L'ampleur du changement de l'équilibre mondial provoqué par la Chine est telle que le monde doit trouver un nouvel équilibre. Il n'est pas possible de prétendre qu'il ne s'agit que d'un autre acteur important. C'est le plus grand acteur de l'histoire du monde. Lee Kwan Yew (Premier ministre de Singapour de 1965 à 1990)

En 2003, j’ai publié un livre sur le déclin des trente-six indicateurs sociaux et économiques de l’Amérique. J’en ai envoyé des copies par la poste à l’Administration, au Congrès et aux chefs de département et j’ai reçu une réponse du Directeur général de la Central Intelligence Agency, qui m’a dit que l’Agence fournissait des informations presque identiques au gouvernement depuis plusieurs décennies. Pendant ce temps, notre déclin et la montée en puissance de la Chine se sont accélérés et cet élan nous a menés si loin, si rapidement, que toute compétition est devenue irréaliste.

Si la Chine ressemblait à la caricature que nos médias nous présentent depuis ces sept dernières décennies, alors oui, nous devrions contrebalancer son autoritarisme excessif, répressif et autoritaire et investir notre trésor dans les technologies de pointe pour faire en sorte que nous fassions l’envie du monde.

Mais que faire si la Chine n’est ni répressive, ni autoritaire ? Et s’il ne nous reste plus de trésor à investir ? Et si les dirigeants chinois étaient plus populaires, respectés et compétents que les nôtres ? Que se passerait-il si son économie était déjà 30 % plus forte que la nôtre, connaissait une croissance trois fois plus rapide, avec deux tiers de fardeau de la dette en moins ? Et si elle était déjà en avance sur nous sur le plan scientifique et technologique, imprenable sur le plan militaire, et si elle possédait des alliés plus nombreux et plus puissants que les nôtres ? Que nous reste-t-il alors à faire ? Voici un constat des lieux :

Gouvernement : Confucius, le politologue suprême disait : « Si les gens n’ont pas confiance en leurs dirigeants, l’État ne peut pas exister. » La confiance en notre gouvernement est à son plus bas niveau de l’histoire. Gallup affirme que la plupart d’entre nous considèrent le gouvernement comme notre problème le plus urgent et que seuls 54 % d’entre nous « exprimons constamment une position pro-démocratique ». Le système de gouvernement professionnel et non confessionnel de la Chine l’a ramené à son rôle d’Empire du milieu. Comparé au nôtre, le gouvernement chinois est tourné vers l’avenir, décentralisé, efficace et économe. L’Examen d’admission au gouvernement sélectionne chaque année les 2 % des meilleurs diplômés et la réussite est la seule voie vers le pouvoir et la responsabilité. Les 200 membres du Conseil d’État – tous promus pour leur capacité à travailler en coopération – ont gouverné collectivement des milliards de personnes pendant 5 000 ans et leurs données publiques sont stupéfiantes. La plupart ont un doctorat et un QI supérieur à 140. Tous ont commencé leur carrière dans les villages les plus pauvres du pays et n’en sont partis qu’après avoir augmenté les revenus du village de 50%. Ils ont répété cette performance à tous les niveaux, y compris à la présidence, comme le fait Xi.


Leadership. Nous choisissons les dirigeants par acclamation – une coutume gréco-romaine qui favorise les vauriens qui savent parler – et c’est exactement ce que nous avons alors que, comme l’a fait remarquer le président Trump, « les dirigeants chinois sont beaucoup plus intelligents que nous. C’est comme prendre les New England Patriots et Tom Brady et les faire jouer contre ton équipe de football du lycée. »

Économies. Aujourd’hui, la Chine génère 20 % du PIB mondial par rapport à nos 15 %, ses importations et ses exportations sont équilibrées, ses relations commerciales sont excellentes, sa monnaie est assez valorisée, son économie est 30 % plus importante et croît trois fois plus vite, ses salaires dans le secteur manufacturier sont à égalité avec les nôtres et ses plans pour 2025 sont à couper le souffle.

Infrastructure. Toujours de nouvelles autoroutes, voies ferrées, métros et ports et, l’année prochaine, l’Internet le plus rapide et le plus avancé avec des villes entières construites autour de la 5G.

Géopolitique. En 2018, le taux d’approbation mondial de 34 % de la Chine battait celui de l’Amérique, qui était de 31 %, et Gallup déclare encore : « Comme l’équilibre mondial du soft power continue de se modifier, il pourrait s’avérer encore plus difficile pour les États-Unis de contrer cette influence ». Ils concentrent leur attention sur l’Eurasie et, selon Zbigniew Brzezinski 1, « le contrôle de l’Eurasie entraînerait presque automatiquement la subordination de l’Afrique, rendant l’hémisphère occidental et l’Océanie (Australie) géopolitiquement périphériques au continent central du monde. 75 % de la population mondiale vit en Eurasie et la plus grande partie de la richesse physique du monde y est également présente, tant dans ses entreprises que sous son sol. L’Eurasie représente environ les trois quarts des ressources énergétiques mondiales connues. »

Nous avons cédé le contrôle de la Crimée et de la mer Noire à la Russie et, de plus en plus, du Moyen-Orient. Avec la Nouvelle route de la soie, la Chine et la Russie fusionnent l’Union économique eurasienne (Arménie, Bélarus, Kazakhstan, Kazakhstan, République kirghize et Russie avec le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et la Moldavie en considération) ; l’Organisation coopérative de Shanghai, OCS (Russie, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Inde, Chine, Pakistan ; avec l’Afghanistan, l’Iran, la Mongolie et la Biélorussie comme observateurs et l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Cambodge, le Népal, le Népal, Sri Lanka et la Turquie comme partenaires de dialogue) ; et le Partenariat économique régional global, (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Chine, Japon, Inde, Corée du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande). Une fois que les gazoducs Nord Stream II et South Stream seront achevés en décembre, comment l’UE pourra-t-elle résister à s’y brancher ?

Finances. Selon le Financial Times, « l’Amérique devra vendre 12 000 milliards de dollars d’obligations au cours de la prochaine décennie… Qui sur terre – ou dans la finance mondiale – achètera cette montagne de bons du Trésor, l’équivalent en besoin d’emprunter, avant même que Trump ne procède à la modernisation majeure des systèmes d’armes américains… Ces besoins devront être financés dans le contexte d’un risque déjà élevé sur la dette mondiale. L’un des plus grands fonds spéculatifs américains a conclu que, dans cinq ans, le Trésor devra vendre une somme d’obligations équivalant à 25 % du produit intérieur brut, contre 15 % actuellement. Un tel niveau d’endettement ne s’est produit que deux fois au cours des 120 dernières années, d’abord pendant la Seconde Guerre mondiale, puis pendant la crise financière de 2008 ». La Russie et la Chine n’ont pas de dette extérieure, la Chine dispose d’une épargne abondante et le niveau de sa dette est du tiers de celle des États-Unis ou de l’UE.

Science. Leurs cinq points de QI supplémentaires par rapport à nous signifient qu’ils ont 300.000 personnes avec un QI de 160, comparativement à 30.000 en Occident. La Chine a dépassé les États-Unis pour devenir le premier producteur mondial d’articles scientifiques, représentant près d’un cinquième de la production mondiale totale, selon un nouveau rapport. La Chine domine le classement mondial des articles de recherche les plus cités publiés dans les 30 domaines technologiques les plus en vogue. Bien que les États-Unis aient produit 3,9 millions d’articles sur la recherche en tous domaines, comparativement à 2,9 millions en provenance de la Chine, cette dernière a produit la plus grande part dans 23 des 30 domaines qui ont suscité le plus d’intérêt, tandis que l’Amérique a obtenu la tête pour les sept autres.


Comme nous pouvons le déduire du graphique, les groupes sociaux qui contrôlent notre surplus l’utilisent à des fins non productives, satisfaisantes pour l’ego, distribuent les excédents à la consommation mais ne fournissent pas de méthodes de production plus efficaces. La Chine est le pays le plus influent dans quatre des huit domaines scientifiques de base, se classant au premier rang en informatique, en mathématiques, en science des matériaux et en mécanique, rattrapant rapidement son retard en physique. Les États-Unis ont dominé dans les domaines de la physique, des sciences de l’environnement et de la terre, des sciences fondamentales de la vie et de la médecine clinique. Il y a vingt ans, Samuel Huntington 2 disait : « Les civilisations grandissent parce qu’elles ont un moyen d’expansion, une organisation militaire, religieuse, politique ou économique qui accumule des surplus et les investit dans des innovations productives, et elles déclinent quand elles arrêtent d’investir leurs surplus vers de nouvelles façons de faire. En termes modernes, nous disons que le taux d’investissement diminue. Cela se produit parce que les groupes sociaux qui contrôlent l’excédent ont un intérêt direct à l’utiliser à des fins non productives mais satisfaisantes pour l’ego, distribuant les excédents à la consommation mais ne fournissant pas de méthodes de production plus efficaces ».

Technologie. Les deux tiers des ordinateurs les plus rapides au monde sont chinois, mais rien ne révèle plus le vide de notre armoire technologique que la domination chinoise du haut débit mobile amélioré. Nous prendrons deux fois plus de temps et dépenserons deux fois plus pour intégrer un système moins abordable, fonctionnel, compatible et évolutif. Pourtant, nos impitoyables médias ont tourné en dérision le président Trump lorsqu’il a appelé l’Amérique à dominer la 6G, malgré le fait publiquement connu que Huawei a 600 mathématiciens, physiciens et ingénieurs travaillant sur le 6G depuis plus d’un an. La Chine est en tête du classement mondial dans la plupart des dix principaux domaines « prometteurs » comme la recherche sur les piles et représente plus de 70 % de tous les articles sur les photocatalyseurs et le traitement du cancer ciblé par l’acide nucléique, qui se classent respectivement en 12e et 14e position. Les États-Unis sont en tête dans trois domaines de la biotechnologie, dont l’édition du génome en 7eme position, et l’immunothérapie en 10eme. La Chine est le chef de file mondial de la recherche fondamentale et de la plupart des technologies, en particulier celles concernant les régions chaudes.

La Chine est également leader dans les domaines du génie civil et de l’énergie durable et renouvelable, dans la fabrication mécanique, les supercalculateurs, la reconnaissance vocale, la graphénique, la puissance basé sur le thorium, les réacteurs à lit de galets, la génomique, la puissance thermique, les missiles ASW, les drones, le ravitaillement de satellites en orbites, le radar à réseau passif, les métamatériaux, les images hyperspectrales, la nanotechnologie, la transmission électrique UHV, les HSR, la reconnaissance vocale, la radiotélescopie, les armes hypersoniques, les télécommunications quantiques par satellites, les communications directes et les commandes quantiques sécuritaires. « Environ 72 % des familles de brevets universitaires publiées dans QIT depuis 2012 proviennent d’universités chinoises. Les universités américaines sont loin derrière avec 12%. » La Chine dépassera les États-Unis dans le classement des 50 % de rapports de recherche en intelligence artificielle les plus cités cette année, les 10 % les plus cités l’an prochain et les 1 % les plus cités d’ici 2025. Six des onze licornes en IA sont chinoises. Nous n’avons pas de participants dans le cryptage quantique ou la reconnaissance faciale, ni dans les métros roulant à 180 Kmh, ni dans la transmission sans perte d’énergie.

Aérospatiale : La Chine a lancé plus de missions spatiales en 2018 que la Russie ou l’Amérique et son premier avion de ligne local décollera cette année, bien que la FAA ait trainé les pieds. C’est le premier fournisseur mondial de drones et le plus grand fabricant et exportateur d’avions de combat légers. Maintenant que son avion de combat, le WS-15, est en production, son J-20 va dépasser les nôtres.

Génie océanique : La Chine est le constructeur par excellence des tankers de GNL et des cargos qui ont besoin d’expertise technique (l’US Navy l’a approchée pour la construction d’un dock flottant). Elle conçoit, construit et exploite le plus puissant navire de combat de surface, le croiseur Type 055, garantissant que ses revendications sur la mer de Chine méridionale et orientale ne seront pas contestées.

Matériel ferroviaire de pointe : La Chine est leader dans tous les aspects de l’ingénierie ferroviaire et remporte la majorité des contrats ferroviaires mondiaux. La première des cinq lignes de train à sustentation magnétique a été testée et deux autres seront ouvertes cette année.

Véhicules économes en énergie : La Chine est le leader mondial des batteries et des voitures électriques et compte plus de 20 fabricants en compétition entre eux.

Équipement électrique : La Chine est le chef de file mondial de la recherche fondamentale et de la fabrication d’énergie renouvelable et d’énergie nucléaire et a construit l’an dernier plus de centres de production d’énergie renouvelable et nucléaire que le reste du monde réunis. Elle domine le marché de la transmission UHV longue distance.

Science des matériaux : La part de la Chine dans les articles sur les nanosciences les plus cités augmente de 22 % par an et a dépassé les États-Unis en 2014. Sa contribution – en quantité et en qualité – est maintenant supérieure à celle du reste du monde. La plus grande partie du graphène du monde est fabriquée en Chine, où se trouvent la plupart des start-ups de production de graphène, et le pays est à égalité avec nous dans le développement des nanomatériaux.
Biomédecine et dispositifs médicaux de haute performance. Jugée d’après les articles parus dans 82 revues de recherche de grande qualité, la Chine est le deuxième contributeur aux articles sur le génie biomédical après les États-Unis, et nous dépassera d’ici trois ans.

Commerce. « Au milieu du XVIe siècle, la Chine est devenue le centre des mines d’argent récemment découvertes. Longtemps impliquée dans le commerce maritime international, la Chine a subi les conséquences de l’élargissement considérable de la structure du commerce mondial. Dans ce commerce, la Chine était essentiellement un vendeur de produits artisanaux de haute qualité. D’autres pays ne pouvaient être compétitifs ni en qualité, ni en prix. Les colonies du Nouveau Monde et l’ensemble de la sphère commerciale méditerranéenne, du Portugal et de l’Espagne à l’Empire ottoman, ont commencé à se plaindre que l’afflux de marchandises chinoises fragilisait leurs économies. » [F.W. Mote, Chine impériale 900-1800].

Les relations commerciales les plus importantes de la Chine se faisaient avec l’Asie et l’Europe, les États-Unis se classant au troisième rang. Comme le dit Parag Khanna 3, Pékin doit se demander pourquoi le numéro 3 lancerait une guerre commerciale contre le numéro 1. Bien que nous soyons autosuffisants à bien des égards, nous sommes peut-être moins indispensables que nous ne l’imaginons. «L’Amérique d’abord» sonne bien, sauf quand cela signifie en fait « l’Amérique seule ».

Indicateurs sociaux. « Les dirigeants qui ont conduit leur peuple au Royaume de la Moindre Prospérité, un mode de vie xiaokang, étaient eux-mêmes des piliers de courtoisie, de sincérité, de justice et de vertu tandis que ceux qui n’ont pas perdu le pouvoir, tout le monde les considérait comme des nuisibles. » Le GINI chinois, qui n’avait jamais atteint nos niveaux, est en train de chuter comme une pierre et l’extrême pauvreté disparaîtra l’année prochaine, lorsque tous les Chinois auront une maison, un emploi, beaucoup de nourriture, une éducation, des rues sûres, des soins de santé et de vieillesse (il y aura alors plus de toxicomanes, de suicides et d’exécutions, plus de personnes sans abri, pauvres, affamées et prisonnières en Amérique qu’en Chine). 500 000 000 de Chinois vivant en milieu urbain auront une valeur nette et un revenu disponible supérieurs à ceux des Américains moyens, leurs mères et leurs nourrissons seront moins susceptibles de mourir en couches, leurs enfants obtiendront leur diplôme d’études secondaires trois ans plus tôt que nos enfants ; et survivront. 98 % des Chinois listés comme « pauvres » sont déjà propriétaires de leur maison et Xi a programmé de ramener le coefficient GINI au-dessous de celui de la Finlande, d’ici 2021-2035.

L’éducation : Aucun pays n’a autant d’ingénieurs intelligents, bien formés et dévoués. Un quart des travailleurs en Science, Technologie et Mathématiques dans le monde sont des Chinois, une main-d’œuvre intellectuelle huit fois plus nombreuse, qui croît six fois plus vite et qui obtient son diplôme d’études secondaires trois ans plus tôt que chez nous. D’ici 2025, la Chine comptera plus de travailleurs qualifiés sur le plan technologique que l’ensemble des pays de l’OCDE – États-Unis, UE, Canada, Mexique, Australie, Israël, Japon, Corée, Nouvelle-Zélande et Turquie – réunis.

Faible criminalité, pas d’absurdités religieuses ou de violence islamique. Les entreprises peuvent investir en toute sécurité sans crainte de troubles religieux, de violence ou de vol qualifié.

La foi en l’avenir, le nationalisme, la croyance en une Chine meilleure. les Chinois croient fermement en l’avenir et sacrifient volontiers temps et efforts pour la prochaine génération. Les Chinois ont le même sentiment que celui que nous avions dans les années 60, sauf que leurs salaires et leur richesse ont doublé chaque décennie depuis soixante-dix ans.

Leur marché. La Chine compte deux fois plus d’habitants qu’aux États-Unis et en Europe réunis et la consommation intérieure de la Chine augmente de 7% par an grâce à l’arrivée de 200 millions de ruraux dans les villes nouvelles. La Chine comptera de nombreux travailleurs à bas salaires dans ses provinces occidentales au cours des 15 prochaines années. Les entreprises chinoises sont d’une flexibilité inimaginable. Elles peuvent changer de produits, de gestion, de centre d’intérêt ou autre, littéralement du jour au lendemain. Les Chinois sont incroyablement flexibles et leur culture a déjà survécu aux Égyptiens, aux Grecs et aux Romains. Les entreprises occidentales sont organisées hiérarchiquement alors que dans les entreprises chinoises, les décisions sont prises rapidement, souvent par téléphone.

Politique. La Chine est la première démocratie au monde. Bien que cette affirmation mette en colère de nombreux Occidentaux, quel que soit le système de mesure utilisé, la Chine est une démocratie prospère et l’Amérique ne l’est pas, que ce soit sur le plan électoral, populaire, procédural, opérationnel, financier ou technologique.

La défense. L’armée chinoise dispose de certains des systèmes d’armes les plus modernes au monde pour la moitié du coût de la défense américaine. Ses missiles les plus modernes surpassent les nôtres dans toutes les catégories grâce au couplage étroit entre leurs chimistes de pointe et les fabricants de propergols pour fusées. Les systèmes d’armes russes comblent toutes leurs lacunes.


Le moral. Une société très soudée, 95 % des chinois soutiennent les politiques de leur gouvernement et la plupart sont prêts à se battre pour leur pays.


L’avenir. D’ici 2025, neuf provinces auront un revenu moyen supérieur à celui des États-Unis. D’ici 2040, ce sera le cas de toutes les provinces.


Roberts Godfree

1 Le Grand échiquier
2 Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, Samuel Huntington
3 The Future is Asian: Commerce, Conflict, and Culture in the 21st Century



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top