La pandémie qui sévit en Europe a déclenché des mouvements migratoires dans le sens inverse. Ainsi, un groupe d’une centaine de marocains en situation irrégulière en Espagne, ont pris la mer fin mars, afin de rentrer clandestinement au Maroc tout en contournant les restrictions imposées par les autorités des deux pays. 

Le journal El País qui cite des sources policières espagnoles, raconte l’aventure de jeunes Marocains répartis sur deux bateaux pneumatiques qui ont quitté les côtes espagnoles à destination du Maroc. 

« Chacun d’entre eux a payé près de 5.400 euros pour la traversée depuis l’Espagne jusqu’à une plage de la ville de Larache », selon le même média. 

Généralement, le prix du voyage des côtes marocaines vers le sud de la péninsule Ibérique varie entre 400 et 1000 euros, selon les cas et les circonstances. 

+ Flexibilité des mafias + 
« Les passeurs de migrants font preuve d’une extrême flexibilité et adaptabilité dans leurs activités criminelles, organisant désormais aussi les voyages des migrants marocains, en situation irrégulière et fuyant le Covid-19, dans la direction opposée, c’est-à-dire de l’Espagne vers le Maroc « , a indiqué un rapport interne de la Commission européenne auquel El País a eu accès. 

Cependant, ces mouvements migratoires « à l’envers » n’empêchent pas l’arrivée des migrants clandestins en Espagne, tentant d’aller jusqu’au bout de leur voyage malgré la pandémie. 

Depuis que l’état d’urgence a été décrété en Espagne, du 15 mars au 15 avril, un total de 829 personnes se sont introduites illégalement par voie terrestre et maritime, selon les données du ministère de l’Intérieur espagnol. Toutefois, une baisse de 24% a été enregistrée comparée à la même période en 2019, précise la même source.



0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top