Depuis la déclaration de la pandémie, il a été observé une importante évasion, vers la Mauritanie, des Sahraouis séquestrés dans les camps de la mort situés à Tindouf en territoire algérien, en raison d'une forte contamination au Coronavirus (Covid-19) qui y sévit. 

Près de 2000 véhicules ont quitté, ces derniers temps, les camps des séquestrés sahraouis de Tindouf et ont pris la direction du Nord de la Mauritanie à destination des Wilayas de Tiris Zemmour et Adrar avant de rejoindre la Wilaya de Dakhlet Nouadhibou. Cet exode massif des sahraouis de Tindouf inquiète au plus haut point les responsables mauritaniens qui tentent à empêcher l’entrée des réfugiés sur son territoire en raison du risque de propagation du virus Covid-19. 

Cette migration massive est à mettre en lien avec la création d’un nouveau mouvement d’opposition au polisario, dont la direction est de plus en plus atomisée. Ce dit mouvement, composé de plus d’une centaine d’actuels ou d’anciens pontes polisariens, d’étudiants et de militants des Droits de l’Homme, s'est constitué en mouvement politique sous l'appellation de « Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP) ». 

Ce mouvement, considéré par les dirigeants polisariens comme une menace, est aujourd’hui pourchassé et persécuté par les miliciens polisariens. C’est pourquoi, nombre d’entre eux ont pris la décision de fuir les camps de Tindouf vers des cieux plus cléments, en bravant tous les dangers. 

Cependant, la Mauritanie a fermé ses frontières avec l'Algérie devant la circulation des biens et des personnes. Une mesure prise pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus Codiv-19. Cette décision a sérieusement aggravé les conditions de vie, déjà mal en point, de la population des camps sahraouis de la mort sis à Tindouf. A rappeler que la majorité des personnes arrêtées par l’armée mauritanienne ont des attaches familiales à Zouerate ou portant des passeports mauritaniens. 

Il a toujours été prouvé que le polisario est constitué d’éléments non-marocains et de quelques traîtres à la solde des responsables algériens et c’est ce que cet exode vient de confirmer haut et fort. 

Pendant ces temps difficiles pour l'Algérie, l'énorme budget alloué aux séparatistes polisariens est un manque pour le citoyen algérien qui en a grand besoin. D’autant plus, que les revenus liés aux hydrocarbures est en forte baisse et de ce fait le peuple algérien est en manque de tout, et surtout en ce mois sacré de Ramadan. Les aliments de première nécessité sont importés, comme la viande ou les fruits et légumes. L'Algérien est dans l’obligation de se sustenter via l’étranger et ce, à des prix dépassant l’entendement humain ! 

Farid Mnebhi




0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top