Post-Scriptum : Ah mais qui est donc cette Nathalie?
Elle (message) : Un jugement négatif vous satisfait plus encore qu une louange, pourvu qu il respire la jalousie... C est ce que je ressens de tes chroniques qui te ressemblent, le mépris en couronne et le sentiment de supériorité comme fond de tableau.
Si tu avais fait l amour avec moi, même une fois, je t assure que tu t en souviendrais. Et ceci n est pas une rodomontade...

PS : jette un œil sur le mur de X, tu y es rhabillé pour l hiver.
Moi (réponse) : Coucou. Il y a toujours des femmes qui s'identifient à mes chroniques. Et pour celle-ci tu es la 5è. La première c'est Y [d'où le choix du prénom Nathalie], la vraie, l'alcoolique dont j'ai parlé après l'avoir rencontrée au Marulaz. Les autres me connaissent et je les connais, et milieu social oblige, elles ont toutes de vagues ressemblances avec le personnage de la chronique, qui est une composition (ou recomposition) pour protéger la vie privée des personnes réelles qui m'inspirent..
Mais toi, que diable viens-tu faire sur cette liste ? Tu n'as jamais été de Besançon, on ne s'est jamais vus, jamais connus dans la vie réelle. Je ne sais rien de ta vie, ni de ta vie actuelle (serais-tu avec un black musclé 2 fois plus jeune que toi? rires).
Prends le temps de relire cette chronique douce amère, tu verras que je ne fais que décrire la peine humaine, celle des gens qui peuplent mon entourage
Quant aux commentaires sur telle ou telle page, les lecteurs ont tous les droits sur mes écrits.

PS : J'ai un profond respect pour ce que j'appelle le petit peuple du Marulaz. Que le photographe Patrice Forsans a su immortaliser avec art... et tendresse...
Je n'ai pas non plus de jugement de valeur sur les pratiques amoureuses ou sexuelles des gens (autrement il me resterait trop peu d'amis, n'est-ce pas mes amis). Et s'il m'arrive d'en parler avec quelque sévérité, c'est seulement pour dénoncer l'absence de responsabilité de certaines personnes vis-à-vis des conséquences que leur comportement peut déclencher...
A bonne entendeuse... euh... à bon entendeur

Ah ces petites gens de province
Mustapha Kharmoudi







0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top