Le 30 mars 2002 à 16:30, les forces militaires israéliennes prenaient le contrôle des chaînes de TV palestiniennes, tout en occupant Ramallah en Cisjordanie. Peu de temps après avoir occupé le siège de la chaîne Al Watan, elles se mirent à balancer du porno sur les ondes. Les Palestiniens étaient indignés et stupéfaits; pourquoi diable peut-on faire une chose pareille, se demandait une dame. La réponse est simple; les Israéliens envoient du porno parce que c'est une arme dans l'arsenal de la guerre psychologique.

On nous répète que la liberté sexuelle va de pair avec la liberté d'expression mais en fait la pornographie est une modalité de contrôle, et cela n'a rien à voir avec la liberté. C'est une arme parce que, comme le soulignait saint Thomas d'Aquin, la lubricité "obscurcit l'esprit", vous rend aveugle. Un opposant aveugle est facilement battu. Le porno, c'est l'instrumentalisation de la lubricité.

Le meilleur symbole de l'usage militaire de la chose c'est l'histoire de Samson et Dalila. "Une fois que la raison de Samson eut perdu tout empire sur ses passions, il finit privé de la vue à Gaza, faisant tourner un moulin avec des esclaves". Les Israéliens ont brandi la même arme, au même endroit, 3.000 ans plus tard, parce qu'ils voulaient faire des Palestiniens des esclaves, ils ne voulaient surtout pas les libérer. Oui, le sexe rend aveugle. Saint Augustin a mis à jour l'histoire biblique de Samson dans son contexte, peu de temps après la chute de l'empire romain, écrivant: "il est clair que le péché est la cause primaire de la servitude". Ce qui signifie qu'un "homme bon, même réduit en esclavage, est libre; tandis qu'un homme vicieux, même s'il est roi, est un esclave. Car il sert, non pas un seul maître, mais, ce qui est pire, autant de maîtres qu'il a de vices".

L'homme a été libre tant qu'il a été moral, c'est-à-dire aussi longtemps qu'il a agi selon ce que la raison pratique lui enjoignait. L'homme n'est pas libre en étant irrationnel. Il peut utiliser sa liberté pour s'adonner à la passion, mais alors il tombe en esclavage. La pornographie faisait partie de la culture romaine, comme on le voit clairement sur les mosaïques des bordels de Pompéi. Après la chute de Rome, la pornographie disparut parce que l'Europe chrétienne fonda sa culture sur le principe augustinien selon lequel un homme a autant de maîtres que de vices.

Brutalement, 1.300 ans plus tard, le monde s'est retrouvé cul par-dessus tête. Le terme pour ce genre de changement en politique, c'est révolution. La pornographie est revenue dans la culture occidentale en tant qu'arme au XVIII° siècle. J'en veux pour preuve les versions illustrées de la Justine du marquis de Sade, qui parurent au Palais Royal peu avant la Révolution française et devinrent autant d'outils, ouvrant la porte à la révolution politique. Je rappelle que le marquis de Sade démarra la révolution française depuis sa cellule à la Bastille. Il écrivit que "l'état de l'homme moral est un état de tranquillité et de paix, alors que l'homme immoral est en état d'agitation perpétuelle."Cela aurait pu être écrit par saint Augustin. Il aurait pu dire: "si tu veux être libre, sois moral". Mais, tournant la chose à l'envers, le marquis de Sade aurait pu dire aux tyrans qui allaient surgir au cours de la révolution française: "si vous voulez réduire une population en esclavage, il faut faire la promotion du vice". Le marquis de Sade, c'est juste saint Augustin, retourné. Il avait compris que pour faire une révolution, il fallait commencer par subvertir la morale du peuple. Pour y parvenir, le marquis de Sade proposait de montrer des femmes nues dans les théâtres. Mais le problème était le suivant: dans un grand théâtre on a du mal à voir de près les filles, et dans un petit théâtre , si les filles sont bien visibles, le public est réduit.

La technologie nous a livré la solution. La pornographie est toujours une fonction de la technologie. Et la suite, ce sont 200 ans de méthodes de contrôle de plus en plus raffinées, une emprise basée sur les avancées de la technologie de pointe.





0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top