A la guerre comme à la guerre. Quand il n’y a rien on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a. Je ne critiquerais pas dans ces quelques lignes ni les efforts de certaines de nos entreprises de sacs-poubelle qui tentent d’habiller nos soignants, ni ne commenterais les agacements de notre personnel médical.

J’aime le pragmatisme. Peu importe la solution si elle fait le travail. Mais parfois, il faut tout de même améliorer un peu les prototypes…

Hier soir, il y a avait le second volet de la 7ème compagnie. Un chef d’œuvre du 7ème art pour parler avec humour, bienveillance et presque une pointe de tendresse des naufrages collectifs dont est capable notre pays.

Nous avons eu juin 40 en 40.

Le mamamouchi Macron est le Gamelin du juin 40 sanitaire que nous vivons actuellement et qui va se transformer en Bérézina économique.

Dans cette « guerre » contre le virus de notre grand timonier du palais, ce n’est pas de guêtres dont nous avons besoin mais de blouses et de masques et de bien d’autres choses qui manquent cruellement.

Notre chef de « guère » de matériel à votre disposition veille donc à l’adaptation de notre appareil productif pour qu’il participe à notre effort de « guère ».

Nous avons donc en France en 2020, pour notre saison de mode printemps/été, le sac-poubelle. Avis à la population des belles doctoresses, je suppose qu’il nous faudrait quelques beaux modèles pour porter fièrement ces nouveaux habits, qui mettront en avant aussi bien l’excellence que l’élégance à la française.

Coronavirus : Jet’Sac, à Auchel, transforme ses sacs-poubelle en surblouses… par millions pour les hôpitaux !

Voici ce que nous apprend la Voix du Nord… « Face au Covid-19, il faut faire preuve d’imagination et d’initiative. C’est le cas de l’entreprise Jet’Sac, implantée à Auchel près de Bruay-La-Buissière. Ce spécialiste en sacs-poubelle vient de s’adapter à la situation en produisant des surblouses à l’échelle industrielle : 120.000 par jour et le double dès ce week-end. Ne vous est-il jamais arrivé, pour que votre enfant fasse de la peinture sans se salir ou pour pallier l’oubli d’un imperméable, de faire trois trous dans un sac-poubelle pour passer la tête et les bras. Eh bien là, l’idée est proche, en plus perfectionnée et à l’échelle industrielle ».

Bon sur le terrain, la 7ème compagnie a une opinion un peu différente de l’efficacité du truc et de la praticité du machin qui aurait tendance à serrer un tantinet les membres supérieurs de nos aimables et très impliqués soignants… Je vous laisse découvrir cette vidéo, qui a le talent, de faire sourire et même rire dans une situation aussi grave.

Mamamouchi 1er a donc décidé que nous retournerions à l’école !

Je reprends quelques éléments purement factuels et officiels. Reportez-vous aux propos du Professeur Delfraissy président du Conseil Scientifique.
  1. On déconfine en mai et zou tout le monde à l’école.
  2. Seulement 10 % des Français auraient été infectés ce qui nous en laisse encore 90 % à infecter. (Nota : faux, seulement une infime partie de la population développe la maladie !)
  3. Ce virus est « une vacherie » selon Delfraissy et en fait… même quand on a l’a eu on est « séropositif » mais pas immunisé…
  4. Nous n’avons guère de masques, guère de tests, guère de charlottes, et guère de blouses… Enfin si nous avons des sacs-poubelle. A la guère comme à la guère.
Notre grand phare Élyséen « béni soit son saint nom » va donc, comme un grand chef de « guère », nous mener comme naguère à une véritable déconfiture.

Comme on va déconfiner en mai, le temps d’atteindre le second pic, nous serons en juin. (Nota : le second pic est purement spéculatif)

Après le juin 40 militaire, nous aurons notre juin 2020 sanitaire… En juin !

Il nous expliquera sans doute… « que l’on ne pouvait savoir ». Les masques devraient quand même finir par arriver un peu. C’est déjà mieux que rien, mais cela ne cachera pas longtemps leurs incompétences.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous et désormais protégez-vous !




0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top