Le Consulat Général du Royaume du Maroc à Orly a organisé en partenariat avec la ville de Meaux, une Conférence-Débat sous le thème « Devoir de mémoire et de transmission, à la lumière de l'engagement des troupe marocaines pour la libération de la France », le samedi 26 octobre 2019, à l'Auditorium du Musée de la Grande Guerre à Meaux. Cette conférence a réuni près de 200 personnes dont de nombreux jeunes. 

La consule générale Nada Bakkali Hassan et Jean François Parigi, député de Seine et Marne ont introduit le débat en affirmant qu’il est urgent de promouvoir le vivre ensemble par l’exemple des combats communs pour la liberté et la fraternité des armes. Nada Bakkali Hassan a mis l’accent sur le fait qu’une meilleure connaissance du passé et des combats menés ensemble pourrait faciliter la compréhension et le respect mutuel. Eléna Le Gall, directrice du musée de la Grande Guerre a présenté les activités du Musée avec un focus sur la programmation de l’année 2020 sur les troupes coloniales. 

Dr Charles Saint-Prot, directeur Général de l’Observatoire d’études géopolitiques et auteur de nombreux ouvrages dont Mohammed VI ou la monarchie visionnaire, a présenté une communication mettant en exergue la longue amitié qui lie le Maroc et la France Il a souligné qu’après le déclenchement de la guerre, en 1939, le Sultan Mohammed ben Youssef, le futur Mohammed V, ordonna de lire dans les mosquées du royaume un appel solennel en faveur de la France et de ses alliés contre l’Allemagne nazie. Parlant de l’appel du souverain du Maroc qui affirmait, avec beaucoup d’élégance et de lucidité, le lendemain de l’armistice du 22 juin que « ce serait un crime que de douter des destinées de la France », Charles Saint-Prot a affirmé « alors que des Français renonçaient au destin de la France, le Roi du Maroc proclamait les paroles de confiance qui créaient un lien indissoluble entre les deux nations. » Sous l’impulsion du Sultan, le Maroc allait jouer le jeu de la Résistance française, notamment en aidant à la constitution secrète de l’armée de la revanche dans laquelle se distinguèrent les troupes marocaines, en particulier lors de la libération du premier territoire françaises : la Corse. 

Après avoir rappelé que le général de Gaulle conféra au Sultan du Maroc le titre de Compagnon de la Libération, après la guerre. Charles Saint-Prot a ajouté « Le Souverain marocain fut le seul chef d’État étranger à faire partie de cet Ordre. Charles de Gaulle souhaitait très clairement indiquer que le Sultan Mohammed ben Youssef était bien le seul interlocuteur avec lequel la France devrait construire l’évolution future du Maroc. C’est ainsi que s’est consolidé un lien franco-marocain assez exceptionnel. De son côté la France a toujours été du côté du Maroc dans l’affaire du Sahara marocain et contre le séparatisme. » Le directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques a conclu que « l’histoire des relations entre la France et le Maroc, est bien l’histoire d’une longue amitié et l’un des piliers solides de la diplomatie du Roi Mohammed VI. » 


Youssef Chihab, professeur à l’Université Paris XIII a mis en évoqué la mémoire des Marocains qui ont combattu pour la France tandis que Patricia Boyer de Latour, journaliste, écrivaine et petite fille du général, Pierre Boyer de Latour, a évoqué l’épopée des goumiers marocains à travers l’analyse critique du livre « La Légende du Goumier Saïd » de Joseph Peyre,.Daniel Clément, écrivain et historien, et Jean-Christophe Ponot: président de la Société des Amis du Musée de la Grande Guerre, ont rappelé le parcours de la Brigade marocaine lors de la première guerre mondiale. Pour sa part, Michel Bachmann, Maire de Chauconin-Neufmontiers, a insisté sur l’importance du travail de mémoire et la nécessité de faire connaitre aux jeunes l’histoire des deux guerres mondiales et la participation des hommes venus du sud de la Méditerranée et de toute l’Afrique aux cotés de la France. 

A l’issue de la conférence Charles Saint-Prot a dédicacé son ouvrage Mohammed VI ou la monarchie visionnaire, paru récemment aux éditions du Cerf. 



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top