En écoutant ce message (Vidéo ci-dessous) adressé par une jeune femme italienne aux Américains et aux Européens, je suis à la fois honteux et ému.

Honteux car au moment où l'Italie appelait à l'aide et à la solidarité, au moment où le coronavirus se propageait comme la lèpre dans le pays, au moment où les hôpitaux étaient submergés de contaminés et que des médecins mouraient, au moment où face au malheur, les Italiens attendaient un geste d'humanité, nous avons fermé nos frontières, les avons isolés et ignorés, traités comme des pestiférés et les avons poignardés dans le dos...

Ému car comme le dit la Bible "Quant à nos fautes, nous les connaissons bien...", ému car bien évidemment cette jeune femme dit la vérité, ému car je me sens comptable de l'attitude ignoble des miens, ému car moi qui vis au milieu des Italiens et qui suis traité comme un ami, un frère, un cousin, je n'ose plus les regarder en face...

Ceux que les Américains et les Européens stigmatisent à longueur d'année, ceux que l'Occident repu d'égoïsme et de suffisance, ceux qui sont méprisés du haut de notre arrogance, ceux qui étaient désignés comme des ennemis, Russes, Chinois, Cubains, Venezueliens ont fait des milliers de kilomètres pour apporter aide matérielle et médicale à nos cousins d'Italie, quand nous, nous regardions ailleurs comme si nous n'étions pas concernés, car nous n'étions pas encore touchés.

Les Italiens n'oublieront jamais et moi je ne me pardonnerai jamais d'appartenir à cette Europe, à cette France, à cet Occident de la honte et de l'ignominie...


Eric Montana
Journaliste










 
Top