Le libéralisme se mord la queue ! En annonçant le lancement de la « Libra », Facebook commence à faire peur aux puissances économiques dominantes. L’USA le menace déjà et lui demande de mettre en pause sa Libra. 

Il y’a seulement deux semaines, Facebook avait présenté sa "cryptomonnaie", la Libra. Aussitôt qu’un GAFAM lance sa propre monnaie, les dominants de la finance mondiale réagissent, puisque les autorités américaines viennent d'intimider l’entreprise de Mark Zuckerberg, en lui demandant de stopper le déploiement de cette nouvelle monnaie. 

Avec ses adeptes qui se comptent par milliards, Facebook est ainsi le plus grand Etat du Monde. En créant une monnaie Ecosystème, le Président Mark Zuckerberg devient l’homme le plus puissant du Globe. Il pourra ainsi narguer le G20 et créer une nouvelle organisation où les membres seront exclusivement de la GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et Alibaba). Contrôlant le monde financier, la GAFAM achètera toutes les plateformes économiques, passera des accords avec des pays stratégiques, formera sa propre milice et ainsi dirigera le Monde. 


La Libra est le nom donné à la future crypto-monnaie de Facebook. "La mission de Libra est de développer une devise et une infrastructure financière mondiale simple, au service de milliards de personnes", résume le livre blanc du projet, qui a été révélé le 18 juin 2019. La libra sortira au premier semestre 2020. La libra est une crypto-monnaie indexée à un panier de devises stables. En plus d'être stable, la crypto de Facebook sera échangée de façon instantanée puisqu'elle n'aura pas besoin de passer par le réseau bancaire. 

Pour gérer la libra, Facebook a opté pour une association basée en Suisse. Une façon de montrer que le géant américain n'aura pas le contrôle total de la crypto puisqu'il est un membre parmi d'autres. Le réseau social a signé des partenariats avec 27 entreprises pour sa future crypto-monnaie. Ils devraient être une centaine d'ici la fin de l'année. Visa, Mastercard, Uber ou encore PayPal ont investi au moins 10 millions de dollars dans le projet. Iliad est le seul français à faire partie de cette short list. Cet investissement leur permet de détenir un nœud de la blockchain, qui sous-tend la crypto-monnaie. Chaque participant peut siéger dans la fondation que Facebook a créé en Suisse pour gérer la crypto. "Les décisions majeures concernant les politiques ou les choix techniques nécessitent l'obtention de deux tiers des voix, soit la majorité absolue du réseau requise par le protocole de consensus", indique le white paper. 

Par La Vigie marocaine 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top