L'évolution est une chose extraordinaire. Elle consiste en une foule d'événements étranges qui ont pratiquement zéro pour cent de chance de se produire. Elle est tellement incroyable que nul ne la prendrait au sérieux, n'était le fait qu'EvolutionIsTrue™ [La théorie de l'évolution est vraie - NdT]. 

EvolutionIsTrue™ est un mécanisme qui a débuté il y a environ cent à cent cinquante ans. Il était une fois un type du nom de Charlie Darwin qui imagina que les êtres vivants descendaient les uns des autres, et il écrivit un livre très ennuyeux sur le sujet. Il ne savait pas vraiment comment tout cela était censé fonctionner, parce qu'à l'époque, la science ne volait pas très haut. Beaucoup de gens disaient qu'il était givré, mais d'autres le prirent au sérieux. Des décennies plus tard, la science volait un peu plus haut, et on se rendit compte que cette histoire d'évolution ne tenait pas debout. Mais certains trouvaient l'idée de Darwin tellement sympa qu'au lieu de la remiser prudemment au placard, ils décidèrent de la promouvoir encore plus, malgré les preuves la réfutant. EvolutionIsTrue™ était né. 

Mais des gens continuaient à insister sur le caractère inepte de la théorie de l'évolution, et cela irritait vraiment le fan club de Darwin. Alors au cours du demi-siècle qui suivit, ils attaquèrent et tournèrent en ridicule l'opposition, et bannirent carrément toute critique de l'évolutionnisme. L'évolution était « scientifiquement prouvée » parce qu'ils l'affirmaient, en dépit des preuves du contraire, et ils devinrent tellement puissants qu'au final, ils se mirent à proclamer avec la plus grande assurance qu'EvolutionIsTrue™ et qu'il était interdit de la contester. 

C'était un coup de génie, parce que désormais, tout vestige d'opinion dissidente et toute preuve réfutant l'évolution pouvaient être aisément balayés en recourant à ce simple gimmick [stratagème destiné à vous convaincre d'une imposture - NdT] : EvolutionIsTrue™. L'autoassemblage du code est une impossibilité ? Mais non, c'est forcément possible, parce qu'EvolutionIsTrue™. Fabriquer des protéines de façon aléatoire est impossible ? Mais si c'est possible, parce qu'EvolutionIsTrue™. Les différences dans les stades embryonnaires réfutent une ascendance commune ? Non môssieur ! EvolutionIsTrue™ ! Affaire classée. 

Laissez-moi vous conter l'histoire de l'évolution, parce que certains ne la connaissent pas vraiment. C'est la version officielle, écrite dans un langage simple accessible à tous. Voilà comment les choses se sont passées... 

Il y a très longtemps, il n'y avait pas de vie sur Terre. Il n'y avait que la Soupe primordiale - comme l'appellent certains - qui possédait des propriétés magiques parce qu'elle pouvait créer la vie à partir d'atomes aléatoires. Les atomes s'assemblèrent au hasard pour former des molécules, puis des éléments chimiques. Pendant très longtemps, ces éléments chimiques flottèrent ça et là sans rien faire. Mais soudain - personne ne sait comment - ces éléments, au lieu de se dégrader naturellement, s'assemblèrent au hasard pour former quelque chose de tellement complexe qu'encore aujourd'hui, nous sommes incapables de fabriquer quoi que ce soit d'aussi sophistiqué. C'est juste que nous ne sommes pas aussi intelligents que des processus aléatoires marinant dans un bouillon magique. 


Faites bouillir une Soupe primordiale pendant un petit million d'années, et ça donnera à peu près ça.

Maintenant accrochez-vous, parce que ce qui suit est tellement incroyable que ça risque d'être difficile à avaler. Mais bon, rappelez-vous : EvolutionIsTrue™, donc ça s'est forcément produit, d'une manière ou d'une autre. La première cellule vivante apparut ! Juste comme ça, sans crier gare. Et cette cellule était capable de se dupliquer, donc de créer d'autres cellules. Pour ce faire, il lui fallait des tas d'éléments : il lui fallait de l'ADN avec des séquences de dizaines de milliers de nucléotides - au bas mot. Les nucléotides sont des substances chimiques simples qui s'unissent pour former une hélice. Normalement, ils ne font pas ça tout seuls, mais là, dans le bouillon magique, ils y sont parvenus. Bref, des milliers de nucléotides s'assemblèrent au petit bonheur la chance, sans but et sans raison. Et boum, l'ADN apparut. 

Déjà, ça peut sembler absolument extraordinaire, mais il y a mieux : cette séquence aléatoire de nucléotides n'était apparemment pas si aléatoire que cela, finalement. En fait, elle était hautement spécifique, parce qu'elle codait pour des protéines fonctionnelles ! Et elles étaient nombreuses. Coder pour des protéines fonctionnelles de façon aléatoire est une chose tellement improbable qu'aucune personne sensée n'envisagerait sérieusement une telle possibilité, mais les personnes sensées sont en voie de disparition ces temps-ci, et puis EvolutionIsTrue™, donc c'est bien arrivé. Si vous ignorez à quel point coder au hasard des protéines fonctionnelles relève de l'improbable, lisez ceci. Quant à moi, je vous dirai juste que les chances de produire la bonne protéine de façon aléatoire sont environ d'une sur 1077 pour une séquence de seulement cent cinquante acides aminés. C'est moins que l'ombre d'une chance ! Même si tous les atomes de la Terre n'avaient rien d'autre à faire que d'essayer de fabriquer des protéines, il serait hautement improbable qu'ils en fabriquent ne serait-ce qu'une seule au cours des quelque milliards d'années d'existence de la Terre. Nombre de protéines essentielles contiennent des séquences de plus de mille acides aminés, et en général plusieurs protéines doivent œuvrer en synergie pour accomplir quoi que ce soit. Pour le coup, c'est extraordinaire, certains diraient même incroyable ou invraisemblable. 

Ce qui est vraiment trop bizarre, c'est qu'il faut des protéines pour lire l'ADN, et que l'ADN doit être lu pour fabriquer des protéines. On pourrait penser que ça empêcherait l'initialisation du processus de duplication des cellules, mais pas d'inquiétude ! EvolutionIsTrue™. Nous n'avons aucune idée de la façon dont a pu être créée la première cellule, mais nous savons qu'elle l'a été, donc tout va bien. Quelqu'un se chargera d'expliquer les détails plus tard. Bref, quelle que soit la façon dont c'est arrivé, il y avait désormais une cellule contenant de l'ADN et un code hyper-sophistiqué qui pouvait fabriquer des protéines et s'auto-dupliquer. Et toutes ces choses se sont produites par étapes. La probabilité que de nombreux événements de ce genre se produisent simultanément est tellement infime que même les évolutionnistes considèrent la chose impossible. Et nous parlons de types dont c'est le boulot de régulièrement triompher de l'impossible - du moins dans leur monde imaginaire. Bref, petit à petit, via des centaines de milliers d'étapes de ce genre, la première cellule s'est formée on ne sait comment, une cellule pourvue de tous les éléments nécessaires à l'auto-duplication et - on le suppose - à d'autres capacités comme le mouvement. Considérant que les protéines se dégradent sous vingt-quatre à quarante-huit heures, et que l'ARN se dégrade en quelques minutes, c'est vraiment très impressionnant ! Comment cela a-t-il pu se produire ? Par un coup de baguette magique ? Non, seulement... eh bien, en fait, oui, c'est plus ou moins de la magie, puisqu'il n'existe aucune théorie scientifique qui fasse consensus sur le sujet. Mais nous savons que ça c'est produit, puisque nous sommes là et qu'EvolutionIsTrue™ ! 

Bref, il y avait toutes ces bactéries qui barbotaient dans l'océan avec leurs flagelles ridiculement complexes qui se sont développées au hasard, par étapes, même si personne ne sait en quoi consistent ces dernières. À un moment, les virus ont également fait leur apparition. Personne ne sait exactement comment. Certains pensent qu'ils sont apparus avant les bactéries. D'autres rétorquent que ce sont des foutaises, parce qu'il leur fallait un hôte. D'autres encore croient que les virus ont évolué à partir d'ADN ou d'ARN qui se serait échappé des bactéries. D'autres répondent que ce sont des balivernes, parce que les virus sont pourvues de structures jamais observées dans les bactéries. Certains croient d'autres choses, considérées par d'autres comme des fadaises, alors les virologues s'escriment à trouver une théorie qui ne soit pas complètement inepte. Ça prendra sûrement un certain temps, mais en attendant, soyez consolés par le fait qu'EvolutionIsTrue™, alors bon, ça ne pose pas vraiment de problème. 


Chaque fois que vous devez choisir entre l'accident et l'intelligence, vous devriez toujours choisir l'accident.

Pendant deux à trois milliards d'années, l'évolution s'est caractérisée par une indolence aléatoirement lente, les bactéries étaient toujours des bactéries, les virus étaient toujours des virus, et aucun événement majeur ne s'était vraiment produit. Tous à l'affût, les bactéries et les virus s'apprêtaient à exploser accidentellement en une myriade de dinosaures, même s'ils l'ignoraient. Au moment de l'apparition de la période cambrienne, l'évolution s'est accélérée environ un million de fois, sans raison apparente. Cette période d'une étendue approximative de vingt millions d'années a produit l'émergence soudaine de la plupart des phylums du règne animal escortés de nombreux sous-embranchements de l'arbre phylogénétique. Une profusion de vie telle que son exubérance s'apparente à un dopage à l'EPO, mais il n'en est jamais fait mention parce que l'évolution est censée se manifester de façon progressive et la période cambrienne à cet égard est vraiment incongrue. Pourquoi les étapes intermédiaires sont-elles ostensiblement manquantes ? Nous n'en avons aucune idée. Toutefois, nous pouvons incontestablement faire abstraction de cette ignorance puisque EvolutionIsTrue™, et que rien d'autre n'a d'importance. 

Avant cette période incongrue, l'évolution s'est discrètement manifestée principalement lors de la période édiacarienne, mais curieusement, la plupart des formes de vie de cette dernière des trois périodes de l'ère néoprotérozoïque se sont éteintes pendant la période cambrienne. L'évolution est aléatoire. Parfois on évolue, parfois on meurt. Les créatures édiacariennes étaient des êtres étranges, et puisque nous ignorons du reste s'il s'agissait d'animaux, de lichens, d'algues, de champignons ou de tout autre forme de vie, qu'elles aient disparu s'avère préférable. Bon débarras, les monstres. 

De quelle manière les organismes unicellulaires ont-ils évolués en organismes multicellulaires ? Il existe trois hypothèses pour l'expliquer, ce qui revient à dire que personne n'en a la moindre idée. S'il entre dans les dispositions des générations futures de le découvrir, leur aptitude à le faire serait un luxe superflu puisque EvolutionIsTrue™. Les scientifiques peuvent donc paisiblement prendre tout leur temps, nous sommes déjà en possession de toutes les réponses vraiment nécessaires. 

Quant à savoir par quel procédé tant de formes de vie disparates ont tout soudainement pu évoluer avec une telle vélocité à partir de bactéries qui barbotaient nonchalamment depuis trois milliards d'années, nul ne le connaît. Les quelques personnes déclarant que ce procédé n'est pas possible doivent être impérieusement réduites au silence puisque EvolutionIsTrue™. 

Bien qu'aucune preuve concrète ne vienne corroborer l'idée d'une telle apparition aléatoire de millions de nouveaux gènes, c'est ainsi que les choses ont dû se passer ; dans ces conditions, qu'il soit très difficile de fabriquer de nouveaux gènes et qu'une telle apparition soit quasiment impossible ne manque pas de piquant. Une telle idée laisserait supposer que ces gènes auraient accidentellement dû coder des millions de nouvelles protéines, ce qui est - comme nous l'avons vu - complètement ridicule. La probabilité d'obtenir une protéine de cent cinquante acides aminés qui se pliera - selon toutes les combinaisons possibles - est d'une sur 1074. Notre galaxie contient environ 1068 atomes. Il est donc bien plus invraisemblable d'élaborer de façon aléatoire une chaîne de cent cinquante acides aminés qui ne se pliera en rien - sans parler de son utilité - que de désigner un atome spécifique au sein de notre galaxie les yeux bandés. Et il existe des protéines contenant jusqu'à des dizaines de milliers d'acides aminés ! Les probabilités de les obtenir de façon aléatoire sont probablement d'une sur 1042186 environ. Ma calculatrice ayant cependant implosé après avoir avalé ces nombres très indigestes, j'ai quelques incertitudes quant à ce résultat. Mais lancer cent mille pièces de monnaie qui toutes sans exception tomberont du côté face est une comparaison assez raisonnable, ce qui revient à se battre contre des moulins à vent. Pourtant, des millions de nouveaux gènes ont dû apparaître de façon aléatoire et ont dû accidentellement coder des millions de protéines dont l'existence est virtuellement impossible. Peut-on croire une chose pareille ? Je ne le peux certainement pas, mais c'est ainsi que les choses ont dû se passer, puisque EvolutionIsTrue™. 

Au fur et à mesure que la vie avançait, de nouvelles variétés bien sympathiques comme les oiseaux et les plantes sont apparus bien que d'innombrables autres variétés bien sympathiques se soient éteintes. Les bactéries originelles ont muté au petit bonheur la chance en une telle mosaïque de spécimens disparates et complètement improbables qu'il serait presque tentant d'entrevoir l'œuvre d'une conception intelligente. Ah ! mais non, ce n'est pas possible ! Pourquoi suggérer une telle hérésie ?! EvolutionIsTrue™ ! Nul dessein intelligent n'est requis dans tout cela, c'est compris ? Laissons le temps aux choses d'avoir dans une précautionneuse lenteur le temps pour que tout s'améliore peu à peu, faisant fi de l'entropie avec une habileté à se pavaner. 

Vous savez sûrement désormais que les oiseaux ont aléatoirement développé des ailes. Les bras de leurs prédécesseurs ont accidentellement muté en ailes, étape par étape. Soit dit en passant, c'étaient des dinosaures. Les espèces de dinosaures avec douze pour cent de leurs bras se transformant en ailes ont totalement surpassé les espèces de dinosaures avec onze pour cent de leurs bras se transformant en ailes, donc la sélection naturelle a tué les onze pourcenteurs. Et c'est ainsi à chaque augmentation de un pour cent, jusqu'à ce que leurs ailes soient complètes à cent pour cent. Voilà comment fonctionne l'évolution. Il n'y a aucun doute là-dessus. 

Une abondance d'intéressantes singularités se manifestaient en tout lieu. Les kangourous ont aléatoirement développé des poches sans raison aucune, mais ces poches se sont avérées très utiles pour porter leurs petits. Quelle aubaine ! Les cerfs ont développé des bois sans le faire exprès, les chèvres ont aléatoirement développé des cornes, les tortues et les escargots ont par inadvertance développé des abris dans lesquels se cacher, les zèbres et les tigres ont incidemment développé des rayures, les plantes ont par inadvertance développé la photosynthèse - ce qui pourrait sembler très intelligent, mais c'était un accident -, les dinosaures - qui seront bientôt des oiseaux - ont aléatoirement fait muter leur bouche en becs à dents, les porcs-épics ont par inadvertance développé des piquants, les cactus ont fortuitement développé des épines, certains serpents ont aléatoirement créé de nouveaux gènes qui ont par inadvertance codé de nouvelles protéines qui se sont incidemment avérées produire divers types de venin - ce qui s'est inopinément avéré utile -, les dionées attrape-mouche ont fortuitement développé des pièges à mouche, les fourmis ont développé une structure sociale complexe sans le faire exprès, les pieuvres ont par inadvertance développé des tentacules à partir de peu importe ce qu'elles avaient avant, certains fulgores ont aléatoirement développé deux roues dentées - une roue dentée à la fois -, les baleines ont développé le chant sans le faire exprès, les araignées ont par inadvertance appris à faire des toiles à partir d'un matériau qui jaillit incidemment de leur corps et les pandas ont par inadvertance développé un maquillage des plus exquis. L'ornithorynque a fortuitement développé les caractéristiques du canard, du castor et de la loutre, toutes enchevêtrées ensemble - et pour être honnête, cela ressemble vraiment à un accident. Les girafes ont accidentellement développé un énorme cœur, un système multi-valvules, un « merveilleux réseau » de vaisseaux sanguins et autres conceptions très précieuses qui les préservent miraculeusement d'une implosion cérébrale à chaque fois qu'elles étanchent leur soif. 



Il n'y a jamais eu aucune implication d'un quelconque dessein intelligent dans la conception de ces singularités. L'absolue totalité relevait d'un phénomène complètement aléatoire, ce qui revient à dire que n'importe quelle créature aurait pu développer n'importe quoi ou évoluer en n'importe quoi. De manière à comprendre ce qui a bien pu nous échapper, consulter l'illustration tout en haut de l'article. 

Vers la fin de ce conte et par un authentique hasard des plus désopilant, les créatures humaines se sont étoffées d'un sens de l'humour - du moins certaines d'entre elles. La nature de cet enrichissement tient son existence de l'évolution accidentelle vers la conscience d'un on ne sait quoi quelque part en cours de chemin. Nous ne savons pas vraiment d'une manière concrète ce qu'est cette conscience ni pourquoi et quand elle s'est manifestée initialement, mais certaines personnes affirment qu'elle existe. Alors si la conscience existe, elle n'a pu qu'évoluer de façon aléatoire puisque c'est concrètement le seul procédé par lequel toute chose arrive. 

Plus récemment, les créatures humaines ont développé une réelle inclination pour la destruction de leur propre environnement. Cette tendance lève le voile sur un aspect plutôt étrange puisque saccager son propre environnement s'avère être un tantinet suicidaire et qu'a contrario les gènes sont censés inciter chaque créature à se porter vers la survie. Toutefois, le bien-fondé de cette tendance doit exister puisque EvolutionIsTrue™. Et si la toute-puissante sélection naturelle a opté en faveur de ce penchant, on ne peut qu'en déduire qu'il s'avère favorable à la survie. Au cours d'une succession d'événements bien moins controversés, les créatures humaines ont poussé vers l'extinction d'innombrables créatures différentes. C'est le principe même de la survie du plus fort, et les créatures humaines sont les plus fortes. Elles révèlent aux yeux de tous leur supériorité évolutionnaire en exterminant tout le vivant avant de finalement mourir de faim - peut-être après une courte période de cannibalisme rampant - par faute de ne plus rien pouvoir faire - ou manger. Et qui sait, l'objectif de l'évolution depuis l'origine se trouve peut-être là. Qui sait ? Tout est aléatoire de toute façon, alors ne vous inquiétez pas pour ça ! 





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top