La recherche dans la genèse de Covid-19 est en train de virer au feuilleton épique. A la suite des insinuations du président américain Donald Trump – « virus de Chine », « virus de Wuhan », etc. – aux implications politiques et stratégiques explosives, Pékin est aujourd’hui plus déterminé que jamais à aller au fond des choses.

Ce qui est une bonne chose, car maintenant que Pékin a été piqué au vif et qu’il est en mode turbo, cette histoire sortira tôt ou tard dans le domaine public.

Dans un geste inhabituel le week-end dernier, l’envoyé de la Chine à Moscou, Zhang Hanhui, a suggéré que l’histoire du Covid-19 ne fait que commencer et que des surprises sont en réserve pour la communauté mondiale.

Il est inconcevable que l’ambassadeur Zhang se soit exprimé sans l’accord de Pékin. Il est significatif que le diplomate chinois ait choisi l’agence de presse publique russe Tass pour faire quelques révélations surprenantes. Selon l’ambassadeur,
  • Cinq organisations scientifiques chinoises de premier plan ont recueilli les données de 93 spécimens du génome du Covid-19 publiés dans une base de données mondiale basée sur les contributions de 12 pays sur quatre continents différents.
  • Les recherches ont montré que le premier « ancêtre » du Covid-19 est un virus connu sous le nom de mv1, qui a ensuite évolué vers les haplotypes H13 et H38. (Un haplotype est un groupe de gènes hérité d’un seul parent au sein d’un organisme).
  • A leur tour, les H13 et H38 ont évolué en un haplotype de deuxième génération – H3 – qui a ensuite évolue en H1 (Covid-19).
  • En d’autres termes, le “père” du Covid-19 est le H3 ; ses “grands-parents” sont le H13 et le H38 ; et son “arrière-grand-père” est le mv1.
  • Or, bien que le virus qui a été découvert sur le marché des fruits de mer de Wuhan soit bien de la variété H1 (Covid-19), seul son “père”, le H3 a été repéré à Wuhan – et PAS sur le marché des fruits de mer.
  • Il est important de noter que les “grands-parents” du Covid-19 – le H13 et le H38 – n’ont jamais été repérés à Wuhan.
« Cela suggère que le H1 a été apporté au marché des fruits de mer par une personne infectée, ce qui a déclenché l’épidémie. La séquence génétique ne peut pas mentir ». (Ambassadeur Zhang)

Il suffit de dire que la source originelle de la propagation de Covid-19 reste à déterminer et que la piste pourrait aller dans n’importe quelle direction. À l’heure actuelle, bien que le Covid-19 ait été découvert pour la première fois à Wuhan, son origine exacte reste encore à déterminer.

En attendant, il existe des signes révélateurs. Ainsi, l’ambassadeur Zhang a expliqué :
  1. Un couple marié du Japon a contracté le Covid-19 alors qu’il se trouvait à Hawaï (où est basé le commandement des Pacific Air Forces américaines) entre le 28 janvier et le 3 février, bien qu’il n’ait pas visité la Chine et n’ait pas été en contact avec une quelconque personne chinoise. Le mari a eu des symptômes à partir du 3 février.
  2. Les médias ont rapporté que le Covid-19 est apparu pour la première fois en Lombardie, dans le nord de l’Italie, dès le 1er janvier.
  3. Selon le médecin spécialiste italien de renom Giuseppe Remuzzi, l’épidémie de Covid-19 avait même commencé à se propager en Italie avant d’avoir débuté en Chine.
  4. Le virologue américain bien connu Robert Redfield – actuellement directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC, le principal institut fédéral de santé publique des États-Unis) et administrateur de l’Agency for Toxic Substances and Disease Registry (une agence fédérale de santé publique basée à Atlanta, Géorgie) – a émis l’hypothèse selon laquelle un certain nombre de décès dus à la grippe aux États-Unis pourraient en fait avoir été causés par le Covid-19, mais les États-Unis n’ont pas effectué de tests à ce sujet à l’époque. (On estime que 80 000 Américains sont morts de la grippe et de ses complications l’hiver dernier).
  5. Il est assez surprenant de constater que l’Italie a voulu retracer le premier cas d’infection par le Covid-19 en procédant à l’exhumation de victimes alléguées de la grippe aux États-Unis, mais ces derniers ont catégoriquement refusé de l’autoriser.
Cependant, la science et la technologie contemporaines sont bien équipées pour remonter la piste du Covid-19 et il est absolument certain que « tôt ou tard, le jour viendra où tout ce qui a été dissimulé sera révélé ». (Ambassadeur Zhang)

Il est intéressant de noter que depuis la publication de l’interview de l’ambassadeur Zhang par Tass, le président Trump a modéré ses allégations précédentes de complicité et d’intentions malhonnêtes de la part de la Chine. Alors que Trump avait menacé Pékin de représailles, il a depuis revu sa position et a déclaré samedi lors d’un point de presse à la Maison Blanche :

« Vous savez, la question a été posée :“Seriez-vous en colère contre la Chine ?” Eh bien, la réponse pourrait bien être un “oui” très retentissant, mais cela dépend : S’agit-il d’une erreur qui a échappé à tout contrôle ou a-t-elle été commise délibérément ? D’accord ? C’est une grande différence entre les deux. Dans les deux cas, ils auraient dû nous laisser y aller. Vous savez, nous avons demandé à y aller très tôt, et ils ne voulaient pas que nous entrions. Je pense qu’ils étaient gênés. Je pense qu’ils savaient que c’était quelque chose de mauvais, et je pense qu’ils étaient gênés ».

Trump n’est plus catégorique sur la culpabilité de la Chine. Il ne s’agit plus d’une affaire entendue. Elle est probablement négociable. Trump s’est exprimé deux jours seulement après la parution de l’interview de l’ambassadeur Zhang.

Le diplomate chinois a clairement laissé entendre que la piste du Covid-19 peut être et sera remontée scientifiquement. Trump aura un sérieux problème s’il s’avère que la grand-mère, le grand-père et l’arrière-grand-père du Covid-19 sont en fait domiciliés aux États-Unis.

M.K. Bhadrakumar 


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top