Les pilules chimiques « statines » sont présentées comme des médicaments miracles et efficaces contre les maladies du cœur, alors qu’il n’a jamais été prouvé qu’elles diminuent le risque de mortalité. Bien au contraire : les recherches (exclues celles de Big Pharma) montrent que les statines diminuent les facteurs d’énergie musculaire, à commencer par ceux du myocarde (muscle du cœur), le comble pour un médicament donné aux personnes qui ont le cœur fragilisé par un infarctus ! 



Selon le cardiologue Michel de Lorgeril, chercheur au CNRS : « Les statines peuvent augmenter le risque de troubles de la vision, augmenter ou aggraver le risque de dépression et augmenter le risque de cancer, ruiner la vie sexuelle des individus traités, considérablement diminuer leurs capacités cognitives et plus... ». Enfin, selon une étude effectuée sur un panel de 650 patients sous statines, 87 % des patients ont consulté leur médecin suite à des effets secondaires, tels que des douleurs musculaires. 

Quant à la baisse du taux de cholestérol, bien réelle après avoir avalé une pilule de statines, on s’aperçoit aujourd’hui qu’elle n’entraîne nullement la baisse du risque d’infarctus ni d’attaque cérébrale. 

C’est que le cholestérol ne bouche pas à lui seul les artères, comme des chercheurs en ont fait l’hypothèse dans les années soixante ; aujourd’hui, on sait que vous pouvez parfaitement avoir un taux élevé de cholestérol et vous porter comme un charme. 

Par contre, les personnes qui ont un faible taux de cholestérol ont un risque de dépression et de mortalité plus élevé que les autres. Et la raison est simple : Le cholestérol est une substance vitale pour vos cellules. 

Le cholestérol n’est pas un poison : c’est une substance vitale essentielle pour la paroi des cellules, pour la production d’hormones (avec un effet anti-vieillissement), et pour le cerveau – d’où le risque de dépression chez les personnes qui manquent de cholestérol, et même de malformation et de handicap mental en cas de déficit grave (SLO syndrome).



0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top