La base Aïn-al-Assad, située dans l’ouest de l’Irak et abritant des militaires américains, a été attaquée aux roquettes dans la nuit la nuit du 7 au 8 janvier. Selon l’AFP, il s’agit d’au moins neuf projectiles, tandis que l'agence Tasnim évoque environ 35 roquettes. 

Reuters, citant un représentant américain, a informé que des attaques à la roquette avaient été menées contre plusieurs installations, dont la base aérienne en question. Aucune information sur d’éventuels dégâts ou victimes n’est disponible dans l’immédiat, a-t-il été précisé. La télévision ABC évoque de son côté qu'il s'agit de missiles balistiques lancés depuis le sol iranien.

Acte de vengeance, selon l'Iran
Après l’apparition de l’information, le Corps des gardiens de la révolution islamique a revendiqué la frappe, selon Press TV. D’après cette même source, il s’agit d’un acte de vengeance. 

Le Pentagone confirme la frappe aux missiles balistiques
Le porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman, a confirmé la frappe, précisant que plus d’une douzaine de missiles balistiques ont été tirés dans la nuit du 7 au 8 janvier contre les militaires américains et la coalition en Irak.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top