6. En guise de conclusion 
Après le séisme qui a ébranlé le monde, nous vivons à l'heure un grave danger, sinon une véritable "militarisation'' de la question migratoire, ou du moins son inscription dans une logique de plus en plus répressive et coercitive. Nous assistons à l'édification de nouvelles frontières entre les hommes, d'un nouveau rideau de fer destiné à isoler l'Europe des pays du Sud. 

Non seulement les contraintes qui handicapent la liberté de circulation des personnes se trouvent plus facilement acceptées et légitimées par les Etats et les opinions publiques, mais plus encore, la tendance se dessine de restreindre davantage les lois sur les conditions de séjour et de travail et de limiter également les droits des immigrés installés de longue date. Dans ce contexte, les principes du droit d'asile sont laissés de côté et même les options en matière d'intégration sont mises à mal en s'opposant à la venue d'étrangers culturellement trop différents, en premier lieu les musulmans. 

Par conséquent, la nécessité d'une plus grande vigilance, d'un discernement accru, d'un approfondissement de 1'analyse par rapport à la tendance à la mondialisation sécuritaire se fait sentir. L'idéologie sécuritaire semble en effet se répandre sur toute la planète pour associer les mouvements de population et l'immigration au terrorisme, pour hiérarchiser les cultures, pour amalgamer l'islam et les Musulmans à la violence aveugle et meurtrière, pour réduire la civilisation arabe à l'obscurantisme et les sociétés musulmanes à être "partiellement réfractaires à la modernité" parce que, d'après Francis Fukuyama, "l'Islam est le seul système culturel à produire régulièrement des gens comme Oussama Ben Laden ou les Talibans" (Les deux citations proviennent d'un texte de F. Fukuyama intitulé "Nous sommes toujours à la fin de l'histoire", publié dans le journal Le Monde du 18 octobre 2001, p.7). 

Ce type d'analyse ne contribue t-il pas à légitimer d'une certaine manière une série de pratiques répressives contre les migrants arabo-musulmans ou bien contre les populations déjà installées en Europe (et dans d'autres pays d'immigration) qui sont d'origine arabe et/ou musulmane? 

En relation avec les événements majeurs et douloureux du 11 septembre, certains ont parlé de la nécessité d'une "croisade'', appelant à une "guerre froide" contre l'islam, accusé d'être l'ennemi des valeurs occidentales. D'autres ont opposé la civilisation occidentale chrétienne à la civilisation musulmane et n'ont pas hésité à affirmer la supériorité de la première sur la seconde. 

Ces attitudes diabolisantes et mues par le mépris, contribuent à instaurer une vision manichéenne, à savoir l'existence de deux mondes conflictuels, de deux civilisations antagonistes et hostiles, deux religions ennemies, deux cultures opposées. 

Cette présentation est erronée et dangereuse. Le terrorisme ne peut être confiné à quelques régions du monde. Le terrorisme ne peut être appréhendé comme un monopole arabo-islamiste. L'Islam ne peut être objectivement accusé d'autoriser le terrorisme. Bien au contraire, l'Islam est tolérant, humaniste et ouvert et le concept du danger islamique qui menace l'Occident relève du verbiage. Dès lors, il s'agit de ne pas confondre absence ou mauvaise communication entre les cultures ou persistance de certaines incompréhensions réciproques et légitimation ou justification de l'appel aux croisades ou à la guerre sainte. Sinon, on risque de créer les conditions d'un heurt des civilisations, d'une déflagration entre l'Islam et l'Occident, alors qu'en réalité, les actes terroristes sont commis par des fanatiques et des extrémistes de toutes les idéologies et de toutes les nationalités. 

Encore une fois, prenons garde de ne pas "schengéniser'' tous les aspects de la dimension migratoire maroco-hispano-européenne ou de la militariser, en procédant à l'amalgame entre terrorisme et immigration et en déclarant comme l'a fait J. Piqué, ministre espagnol des Affaires étrangères que le Maroc, du fait de l'émigration clandestine, était source potentielle de danger terroriste (Voir La Nouvelle Tribune, Casablanca, n° 281 et le Journal l'Economiste, Casablanca, 15 novembre 2001). 

Sous le prétexte de lutter contre l'immigration clandestine en provenance du Sud et pour ternir l'image du Maroc tout en signifiant que l'Espagne est, d'une certaine manière, l'ultime frontière de l'Occident, d'autres responsables au nord de la Méditerranée ne sont-ils pas allés plus loin en invoquant le fait que des membres du réseau Ben Laden avaient recours aux pateras en provenance du Maroc pour s'infiltrer en Europe!? Est-ce l’argument choc pour imposer au Maroc le Plan d’Action du Groupe de Haut niveau Asile Migrations de l’Union Européenne ? 

Rabat, le 21 novembre 2001 

Abdelkrim Belguendouz 
Universitaire à Rabat, chercheur en migration 

Bibliographie 

S.M. Mohammed VI: 
  • Allocution devant le Sommet Afrique-Europe au Caire du 3-4 avril 2000, publiée dans Le Matin du Sahara et du Maghreb, 4 avril 2000. 
  • Interview au journal Le Figaro du 6 septembre 2001. 
Adepoju (A), ''Les migrations internationales en Afrique subsaharienne, problèmes et tendances récentes" in Revue Internationale des Sciences Sociales, n° 165, septembre 2000. 
Akamir (Abdelouahed), L'émigration vers la mort. L'Espagne et les événements d'Ejido (en arabe), in Azzamane, n° 28, 2001. 
Alaoui (Mohamed Ben El Hassan), "Le Maroc et l'Union Européenne à l'aube du XXIème siècle" in Marier le Maghreb à l'Union Européenne?, Ed. Corlet/Eddif, juillet 1999. 
Alaoui (Mohammed Ben El Hassan), La coopération entre l'Union Européenne et les pays du Maghreb. Ed. Nathan, Paris, 1994. 
ANAFE (Association Nationale d'Assistance aux Frontières pour les Etrangers), Zones d'attente. En marge de 1'Etat de droit, Paris, mai 2001, 63 pages. 
Association Marocaine d'Etudes et de Recherches sur les Migrations (AMERM), Les migrations clandestines. Enjeux et perspectives, Rabat, 2000. 
Association Marocaine des Anciens Elèves de l'Ecole Polytechnique Française, Actes du Colloque International Maroc-Union Européenne, 4 années après l'accord: où en sommes-nous ? Casablanca, 10 mars 2000. 
Barou (Jacques), Europe, terre d'immigration. Flux migratoires et intégration, PUG, Grenoble, 2001. 
Barros (Lucile), "Politiques migratoires des pays de l'Union Européenne", Communication au Séminaire sur Les Mutations de l'Emigration Internationale Marocaine, INSEA, Rabat, 28-29 janvier 2000. 
Belguendouz (Abdelkrim) : « UMA-CEE : Los émigrados magrebies entre dos orillas » in Bernabe (L.G) « Espanâ-Magreb.Siglo XXI », colleccion Mapre, Madrid, 1992, pp207-218. 
Belguendouz (Abdelkrim) : « La conférence euro-méditerranénne de Barcelone. Eléments d’évaluation critique avec quelques questions à l’Europe ». In Association des Economistes Marocains « La Conférence euro-méditerranéenne de Barcelone et les enjeux du nouveau partenariat maroco-européen, série Tables rondes de l’AEM, n°2, avril 1996, pp29-96. 
Belguendouz (Abdelkrim), La communauté marocaine à l'étranger et la nouvelle marche marocaine, ed. Boukili Impression, Kénitra, octobre 1999, 328 pages. 
Belguendouz (Abdelkrim), Le Maroc coupable d'émigration et de transit vers l'Europe, ed. Boukili Impression, Kénitra, juin 2000, 157 pages. 
Bernabé (Lopez Garcia), Les Maghrébins "sans papiers" en Espagne et le processus de régularisation de 2000 après la nouvelle loi sur les étrangers, IFRI, Paris, avril 2000, 25 pages. 
Blad (Mellado Concha), "Les migrants irréguliers et le droit communautaire: quel avenir?" Communication au Séminaire Migrants organisé par Caritas Maroc, Rabat, 22-24 janvier 2001. 
Bret (Robert), colloque Frontières et zones d'attente, une liberté de circulation sous contrôle à l'initiative de l'ANAFE, Paris, 19-20 octobre 2001. 
Bureau International du Travail: Documents de travail provisoires de Lucile Barros, Claire Escoffier, Mehdi Lahlou sur le thème « Les filières migratoires à travers le Maroc », juin 2001. 
Caritas Maroc, Formation à l'accueil des migrants, Actes des journées du 22 au 24 janvier 2001, 54 p. 
Cercle d'Amitié Euro-Marocain, Maroc-Union-Européenne, un destin commun, Actes du colloque organisé à Bruxelles le 21 octobre 1999, publiés en février 2000. 
Cerisier Ben-Guida (Monique), L'exclusion sociale dans les communautés françaises à /'étranger, Rapport au Premier Ministre, au Ministre de l'Emploi et de la Solidarité et au Ministre des Affaires Etrangères, La Documentation Française, Paris, 1999. 
Chattou (Zoubir), Migrations marocaines en Europe. Le paradoxe des itinéraires, L'Harmattan, Collection histoire et perspectives méditerranéennes, Paris, 1998. 
Charchira (Saïd), Congrès Mondial des Marocains de l'Etranger, Dusseldorf, janvier 2001,45 p.
Collectivo IOE, 
  • Presencia del Sur. Marroquies en Cataluña, Fundamentos, Madrid, 1995. 
  • Immigrante, Trabajaradores, ciudadanos, una vision de las migraciones desde España, Université de Valence, 1999. 
Collège de Défense de l'OTAN, Les instruments de la sécurité et de la stabilité en Méditerranée, Actes du colloque international de Rome, 14-16 octobre 1999. 
Conseil d'Association entre le Maroc et l'Union Européenne, Déclaration du Royaume du Maroc, Première session, Luxembourg, 9 octobre 2000, 20 p. 
De Madariaga (Maria Rosa) et autres, Apprendre à se comprendre. Perceptions sociales et culturelles entre l'Espagne et le Maroc, Ed. Fondacion Repsol-YPE, Madrid, 2001. 
Driss Basri, Déclaration au journal « L’opinion », Rabat, 29 février 1999. 
El Ayachi (Alla), Epargne et investissements des Marocains résidant à l'étranger: tendances et perspectives, Rabat, 12 juin 2001, 9 pages. 
Fukuyama (F.), "Nous sommes toujours à la fin de l'histoire", in Le Monde, 18 octobre 2001. 
Guild (Elspeth), "La politique des visas Schengen et les contrôles à distance", Communication au colloque organisé au Sénat par l'ANAFE et Robert Brel, sénateur des Bouches-du-Rhône sur Frontières et zones d'attente: une liberté de circulation sous contrôle, Paris, 19-20 octobre 200]. 
Guiraudon (Virginie), "Les amendes contre les compagnies de transport", Intervention au colloque organisé au Sénat par l'ANAFE et Robert Bret, sur Frontières et zones d'attente: une liberté de circulation sous contrôle, Paris, 19- 20 octobre 2001. 
I.N.S.E.A., Les Marocains Résidant à l'Etranger. Une enquête socio­économique, Rabat, 2000, 247 p. 
Lazaar (M), "L'émigration marocaine en Espagne'', in Cahiers du Centre d'Etudes sur les Mouvements Migratoires Maghrébins, n°2, Oujda, 1993. 
Masson (Paul), Sénateur, L'Europe face à l'immigration: quels objectifs ? Quels moyens ?, Rapport au Sénat français, n° 438, annexé au procès-verbal de la séance du 22 juin 2000. 
Mellah (F), Clandestins en Méditerranée, Editions du Cherche Midi, 2000. 

Union Européenne : 
  • Conclusions de la Présidence : Conseil de Vienne des 11 et 12 décembre 1998. 
  • Conclusions de la Présidence : Conseil européen de Tampere des 15 et 16 octobre 1999. 
  • Conseil de l’Union Européenne : « Plan d’action pour le Maroc ». Doc n°11426/99 : JAI 75AG30 du 30 septembre 1999. 
  • Parlement européen : Rapport de Jorge Salvador Hernandez Mollar sur les demandeurs d’asile et migrants ; plans d’action pour les pays d’origine et de transit. Groupe de Haut Niveau. Commission des libertés et des droits des citoyens, de la justice et des affaires intérieures. Final A50057/2000, 29 février 2000. 
FIN 







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top