Après la pilule mal passée suite à l’ouverture d’un Consulat Général des Iles Comores au Sahara marocain, le peuple algérien, sur son 31, a tenu à offrir un Baptême comme il se doit au tout nouveau Président en ce 44ème vendredi de manifestations.

Ce tout nouveau propulsé au sommet de l’Etat algérien par les ténors de l’armée algérienne avec à leur tête le Général Ahmed Gaïd Salah ainsi que par les apparatchiks du régime algérien, eux qui détiennent seuls et sans partage aucun le pouvoir tant politique qu’économique à des fins d’enrichissement personnel au détriment de la population algérienne, a été gracieusement baptisé, ce vendredi 20 décembre 2019, par des manifestations monstres dans toutes les villes algériennes.

D’imposantes manifestations populaires pacifiques se sont ainsi déroulées à Alger, Oran, Constantine, Sétif, Mila, Guelma, Bejaia, Tizi Ouzou, Bouira, Mostaganem, Jijel, Chlef, Blida, El Oued, Médéa, Bordj Bou Arreridj, Annaba et bien d’autres villes. Rien qu’en Kabylie, ils étaient des centaines de milliers de manifestantes et de manifestants dans les rues ce 20 décembre 2019. Une impressionnante marée humaine au record inégalé en matière de nombre de participants a déferlé pour la seule ville de Tizi Ouzou lors de cette marche hebdomadaire du vendredi.

Tous les manifestants d’Algérie (femmes, hommes, enfants et vieillards) ont réclamé la libération des détenus du Hirak et un changement radical du système tout en rejetant les résultats de la présidentielle et en posant des conditions pour le dialogue et l’instauration d’un Etat démocratique.

S’agissant de ses toutes premières gesticulations relatives à la décision souveraine du Gouvernement des Iles de Comores d’ouvrir un Consulat Général à Laâyoune, ville de la Province du Sud du Maroc, il serait bon de rappeler à cette tête de linotte de Président algérien qu’il serait tout à fait non constructif de fourrer son nez dans les affaires d’autrui et de détaler, tel un canasson sans harnais, chaque fois qu’il sera interpellé par le peuple algérien sur les pratiques despotiques en cours en Algérie.

Il est vrai, que ce fraîchement placé à la présidence algérienne n’a fait que régurgiter, le 19 décembre 2019, le communiqué rédigé par le Général Ahmed Gaïd Salah et ce, juste après avoir prêté serment.

Un communiqué suintant la provocation anti-marocaine par la double attaque portée contre le Maroc, principal sujet de la politique extérieure du régime des dévergondés et sans diplômes, et un pays souverain que sont les Iles Comores qui viennent d’ouvrir une légation diplomatique au Sahara marocain.

Que ces crieurs du Palais de la Mouradia d’Alger se le tiennent une fois pour toute dit, bien d’autres pays suivront la démarche plus qu’exemplaire et courageuse des Iles Comores et ce, dans un proche avenir. 

Il est plus que temps pour ce Président nouvellement baptisé par la rue de préparer les Fêtes de fin d’année au Palais de la Mouradia d’Alger avec son ange gardien d’Ahmed Gaïd Salah et le coq sautillant sur un plateau chauffé qu’est le polisarien Brahim Ghali, le clou de ces soirées présidentielles. Quant au peuple algérien, il ne lui restera plus que les yeux pour pleurer.

Farid Mnebhi

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top