La fermeture des frontières marocaines aériennes, maritimes et terrestres à cause de la pandémie du Covid-19 a engendré une situation de souffrances non seulement pour plus de 20.000 Marocains en visite hors du Maroc, mais aussi pour un grand nombre de binationaux et de Marocains résidant à l’étranger qui sont restés bloqués au Maroc . Parmi eux figurent une dizaine de milliers de Belgo-Marocains et de Marocains établis de longue date en Belgique. Pour contribuer à résoudre partiellement cette situation (Les Marocains résidant légalement en Belgique étant exclus de manière différenciée de cette opération par Rabat), les contacts entre les autorités marocaines et les autorités belges avaient permis dernièrement l’établissement, sur trois critères humanitaires avancés par le Maroc, d’une liste de 1400 personnes qui doivent rejoindre Bruxelles, à bord d’avions affrétés par la Belgique . Dans ce cadre, 2 avions ont déjà quitté Casablanca le 30 avril et le 1er mai.,mais pour la préparation de ces deux vols, les conditions organisationnelles assurées par l’ambassade belge à Rabat, ont été lamentables et chaotiques. C’est le sens du témoignage livré par la coordination ou plateforme des «belgo-marocains bloqués au Maroc» dans son communiqué de presse daté du 1er mai 2020 que nous reproduisons ci-après (A. Belguendouz) 

Communiqué de la plateforme Belgo-marocains
Notre plate-forme des « belgo-marocains bloqués au Maroc » qui compte plus de 2.000 membres est consternée par la gestion des rapatriements de nos compatriotes au Maroc.

Ce jeudi 30 avril, plusieurs situations kafkaïennes ont été relatées afin d’alerter en extrême urgence, le Ministre belge, Philippe Goffin et l’ambassade de Belgique à Rabat, sans succès.

Des Belges ont été envoyés à la Wilaya de Tanger pour tamponner une attestation des autorités belges, sans que l’ambassade n’ait prévenu la Mairie de Tanger, et donc refus logique des fonctionnaires marocains. En plus de risquer d’attraper le coronavirus. Stupéfiant. En fin de journée et devant des crises de nerfs à la Wilaya de Tanger, l’ambassade belge expliquait laconiquement à 17h30 via messenger qu’il n’était plus nécessaire d’avoir un tampon.

Des couples ont été séparés avec une réponse positive pour l’un et aucune pour l’autre, en terme d’inhumanité, difficile de faire pire.

Des personnes n’ont pas embarqués depuis la gare de Tanger tôt le matin car l’information ne serait pas arrivée à temps pour les personnes bloquées. Une personne a reçu un message vocal qu’elle n’a écouté que plus tard… Il semble que l’ambassade fait les choses en dernière minute avec comme résultat des personnes sélectionnées mais qui sont dans l’impossibilité d’être au rendez-vous du matin à 6h pour prendre le car.

Un cas plus emblématique consterne la toile depuis hier, à savoir ce bébé de 5 mois chez sa grand-mère au nord du Maroc. La Belgique refuserait alors que les parents sont en Belgique et supplient les autorités belges de faire rapatrier le bébé en question, de nationalité belge. La famille élargie au nord du Maroc et qui a reçue pour moitié une réponse positive était prête à se charger du bébé de 5 mois. Refus de la Belgique.

Nous rappelons que toutes ces personnes ont déposées un dossier en règle pour le vendredi 17 avril et qu’elles rentraient dans l’un des trois critères « humanitaires ».

Ce vendredi 1er mai, le chaos se poursuit, il nous revient qu’une famille à Nador, via un couple belgo-marocain âgé ou l’un a reçu une réponse positive (la maman) mais pas l’autre.

Notre plate-forme a eu quelques difficultés à croire cette info, mais le mail reçu était explicite : Les bus en partance pour l’aéroport de Casa partiront bien de Fes, Meknes,

Tétouan, Rabat, Agadir, Marrakech mais AUCUN départ n’est prévu de NADOR pour rejoindre l’aéroport de Casablanca.

La cellule de crise belge a expliquée à la fille de ce couple totalement choqué à Nador, qu’ils devaient se « débrouiller et prendre le taxi » pour effectuer ce trajet de NADOR à l’aéroport de Casablanca et être à 12h30 précise, ce samedi 2 mai 2020.

C’est juste stupéfiant. Entre Nador et Casablanca, il y a … 600 km et plus de 9 heures de route… par conséquent pour arriver à 12h30, ce couple divisé, puisque l’un restera à Nador, devra sortir de chez lui à … 3h30 du matin… (sic) Bien sûr, la fille du couple a expliqué ce qu’il en était pour son papa, la réponse de la cellule de crise est la suivante : « Bonjour, nous faisons au mieux pour que les familles puissent voyager ensemble. Chaque personne qui a introduit une demande recevra une réponse par mail, positive ou négative. Cela prend un peu de temps». (Reçu par messenger le jeudi 16h30)

Le fiasco se poursuit en ce 1er mai, fête des travailleurs. Cela devient un supplice pour beaucoup de nos compatriotes.

Ce soir, lors du retour de nos compatriotes qui auront vécus des moments douloureux, les médias se focaliseront sur cette « victoire » de l’état belge, mettant de côté, le fiasco monumental de cette opération et le fait que la majorité de nos compatriotes resteront bloqués de longues semaines.

Devant ce tableau sombre qui cause des souffrances et des chocs terribles, nous demandons au Ministre belge de présenter ses excuses à nos compatriotes pour les dommages occasionnées et/ou de présenter sa démission.

Belgo-marocains bloqués au Maroc Bruxelles, le 1er mai 2020



0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top