Le touriste koweïtien accusé de viol et violence sur un enfant mineur à Marrakech a quitté le territoire national, peu après avoir bénéficié d'une libération provisoire.

Cité dans un communiqué de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), le premier président de la cour d'appel de Marrakech "a déclaré que le mis en cause a quitté le territoire national, quelques heures après sa libération provisoire, le 28 janvier dernier, malgré les garanties écrites, présentées par l'ambassade du Koweït à la justice marocaine."

Exprimant son "étonnement" et dénonçant le manque d'engagement de l'ambassade du Koweït, le bureau Marrakech-Ménara de l’AMDH se dit prêt à recourir à toutes les dispositions internationales sur les droits de l'enfant et contre le viol et la traite humaine, et à poursuivre l'accusé devant une juridiction internationale.

L’accusé en question, Abderrahmane Mohamed Samran Al-Azmi (24 ans), a été libéré sous caution, placé sous surveillance et interdit de quitter le territoire marocain. Il est poursuivi pour "attentat à la pudeur avec violence" sur une adolescente de 14 ans et devait comparaître le 11 février devant la Chambre criminelle près la cour d’appel de Marrakech.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top