« Le cœur est un chasseur solitaire » de Carson McCullers. 
Romancière méconnue en France, Carson McCullers raconte, à travers l'errance de quelques marginaux dans le Sud des Etats-Unis, les difficultés du passage à l'âge adulte : comment échapper au solipsisme sans pour autant renoncer à toute singularité ?



« Mick s'assit sur les marches, la tête sur les genoux, et rentra dans l'espace du dedans. Pour elle, il y avait deux espaces - l'espace du dedans et l'espace du dehors. L'école, la famille, les événements du quotidien s'inscrivaient dans l'espace du dehors. Mr Singer était dans les deux espaces. Les pays étrangers, les projets et la musique occupaient l'espace du dedans. Les chansons qu'elle imaginait. La symphonie. Quand elle était seule dans l'espace du dedans, la musique qu'elle avait entendue le soir de la fête lui revenait. Cette symphonie poussait lentement comme une grande fleur dans son esprit. Quelquefois, pendant la journée, ou le matin à l'instant de son réveil, une nouvelle partie de la symphonie lui apparaissait brusquement. Il lui fallait alors s'isoler dans l'espace du dedans, l'écouter plusieurs fois et tenter de la refondre dans les passages qu'elle se rappelait. L'espace du dedans était un endroit très secret. Au milieu d'une maison pleine de monde, Mick pouvait y rester enfermée à double tour. »

Lectures
Carson McCullers, Le cœur est un chasseur solitaire (1940), p165 Pochotèque, traduction Jacques Tournier
Carson McCullers, « La ballade du café triste » (1943), in La ballade du café triste et autres nouvelles, Stock, traduction Jacques Tournier

Extraits
Archive : Carson McCullers lit l’incipit de Frankie Addams, doc. Metro-Goldwyn-Mayer 1960
Lettre à Janet Flanner, lue dans l'émission « Nuits magnétiques », FC 21/12/1984

Références musicales
Guitar Slim Green, Alla blues 
Beethoven, Symphonie n°3 en Mi Bémol Maj op 55 (Héroique) 
Hogg Smokey, Worryin mind 
Leadbelly, Can’t you line em


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top