Parlementaire allemand et Abdelmalek Hassani, président de l’Association socioculturelle de Frankfurt.

Observations d’Abdelkrim Belguendouz
Dans le compte rendu de cette activité menée par le PPS en Allemagne à la mi-Janvier 2019, Nabil Benabdallah, secrétaire général du Parti du Progrès et du Socialisme donne de fait à la notion de développement du Maroc un contenu purement économique et financier, alors que la communauté des citoyens marocains établis à l ‘étranger devrait jouer un rôle central également dans le développement politique et démocratique du Maroc , en permettant à ces citoyens MRE d’avoir des députés au parlement à Rabat, par le biais du vote dans des circonscriptions électorales législatives à l’étranger.

Dans cet esprit, si on est en droit de mettre en avant «la part de nationalité » des MRE dans les pays d’accueil et ce conformément à l’article 16 de la Constitution qui reconnaît cette bi-citoyenneté, il est nécessaire de prendre en considération le fait que les MRE sont d’abord des citoyens marocains , devant bénéficier d’une citoyenneté pleine entière avec la pleine reconnaissance de leurs droits politiques par rapport au Maroc , dont le droit de vote et d’éligibilité à toutes les élections , y compris les élections parlementaires .

Rappelons à ce propos le contenu de l’article 17 de la Constitution de 2011 : «Les Marocains résidant à l’étranger jouissent des droits de pleine citoyenneté , y compris le droit d’être électeurs et éligibles . Ils peuvent se porter candidats aux élections au niveau des listes et des circonscriptions électorales locales, régionales et nationales.La loi fixe les critères spécifiques d’éligibilité et d’incompatibilité . Elle détermine, de même, les conditions et les modalités de l’exercice effectif du droit de vote et de candidature à partir des pays de résidence ».

Dés lors, on ne peut se contenter de dire aux citoyens MRE : « intégrez-vous politiquement dans les pays d’accueil... » , mot d’ordre qui rappelle étrangement notamment celui des dirigeants du CCME (Président et secrétaire général du CCME).





 
Top