Le scrutin de vendredi a été marqué par une forte participation (82.95%), alors que le oui l’a emporté de manière très écrasante. 99.56% des Marocains ont approuvé vendredi par référendum, le projet de réforme constitutionnelle visant à instaurer un bicaméralisme et la création de futures entités régionales, selon les résultats annoncés par le ministère de l’intérieur. 

Hier, au siège du ministère de l’Intérieur, s’est déroulée une conférence de presse animée par le ministre d’Etat à l’Intérieur M.Driss Basri, le ministre chargé de la Communication et porte parole du Gouvernement Moulay Driss Alaoui Mdaghri et le ministre de la justice chargé des droits de l’Homme, M.Ziane. Dans une déclaration préliminaire, M.Driss Basri a souligné que le référendum du 13 septembre 1996 est un événement majeur, qui a permi à toutes les forces vives de la nation de s’exprimer sur le contenu de la révision constitutionnelle.

Sur 12.349.347 inscrits, 10.243.957 ont voté, soit un taux de participation de 82,95%. Les bulletins nuls étaient 31.634. Par ailleurs, sur les 10.212.323 suffrages qui se sont exprimés, 99,56% ont répondu oui, soit 10.166.999 votants contre 45.324 non, soit 0,44%.

Synthèse des questions et réponses
  • Sur la position de l’O.A.D.P, le ministre a préféré laisser aux responsables de ce parti le soin de s’exprimer, le gouvernement s’interdisant d’interférer dans les affaires intérieures des partis.
  • Le retour au plan est une nécessité, mais c’est un plan non dirigiste ou contraignant.
  • La réouverture des listes électorales a permi à 800.000 électeurs nouveaux de s’inscrire. Ce sont les conseils élus qui ont supervisé la refonte de ces listes dans une conception décentralisée. A l’avenir, s’il y a des problèmes, le gouvernement est décidé à travailler sereinement et tranquillement avec les partenaires pour trouver les solutions adéquates.
  • Les dates des prochaines élections seront déterminées compte tenu de la conjoncture.
  • La représentation de la Communauté marocaine à l’étranger reste une question ouverte. Le gouvernement est prêt à discuter avec ses partenaires de toutes les modalités possibles.
  • Pour le gouvernement, il n’y a pas de contacts actuellement avec le Polisario.
Nous reviendrons sur cette importante conférence de presse où, s’agissant de l’avenir, les membres du gouvernement ont insisté sur le nouvel état d’esprit, en laissant ouverte toutes les possibilités dans le cadre du dialogue.

Par Abdelkrim Belguendouz
« Al Bayane » du 15 septembre 1996

 
Top