L’histoire ne se répétera pas cette année 2020 comme à l’accoutumée pour la célébration à travers le monde du 1er mai déclarée journée internationale du travail. 

Cette journée inédite restera dans les anales de notre vie professionnelle car l’ensemble de la classe ouvrière mondiale va la célébrer dans la méditation et la restriction suite au confinement obligatoire et à l’état d’urgence nous imposés par la menace de la pandémie de coronavirus. 

Chers-es membres
Depuis décembre 2019, la planète toute entière vit au rythme d’un état d’urgence sanitaire et du confinement obligatoire suite à la menace de la propagation de la pandémie de coronavirus baptisé COVID-19. 

Plus de la moitié de la population mondiale reste confinée alors que le nombre de cas infectés s’élève déjà à plus de trois millions des personnes atteintes du virus et plus de deux cent vingt milles décès dans 190 pays à travers le monde. 

Des mesures drastiques sécuritaires et préventives ont été prises par l’ensemble des gouvernements du globe en vue de faire face à cette épidémie dévastatrice et éradiquer ce phénomène planétaire à savoir : la fermeture des frontières, les gestes barrières, la distanciation sociale, le confinement, la médication et le port obligatoire des masques. 

Le Maroc notre deuxième patrie comme tous les autres pays du monde n’est pas non plus épargné de cet ennemi commun qui terrasse le monde entier sans épargner aucune frontière et attaque tout le monde sur son passage implacablement. 

Sous les hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le gouvernement chérifien a entrepris hormis les mesures de sécurité et d’hygiène sanitaire, d’autres mesures encore de soutien et d’accompagnement en faveur de la population en général et la plus démunie en particulier notamment : 
  • La création d’un fonds spécial pour la gestion de la pandémie de COVID-19 ; 
  • La mise en place d’un comité de veille économique CVE ; 
  • L’exonération des droits de bail des locataires des locaux des Habous 
  • L’application de traçage des contaminations ; 
  • La proposition de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour une initiative africaine pour lutter contre le coronavirus-COVID-19. 
Chers-es membres 
Face à la difficulté complexe liée au COVID-19 pour le 1er mai, fête du travail, nous devons même confinés donner à cette journée une véritable force collective en étant toujours en première ligne et continuer notre lutte pour combattre les inégalités sociales et salariales, le chômage, l’injustice, la discrimination et la précarité qui entravent notre insertion socio professionnelle et économique au sein de notre société d’accueil. 

Restons donc unis pour une lutte revendicative de l’amélioration du filet social et des conditions de vie et de travail de tous les travailleurs migrants qui sont victimes de cette crise partout au monde et pourtant ils travaillent dans les conditions inappropriées, parfois inacceptables à cause de leur main d’œuvre bon marché alors qu’ils constituent un facteur de développement inestimable pour leurs pays d’origine, de transit et de résidence. 

Certes, nous saluons les efforts entrepris et les mesures salutaires prises par les autorités publiques du Royaume sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour enrayer cette pandémie qui ronge la terre entière. 

C’est ainsi, considérant le leadership du Maroc sur la question migratoire au niveau africain et international et en sa qualité de pays modèle en matière des droits de l’homme dans la région et la sous région ; 

Considérant les instruments internationaux des droits de l’homme dont le Maroc est signataire, notamment la convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et les membres de leur famille et le pacte mondiale pour les migrations sures, ordonnées et régulières ; 

Afin de lier l’utile à l’agréable et permettre aux migrants de surmonter cette crise pandémique au coronavirus en cette période critique ; 

Nous plaidons aux autorités marocaines : 
  • Des solutions rapides et efficientes au trop nombreux cas des migrants et réfugiés non pris en charge dans le cadre des mesures de soutien et d’accompagnement au COVID-19 qui pourraient déboucher sur de véritables drames humains ; 
  • Un moratoire sur le paiement de leurs loyers en cette période de confinement obligatoire pour manque des ressources dues à l’arrêt de leurs activités surtout informelles; 
  • La facilitation d’obtention des attestations de déplacement dérogatoires aux migrants en situation irrégulière afin de leur permettre de se déplacer pour aller recevoir l’aide qui leur est accordée par certains bienfaiteurs ; 
  • La suspension de toutes les pratiques d’expulsion des personnes migrantes ; demandeuses d’asile et réfugiés en cette période délicate de confinement obligatoire. 
  • Le respect des droits fondamentaux du travail des tous les travailleurs y compris les travailleurs migrants-es et les réfugiés en arrêt de travail ; 
Exigeons aux travailleurs migrants : 
  • Le respect des mesures d’hygiène et de sécurité préventives prises par les autorités marocaines pour préserver la santé et la vie de tous les citoyens sur le territoire marocain en faisant preuve de responsabilité et de civisme ; 
  • De s’abstenir aux fake news qui font croire que le COVID-19 est une imagination alors que le virus existe et n’épargne aucune nationalité, communauté ou religion. 
Vive Sa Majesté le Roi Mohammed VI 
Vive le Maroc 
Vive l’ODT et l’ODT-I 

Bonne fête du travail en mode confinement 

Franck IYANGA MAKELO 
Secrétaire général







0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top