dessins-elise.fr
Je pense aux années… et aux jours heureux.
Je suis maintenant vieux… et la nature est cruelle aussi.
Vouloir ridiculiser la vieillesse… quelle ironie.
Le corps se disloque… grâce et vigueur m’ont quitté
Il y a maintenant une pierre… là où mon cœur habitait.
Mais dans cette vieille carcasse.. un jeune homme encore vit,
Et encore et toujours… mon cœur malmené grossit
Je me rappelle les joies… je me rappelle les maux.
Et j’aime et je vis… il est encore assez tôt
Je pense aux années, trop peu… et trop vite passées.
Et accepte le triste fait… que rien ne peut durer.
Alors ouvrez vos yeux, amis… ouvrez et voyez.
Pas un vieux grincheux, pas que cela.
Regardez plus près… et voyez… MOI

Source ?

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top