Est-ce réellement une avancée technologique ou plutôt un effet de mode ? Pour certains, la conduite autonome serait la panacée et réduirait quasiment à néant les accidents liés à la circulation. 

Dans la théorie on ne peut que leur donner raison mais, dans la pratique, il semblerait, et ce n’est pas la première fois que je le dénonce, que tout ceci ne soit pas tout à fait au point et que cela ne soit pas pour demain. Il y a quelques jours, une Tesla 3 grillait un feu rouge et tuait les deux occupants de la voiture qu’elle a percuté lors de l’accident qui a suivi.

Ceci s’est passé aux Etats-Unis et une enquête fédérale est menée par la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) parce que le fameux « Autopilot » de Tesla serait en cause. C’est le douzième accident de ce type qu’examine l’agence et mettant en cause le système de conduite autonome du conducteur. Et la NHTSA pourrait bien durcir le ton avec Tesla d’autant que le système Smart Summon qui permet de faire venir à soit sa voiture sans conducteur semble dévoiler quelques failles lui aussi (allez, les fans de Tesla, on se réveille…).

Alors quelle mouche a piqué Sony au CES de Las Vegas ? Le fabriquant Japonais vient de dévoiler, à la surprise générale, son interprétation de l’automobile. Croisement d’une Tesla et d’une Porsche Taycan, la Vision S est bien la vitrine technologique de Sony et se calque beaucoup sur Tesla avec, notamment une connectivité permanente. Elle embarque une batterie de 400 kw (l’équivalent de 536 CV) et annonce 240 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 4,8 secondes. Rien d’exceptionnel au regard de la puissance et l’autonomie n’est par contre pas dévoilée pour le moment.

La première question est plutôt de savoir si elle sera commercialisée mais aucune information n’est donnée non plus en ce sens. L’autre est de savoir si elle peut apporter du neuf sur le segment et là, pas grand-chose si ce n’est qu’en plus des écrans en nombre du poste de pilotage, il y a aussi deux écrans pour les passagers arrière…déjà vus sur d’autres. Nul doute que la marque veuille montrer son savoir-faire en matière d’équipements technologiques automobiles mais pas nécessairement se lancer sur ce marché hasardeux. Espérons seulement que ce soit un peu plus fiable que chez Tesla même s’il faut reconnaître que la faute ne leur incombe pas totalement. Les conducteurs se reposent sans doute trop sur ces technologies et n’ont plus d’attention à la conduite. Alors faut-il leur mettre ces systèmes à disposition tant qu’ils ne sont pas fiables et autonomes à 100 % ?

Sylvain DEVAUX


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top