Driss Benali est un spécialiste des sciences économiques, professeur universitaire marocain né en 1943 et mort le 3 février 2013. Après des études universitaires brillantes à Grenoble, il décide de revenir au Maroc. 

Il est né à Rabat où il a comme voisin le nationaliste Allal Ben Abdellah et d’autres leaders politiques marocains charismatiques. On est en 1953, feu Mohammed V est exilé et son cousin Mohammed Ben Arafa est placé sur le trône du Maroc par les autorités françaises d’occupation. C’est ainsi que très tôt, Driss Benali apprend à aimer sa patrie en voyant le dévouement de grands leaders à la cause nationale. Il ne pouvait pas en être autrement quand on a côtoyé les Mehdi Benbarka, les Aziz Blal, Allal Ben Abdellah et autres figures emblématiques de la résistance marocaine. 

Son Bac français en poche, Driss Benali choisit de faire des études universitaires en Economie et part pour Grenoble. «J’ai commencé par des études commerciales puis l’expertise comptable, mais tout cela ne m’avait pas vraiment emballé ! Mais l’économie, oui !». 

Driss Benali était un économiste qui ne mâchait pas ses mots et sort des sentiers battus pour donner son avis sur la santé économique du Maroc. 


L’arabisation au Maroc du système a été néfaste ! J’ai tendance à être méchant, mais nous avons un système éducatif médiocre qui a pour conséquence de produire de jeunes barbus, de jeunes harragas et de jeunes «star académie». C’est un système qui perpétue les castes et les classes sociales. Alors que pour ma génération, l’ascenseur social qu’est l’école fonctionnait bien et, dans ce sens, je rends hommage à tous mes enseignants». Alors la réforme de l’enseignement, il n’y croit pas beaucoup. Pour lui, c’est un colmatage de brèches car les grandes réformes exigent beaucoup de courage et autant d’audace. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top